Une vie sans lundi #53 – Se casser n’est que le début

Une vie sans lundi #56 - Ce n'est que le début | Je me casse

Se casser n’est que le début.

Je sais que pour certain-e-s d’entre vous, quitter un boulot qui pousse vos neurones à se suicider et qui vous donne envie de rester au lit H-24 est le Saint-Grââl. L’objectif précieux à atteindre.

Mais je me dois d’être honnête avec vous:  ce n’est que le début.

 

Quand j’ai passé mon bac, j’ai cru avoir atteint l’objectif de ma vie. On m’a dit ‘tu verras, ce n’est que le début’ – C’était vrai.

Quand je faisais du tae-kwon-do et que mes ami-e-s passaient leurs ceintures noires (je me suis arrêtée à la rouge), mon prof leur disait:

« Ce n’est pas la fin. Au contraire ce n’est que le début. Maintenant, tu vas commencer à faire du vrai tae-kwon-do » (il y a 9 voire 10 dans de ceintures noires. Le nombre d’années entre chaque passage va croissant).

 

De même, se casser n’est pas la fin. Ce n’est que le début. C’est un objectif, certes, mais ce n’est que le premier. La première marche de l’escalier.

Celui qu’évoque Martin Luther King dans sa fameuse citation (‘La foi c’est faire le premier pas, même quand on ne voit pas tout l’escalier’).

 

Avant, tu survivais, maintenant tu commences à vivre. Tu as le pouvoir.

Et tout le monde sait que:

Avec de grands pouvoirs viennent de grandes responsabilités – (Benjamin Parker, dans SpiderMan)

Vous vous rappelez, quand je vous disais que se casser c’était comme choisir la pilule rouge dans Matrix?

On quitte un monde, dans lequel on évolue de manière assez protégée.

Ce n’est pas le ‘vrai’ monde. C’est un monde fait d’illusions et d’hologrammes. Mais malgré ce qu’on peut y rencontrer comme désagréments, il est plutôt confortable.

En prenant la pilule, Neo le quitte pour attérir dans un environnement beaucoup moins accueillant. Mais au moins, il s’agit cette fois du vrai monde. Plus de poudre aux yeux. C’est la réalité, et il peut l’appréhender telle quelle et construire sa vie en fonction.

 

 

La vie, une fois qu’on s’est cassé-e est bien différente:

On a une liberté telle qu’elle peut faire tourner la tête. Et tout est à construire. Par nous.

 

Cela veut dire que

  • Personne ne nous dit plus quoi faire. On doit véritablement décider pour soi. Sans autre guide que son envie et son intuition. Sans patron, sans hiérarchie et sans imposition.

 

  • On ne peut absolument plus blâmer qui que ce soit pour les décisions que l’on prend ou celles que l’on ne prend pas. On a des responsabilités. Envers nous-mêmes, envers les autres, et envers le monde en général.

 

  • On ne peut plus se cacher, ou passer le bébé au collègue à la moindre contrariété.

 

  • On ne peut plus faire les choses à moitié, au risque de vivre à moitié.

 

  • Le confort, c’est fini. Pour grandir, notre vie est consacrée à justement s’échapper de cette zone de confort – on l’a fait une fois, on peut le refaire, n’est-ce-pas?

 

  • On n’a plus d’excuses. Une fois qu’on a réalisé que tout était possible, on ne peut plus jamais dire ‘je ne peux pas faire ça’. On remplace par ‘je ne veux pas’, et c’est ok.

 

  • On doit prendre soin de soi. Parce qu’une fois qu’on s’est cassé, on n’a plus de rythme imposé.

Personne ne nous force à nous coucher à 23 heures et à nous lever à 7. Personne ne nous force à prendre une pause dej à midi.

Personne ne nous force à sortir le nez dehors le week-end, parce qu’entre un samedi et un mercredi, franchement, il n’y a pas vraiment de différence. Personne ne nous force même à nous laver! Ou a nous faire les ongles et à nous maquiller.

Ainsi, on doit apprendre à prendre soin de soi pour soi, et plus pour les autres.

 

  • On est complètement maître de ce que va être notre vie. Cela veut dire qu’on peut parfois s’arracher les cheveux à prendre une décision. Est-ce la bonne? Est-ce que je me trompe? Et encore une fois, seuls l’intuition et le coeur sont nos guides dans ces moments-là.

 

  • On doit créer soi-même un réseau et se construire un cercle d’amis et de soutien, car ne pointant pas de 9 à 5, on ne part pas avec un stock pré-rempli de connaissances et de collègues. Cela nous force à choisir. Choisir ceux qui sont bons pour nous, qui nous font avancer.

 

  • On doit apprendre, constamment. On fait le tri entre toutes les ressources. On stagne et on s’ennuie un peu sinon. Nous sommes responsables de notre propre développement car nous sommes souvent responsables de celui des autres.

 

  • On est tout le temps en mouvement. On est constamment en recherche. On se réinvente. En étant salarié, notre évolution est toute tracée. Une fois qu’on s’est cassé, absolument plus rien n’est tracé.

On ne prévoit plus – souvent on n’en a pas envie – et notre vie évolue en cycles: on se réinvente, on apprend, on transmet, on grandit, et ainsi de suite.

 

  • Et surtout, surtout, il arrive des moments où on a envie de retourner en arrière. Recracher la pilule rouge et s’éloigner de la difficulté.

Retrouver ces jours où il suffisait de se réveiller, aller au boulot, souffrir un peu, rentrer du boulot, vivre un peu, dormir et recommencer pour que la vie ne semble pas nous passer sous le nez.

Maintenir notre vie sans lundi: c’est l’un des challenges que l’on rencontre le plus souvent, au début.

 

 

Tant qu’on n’a pas franchi le miroir, on n’a aucune idée de ce qui nous attend. Et moi, Lyvia, suis là pour vous en parler.

 

Vous avez sûrement repéré le mot qui revient tout le temps: responsabilité.

Quand on se casse, on est 100% responsable de notre avenir, de ce que l’on fait de nos journées, de l’impact que l’on a sur le monde, et des personnes qui nous entourent.

Car quelque chose qu’on avait un peu ignoré avant reprend sa place dans la liste des priorités: 

L’importance de vivre pleinement. Sans compromis.

 

Cela n’est pas de tout repos mes amis, et chaque jour apporte son brin de questions existentielles, mais oh comme ça vaut la peine!

Cette sensation qu’absolument tout ce que je fais dans une journée, chaque action, c’est parce que je l’ai décidée.

Je ne veux jamais revenir en arrière. Filez-moi encore des pilules rouges!

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=TgfLNObfwLg[/youtube]

 

Et vous, quelle pilule choisissez-vous? Dites-le moi dans les commentaires.

Vous aussi rêvez d’une vie sans lundi? Découvrez mon nouveau programme ici. 

 

photo credit: photographer padawan *(xava du) via photopin cc

F
0 Partages

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.