Quand je me suis cassée de mon boulot, j’aurais bien aimé avoir eu un mode d’emploi. Un bouquin qui dit ‘comment se casser’ en 10 étapes, quelles erreurs ne pas faire, etc. – oui, c’était ce qu’il me fallait (oh, tiens, cela me rappelle quelque chose… ). En attendant que je l’écrive, ce bouquin, j’ai appris sur le chemin, et aujourd’hui je veux partager avec vous trois erreurs à éviter – certaines que j’ai commises en me cassant – et que j’espère vous serez en mesure d’éviter !

La première vous surprendra peut-être…

Erreur #1 – Se concentrer sur ses compétences

De quoi tu parles, Lyvia ? Pourtant on fait bien des ‘bilans de compétences’. Je croyais que c’était même la première étape, la base.

Ouais… mais non.

Il y a trois ans, telles étaient mes compétences : Excel, PowerPoint, ne pas m’endormir en réunion.*

Évidemment mes compétences avaient à voir avec le travail que je faisais AVANT. Or tout le principe c’est se casser de ce travail, n’est-ce pas? Les compétences, ce sont les choses que l’on acquiert avec le temps, par notre expérience. Se focaliser sur nos compétences, c’est se focaliser sur le passé. C’est aussi le meilleur moyen de reproduire le passé.

En se focalisant sur vos compétences, difficile de créer un projet de zéro, avec une page blanche. Difficile d’inventer.

(Imaginez si je m’étais dit : Lyvia, que peux-tu faire en connaissant Excel et PowerPoint? Hmm, pas super excitant pas vrai?).

Je ne dis pas que ne pas être conscient n’est pas utile, au contraire. Je dis que c’est loin d’être suffisant.

Sur quoi se concentrer à la place?

Sur ses TALENTS ! Oui – ce qu’il y a de spécial en nous. Nos forces, même en dehors d’un environnement professionnel. Ces choses que nous faisons naturellement, avec facilité, que nous n’avez pas eu besoin ‘d’apprendre’.

Pourquoi les talents?

  • Parce qu’ils nous rendent uniques. Personne n’a notre mix de talents.
  • Parce qu’ils sont faciles à exploiter. Une chose que l’on fait avec talent, on la fait facilement, et en général avec plaisir.
  • Ils nous suivent dans n’importe quel environnement – Peu importe ce que vous faites ensuite, votre talent sera toujours là. Il ne peut pas se perdre.

Mais, c’est quoi un talent alors?

Un talent, c’est par exemple « arriver à véhiculer ses émotions clairement, par l’écrit ou par l’oral ». C’est « pouvoir visualiser une œuvre d’art dans une pièce de bois ». C’est « pouvoir voir le positif là où il n’y a que du négatif ».

Un talent est si évident pour nous au point que nous ne voyons pas que c’en est un. Il n’y a que lorsque nos proches nous disent ‘oh, tu es bon-ne à ça’ que l’on réalise.

Les compétences s’acquièrent, de toutes façons. Si vous avez besoin de savoir de nouvelles choses, vous apprendrez. Les talents, ça se cultive 🙂

*Je vous rassure, j’en avais quelques unes de plus, quand même…

 

Erreur #2 – Aller sur les sites de recherche d’emploi – ou pire, de formations!

Le premier réflexe quand on a envie de se casser : aller sur des sites de recherche d’emploi, et voir ‘si quelque chose pourrait nous convenir’. Erreur.

Le deuxième réflexe, parce qu’on se veut un peu aventurier et qu’on veut faire quelque chose de différent, c’est de regarder la liste de formations proposées par quelque organisme, et voir ‘si quelque chose pourrait nous convenir’, une fois de plus. Grossière erreur.

[bctt tweet= »On ne choisit pas sa vie dans un catalogue »]

On ne choisit pas sa vie dans un catalogue. D’abord on décide de ce que l’on veut faire, indépendamment de ce qui existe, et ensuite on voit ce qui est nécessaire pour y parvenir.

