Il l’a fait: Adam part à l’autre bout du monde.. par amour!

Tania et Adam Cut.

Vous vous rappelez de notre amie Tania qui a tout plaqué pour partir à l’étranger? En route elle a rencontré Adam, 30 ans, qui est aujourd’hui son fiancé. Quand Tania s’est vue offerte un emploi à l’autre bout du monde, Adam, qui est né et a grandi en Angleterre, a décidé de la suivre. Lisez pour en savoir plus !

Pour la version originale en anglais, cliquez ici

Salut Adam. Merci d’avoir accepté de faire cette interview. Alors comme ça, Tania part en Martinique pour le boulot et tu as décidé de partir avec elle?

Oui!

Wow, c’est courageux de ta part. Comment as-tu réagi quand elle t’en a parlé la première fois?

Au début, j’étais vraiment excité, même plus qu’elle! Elle avait eu une autre opportunité de partir à l’étranger avec le boulot qui  n’a pas abouti, du coup elle n’y croyait pas vraiment. Moi, d’un autre côté, j’ai tout de suite imaginé les plages de sable fin! J’étais complètement emballé et j’ai vu ça comme une superbe opportunité. Et puis j’ai commencé à vraiment y penser, à penser au boulot, et à ma famille. C’est là j’ai commencé à stresser un peu…

Qu’est-ce qui te faisait le plus peur?

Pour commencer, je ne parle pas français, donc ça c’est un défi en soi! C’est ma plus grande peur parce qu’il est difficile de construire des relations et d’avoir une certaine liberté quand on ne parle pas la langue. Je me suis acheté Rosetta Stone pour commencer. Ensuite, je serai entouré par Tania et sa famille. Je suppose que c’est le meilleur moyen d’apprendre. Il me faut aussi trouver un boulot. Au début Tania pourra nous soutenir, mais je veux trouver quelque chose assez rapidement. Par exemple, j’ai commencé à passer des exams pour enseigner l’anglais comme langue étrangère.

Je fais pas mal de sport, donc je pourrai être faire du coaching aux particuliers, mais à long terme, j’aimerais revenir vers mon secteur actuel, travailler dans le social et aider des organismes de charité. En ce moment j’aide et je conseille des personnes qui ont soient des dommages mentaux, soit des ex-prisonniers à développer leur confiance en soi pour retrouver un emploi. Un jour, j’aimerais lancer mon propre projet dans le milieu.

La culture et le style de vie doivent aussi être très différents de ce que j’ai connu en vivant à Londres. Je ne suis pas quelqu’un de la ville, donc je pense que j’apprécierai le rythme un peu plus lent.

Comment as-tu pris ta décision?

Le fait que Tania ait déjà un emploi aide. C’est une bonne opportunité pour elle, elle aura plus de responsabilités. Elle a aussi vécu là-bas quand elle était plus jeune, juste pendant quelques années, donc je pense que c’est important pour elle de retrouver cette connexion avec ses origines. C’est une opportunité pour moi aussi de grandir et d’avoir une expérience différente. Voir Tania heureuse et me développer moi-même en explorant une autre partie du monde m’ont persuadé à me lancer.

En fait, je n’avais pas si peur du changement. Ça doit être parce que je suis bouddhiste, mais pour moi tout tourne autour de l’évolution humaine. On vit pour avoir des expériences qui nous permettent d’apprendre. La vie est une lutte, mais ça ne veut pas dire qu’elle est difficile. On ne sait juste pas à quoi s’attendre.

Si vous voulez profondément quelque chose, et que vous y pensez suffisamment, vous agirez et cette chose arrivera. Je me rappelle que quand j’étais enfant je chantais* à propos d’une fille comme Tania, mince, avec les cheveux longs et bruns… et vivant dans un pays chaud. Mais je suppose que quand on a grandi en Angleterre on recherche toujours un peu de soleil!

Combien de temps planifiez-vous de rester là-bas?

On cherche un endroit où s’installer et fonder une famille, mais ça n’a pas à être définitif. On compte se donner un ou deux ans pour voir si c’est un endroit qui nous conviendra à long terme. L’un des risques est que Tania ou moi ne s’y plaise pas, auquel cas on devra décider de la prochaine étape, retourner en France ou en Angleterre, et probablement chercher des nouveaux boulots.

Qu’est-ce qui est le plus difficile à laisser?

Mais famille, c’est clair. Je pense leur rendre visite une fois par an. Mon père était content pour moi, il m’encourage à foncer. Ma  mère aussi, mais elle est quand même un peu triste de me voir partir. Je ne m’en fais pas pour le boulot plus que ça. Il faut vivre dans l’instant et tirer le meilleur de chaque opportunité.

Beaucoup de personnes vivent dans la peur de l’inconnu. C’est effrayant, et agir devient difficile. J’essaie de rester calme, même si je suis un peu nerveux.

Question pratique: tu avais beaucoup à faire pour organiser ton départ?

J’avais trois jobs à mi-temps, et j’ai dû dire à chacun d’entre eux que je partais. J’ai passé trois ans dans deux de ces emplois. J’ai créé des liens avec les gens. Ce n’était pas facile de partir. Puis il a fallu organiser le déménagement, avec la moitié des affaires de Tania en France. Quand Tania est partie je suis resté quelques jours dans l’appart pour dire au-revoir… et nettoyer !

De quoi as-tu le plus hâte?

Les soirées! Haha. Pour être honnête, pouvoir méditer sur la plage ou sous une chute d’eau semble formidable. J’ai hâte de passer du temps avec Tania et de voyager dans les îles, et j’ai vraiment hâte de sentir le sable sur mes orteils!

Quel conseil donnerais-tu à nos lecteurs qui veulent changer de vie et qui se sentent coincés?

Avoir des personnes positives autour de vous rend les choses plus faciles. Les bouddhistes vous encouragent à relever les défis. Si vous n’avez pas de boulot, vous en trouverez un. Vous ne parlez pas français? Vous apprendrez.

Mon conseil serait d’écouter  votre cœur, fondamentalement. Ne pensez pas trop. L’esprit s’emporte et fait les choses paraître plus grosses qu’elles ne le sont. Soyez raisonnable. Demandez conseil à de la famille ou à des amis. Si vous voulez, vous pouvez peser les pour et les contre.

Vous n’avez rien à perdre, beaucoup plus à gagner, même si ça se passe mal. Vous aurez appris quelque chose de nouveau sur vous-mêmes. Pour moi c’est une opportunité de profondément changer et de grandir. Si vous laissez la peur vous contrôler, rien ne va se passer. Vous avez peur de ne pas savoir, mais la vérité est qu’on ne sait jamais.

Dans mon cas, je suis amoureux, et ça aide. Si vous avez quelqu’un qui vous fait confiance et qui peut venir avec vous, ça rend les choses plus simples.

Et…A quand le mariage?

En Août prochain, si tout se passe bien, en Martinique. On réfléchit encore au meilleur moment de l’année, mais Tania a toujours voulu se marier là-bas. Elle y a une partie de sa famille et ses grands-parents, donc c’est important pour elle.

Et vous, voyageriez-vous par amour? Qu’est ce qui vous ferait le plus peur?

*Chanter est l’équivalent de prier pour les bouddhistes

F
0 Partages

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.