Skip to content

Pourquoi j’écris? #CharlieHebdo

Je-suis-Charlie

Suite aux événements d’aujourd’hui, il n’est pas facile de prendre le clavier et d’écrire.

Comment trouver des mots justes, comment trouver des mots qui ne sonnent pas faux face à une telle horreur? Comment le faire en restant bienveillant, et dans le respect? Comment savoir si ce que je dis est ce que je suis censée dire?

 

12 personnes ont été fusillées à 1,7 km de chez moi. 20 minutes à pied, 10 minutes en voiture.

12 personnes fusillées alors que je me balade complètement apaisée dans la rue.

12 personnes, fusillées, parce qu’elles écrivaient, et dessinaient, et s’exprimaient, et protégeaient.

Kalachnikov contre crayon.

 

 

Pourquoi j’écris?

Parce que si je n’écris pas, j’aurai peur qu’on oublie. Si je n’écris pas, ça veut dire que dans un an, ceux qui passeront par ici ne se souviendront peut-être pas, que ce jour là, il s’est passé ça.

Ne sauront pas qu’à deux pas de chez moi, des gens ont été tués parce qu’ils s’exprimaient.

Que des gens ont été tués tout court.

On leur a pris la vie.

Je ne vais pas le cacher. En écrivant, mes yeux sont embués.

 

J’ai les yeux qui picotent parce que je ne sais pas quoi faire. Je me sens impuissante, et nulle de n’être pas en train de faire autre chose que de taper sur un foutu clavier.

Pourquoi?

Pourquoi?

Je ne comprends pas.

Je ne comprends pas comment la haine a pu ainsi s’insinuer dans nos vies.

 

Mes mots ne sont probablement pas ceux qu’il faut. Je me sens malade. J’ai le coeur retourné.

 

Mais, parce que mon simple clavier m’en donne la possibilité, je vous dirai ceci:

On ne peut pas, vous, moi, laisser ces forces obscures prendre le dessus.

On ne peut pas laisser la haine s’immiscer dans nos vies.

 

Je sais qu’ils vont le dire. Et je n’ai pas peur de dire qu’ils vont le dire: ‘Encore les arabes’

Ils vont le dire, et j’en ai marre.

Ils vont le dire, et ça m’énerve.

J’en ai marre qu’un groupe de personnes prenne en otage les membres de toute une religion pour arriver à des fins incompréhensibles de ma part.

Et j’en ai marre qu’on rentre dans leur jeu parce qu’on a peur.

 

Nous ne laisserons pas les forces de la haine s’emparer de nous. Nous ne laisserons pas les forces de la haine nous prendre dans leur jeu.

Montrons au monde qu’il y a des forces plus fortes que celle-ci.

Amour, Bienveillance, Compassion. Je les ai aussi vues se réveiller aujourd’hui.

Crayon contre Kalachnikov.

#JeSuisCharlie

 

Edit du 8 janvier

Ma petite sœur m’a envoyé ce dessin à 4h ce matin. On n’arrivait pas à dormir. J’écrivais dans mon carnet, elle dessinait. Il faut nous comprendre… On ne savait pas que ce genre d’horreurs pouvait arriver si près de nous…
Je poste son dessin ici, et la remercie d’avoir, elle aussi, pris le crayon:

 

« Crayon contre Kalachnikov: ils ne nous empêcheront pas d’écrire  »

jesuischarlie - ingrid pour jmc | Jemecasse.fr

 

 

 

 

 

 

 

Crédit: Ingrid Cairo

F

7 commentaires

  1. Morgane sur 7 janvier 2015 à 8:50

    Chère Lyv, je me sens si Charlie ce soir. Merci pour tes mots, qui font écho aux miens écrits cet après-midi, à tous ceux que j’ai lus aujourd’hui, aux dessins. Nos blogs sont de précieux outils de défense de notre liberté !