C’est comme si je vous disais : « j’ai faim. J’ai envie de… » Et que vous me mettiez un plat sous le nez en me disant « tiens mange ça, vu que tu as faim! ». Ouais mais… j’avais envie d’un truc bon quoi – pas de ton plat réchauffé pas beau. Allez, je fais pas la fine bouche, je prends ce qu’il y a.

Quand il s’agit de se reconvertir, créer une activité, ou même construire sa vie, on ne peut pas se contenter de réchauffé. Quand on est sérieux-se dans son envie de se casser et de créer quelque chose de beau et de bon pour nous, on ne peut pas se contenter de ce qui existe déjà, et ce que l’on veut bien nous proposer.

On doit partir de nous, de nos envies, de nos besoins. Et créer.

 

Erreur #3 – Ne pas s’écouter

« D’après toi, qu’est-ce que je devrais faire ? Tu n’aurais pas un conseil pour moi? ». Avez-vous posé ces questions récemment? Je suis prête à parier mon t-shirt que oui !

Et quelle était la réponse : « Écoute, c’est toi qui voit. ». Et ça c’est si vous avez de la chance. Parce que pire, on pourrait vous dire « Fonce! » ou « N’y vas pas! ». Et là, c’est la fin des haricots!

[bctt tweet= »Personne à part vous n’a la réponse – même pas Google… »]

Personne ne sait mieux que vous ce qui est bon pour vous. Peut-être que ce qui est bon pour vous, c’est de foncer tête baissée. Peut-être que ce qui est bon pour vous, c’est de prendre un peu plus votre temps.

Nous sommes tous différents. Nous avons tous un rapport au risque différent. Et nous avons des rythmes différents. Ainsi seuls vous avez les réponses, et le meilleur exercice est d’apprendre à s’écouter soi-même.

 

Conclusion

Ça part de vous. Tout part de vous, et de qui vous êtes. Pas ce que vous avez appris de l’extérieur, pas ce que l’extérieur veut bien vous offrir, ni ce que l’extérieur veut bien vous dire.

 

A vous :

Quelles erreurs avez-vous faites, ou évitées en vous cassant ? Partagez-les dans les commentaires !

3 thoughts on “UVSL #88 – Trois erreurs à éviter au moment de se casser

  1. Clotilde on 14 septembre 2015 at 2:03

    « Un talent est si évident pour nous au point que nous ne voyons pas que c’en est un. » C’était bien là mon souci, je me disais « mais c’est normal, tout le monde est comme ça, y’a rien de spécial là dedans » MAIS heureusement il y a DIATC (Des Idées à Tout Casser), d’ailleurs cette partie du programme a vraiment été mon coup de coeur !!! \o/

  2. Maud on 15 septembre 2015 at 9:53

    Super article Lyvia ! Décidément, tu m’inspires toujours par ce qu’il NE FAUT PAS faire… Tout comme tu m’as beaucoup inspirée avec ton article sur les 10 raisons de NE PAS s’inscrire à ton prgramme ! 😉

  3. Yayi on 15 septembre 2015 at 10:53

    Oui, oui, ouiiiiiiiii mille fois oui!!!!!

    C’est la première que je lis ce genre de choses en francophonie ! Il y a quelques années en Belgique, l’equivalent de pôle emploi nous a annoncé lors d’une formation de recherche d’emploi que les offres d’emploi représentaient 30% des Jobs à pourvoir et que dans ces 30% et bien un tout petit pourcentage d’emplois étaient réellement à pourvoir. Vous imaginez cet énorme bobard dans lequel les gens sont lorsqu’ils sont désespérés de quitter leur job, et qu’on leur répond jamais quand ils postulent?

    Bah non seulement j’ai considéré moment réduit le nombre offres auxquelles je postulais mais en plus, je ne candidatais jamais s’en m’assurer que la candi serait lue.

    Bref, ça c’était avant parce que Je me suis cassée et c’est trop chouette!!!!

    Merci pour l’article!

Leave a Comment

Your email address will not be published. Marked fields are required.