  2. Lyv sur 7 janvier 2015 à 9:09

    Je viens de lire ton article Morgane. Merci à toi de l’avoir écrit. On ne peut pas faire grand chose, mais on peut au moins faire ça. Écrire…



  3. Je pensais être libre | bonjour1sourire sur 7 janvier 2015 à 9:15

    […] Merci à Morgane pour ces découvertes : Madame Sourire (que je découvre aujourd’hui, c’est amusant elle a choisi le thème qui était ici au début 🙂 ) : Je suis en deuil Maman Tornade : liberté ! 21 illustrations Je me casse : Pourquoi j’écris ? […]



  4. celine sur 7 janvier 2015 à 9:36

    550m … 7 min à pieds du bureau où j’étais au même moment!
    Si près, si loin!
    Je ne comprends pas non plus…
    Ma Lyvia, mon mot pour cette année est bienveillance, celle que j’espère nous aurons pour ceux que nous croisons dans nos vies car je crains les amalgames qui se font si vite!



  5. Virginie sur 7 janvier 2015 à 11:06

    Merci. Je me sens moins seule à avoir les larmes aux yeux depuis ce midi. Et je me retiens, parce que je ne les connaissais pas, parce que rationnellement ce ne sont pour moi que des noms sur un journal. Mais mes yeux sont remplis de larmes car je suis choquée de voir qu’à notre époque, il y a un truc qui s’est cassé. Un truc qui est passé au travers de nos hommes politiques, du gouvernement, je ne sais pas quoi mais un truc s’est cassé depuis longtemps. C’est comme si on était resté là à attendre que ça arrive. Que ce genre de choses arrivent. Comme si nous l’avions quelque part permis. Je ne parle pas de religion, de personnes ou de communauté. Je parle juste de fait : que nous vivons dans un monde où « liberté d’expression » n’a peut-être plus tout son sens. Je n’ai pas voulu croire qu’il s’agissait du lien avec les caricatures du prophète, je me suis : n’importe qui sous un masque peut revendiquer n’importe quoi pour que d’autres personnes soient incriminées. Mais merde, ce ne sont que des dessins qui nous permettent de poser un regard critique sur l’actualité et non salir une religion. Maintenant, on va stigmatiser, on va faire des amalgames mais on est pas si bêtes. Cette foutue liberté d’expression on l’a perdue il y a bien longtemps. Par exemple, un journaliste ne peut pas écrire sur un politique sans être attaqué car ce n’est pas politiquement correct. C’est ça que je veux dire, qu’il y a quelque chose qui s’est cassé et qu’on a indirectement permis à ce type de choses d’arriver. « Salut, je ne suis pas d’accord avec ce que tu as écris. Retire le ou alors il y aura des représailles » Et j’entends par représailles des menaces, des actions en justice ou pire. Bref, Je suis choquée, indignée par ce qui est arrivée aujourd’hui. Je ne comprends pas. Les larmes coules et pourtant je ne les connaissais pas. Aujourd’hui on a touché à ma France, et j’ai mal.



  6. Virginie sur 7 janvier 2015 à 11:09

    *et qu’on a indirectement permis à ce genre de chose d’arriver même si je ne comprends pas ce geste et cette barbarie bordel !



  7. wama sur 25 janvier 2015 à 9:21

    Bonjour,

    Merci à vous de ne pas faire l’amalgame.
    Les terroristes n’ont pas de religion, pas de valeur, pas de respect et défendent une cause purement d’intérêt.
    Certes il y a beaucoup à faire encore dans notre cher pays pour que les gens apprennent à mieux se connaitre ou pour que les terroristes ne nous divisent pas. Ils se servent de notre incrédulité pour faire passer leur message et pour engendrer la division.
    Peu importe ta couleur, ta culture, tes origines, ta taille, ton handicap, tes faiblesses, ta façon de t’habiller un être est un être et il a le droit d’être respecté quelque soit le territoire ou il vit à partir du moment ou il respecte ses lois.
    Apprenons à nous connaitre sans jugement sans préjugé et vivons notre vie.



Laissez un commentaire





Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.

Scroll To Top