Une vie sans lundi #96 – Choisir la curiosité…

Choisir la curiosité | Je me casse

La semaine dernière, j’ai commencé à lire Big Magic, d’Elizabeth Gilbert, auteure de Eat Pray Love (Mange, prie, aime). Ce livre porte sur la créativité, au delà de la peur. Il m’intéresse particulièrement, car il met en des mots différents plusieurs des choses auxquelles je crois et qui guident ma façon de créer ma vie, et mon métier aujourd’hui.

Peu après le début du livre, Liz Gilbert exprime que le chemin de la créativité est un chemin par lequel on décide de laisser la curiosité nous guider, plutôt que la peur.

Ah, la peur.

Elle est toujours là, n’est-ce pas ? A chaque fois que l’on fait un pas pour s’en éloigner, elle trouve le moyen de nous rattraper. Petites peurs, grandes peurs, elles font partie de notre quotidien. Mais ce n’est pas pour autant qu’on doit les laisser guider notre vie.

Si nous portons un regard honnête sur notre vie, nous nous rendons compte qu’une grande partie des décisions que nous prenons est guidée par la peur.

Rester dans ce boulot que je n’aime que moyennement… par peur de manquer d’argent, par peur du regard des autres, par peur de paraître complètement dingue à l’idée de faire autre chose.

Ne pas dire à cet homme ou cette femme qu’il ou elle me plait. De peur d’être jugé-e, de peur d’être repoussé-e, de peur d’être humilié-e.

Ne pas exprimer ce que je ressens vraiment, à table, entre amis, entre collègues. De peur de ne pas me sentir à ma place. De peur de ne pas arriver à poursuivre sur ma lancée. De peur de me tromper. De peur de dire une bêtise.

Non seulement la peur est toujours présente dans un coin de notre tête, mais en général, notre impulsion première est de lui donner raison, et de lui passer les rênes de notre vie.

 

Et si… et si – c’est juste une suggestion, ne panique pas – on décidait de mettre la peur de côté, et de simplement voir ce que suivre notre impulsion va donner. Et si on choisissait de faire ces choses, de dire ces choses, par simple curiosité. Et si, par envie de défi, de challenge, par jeu même, on y allait, juste pour voir. Juste voir si une autre issue – celle que notre peur n’a pas anticipé – était possible.

Et si, tel un enfant espiègle, malgré les ombres et les voix nous prévenant de faire attention, on écoutait ses petites vibrations dans notre poitrine qui nous donne envie de pousser la porte, juste pour découvrir ?

Et si on se laissait surprendre, par la vie, par nous-mêmes ?

Et si on se donnait une chance de découvrir des autres, et de nous, ce qu’on ne sait pas encore ?

Peut-être que la surprise serait bonne…

 

Peut-être qu’en laissant tomber ce job, on donnera l’opportunité à Bertrand de nous proposer cette place qui nous convient tellement mieux, et qui nous rappelle à quel point on est génial-e.

Peut-être qu’en lui disant ce que l’on ressent, cet homme, cette femme, nous dira oui. Pour le diner, pour le ciné, pour tout.

Peut-être qu’autour de la table, on tiendra notre argument mieux qu’on ne l’avait imaginé, et quelqu’un nous dira merci d’avoir dit ce qu’il ou elle n’osait pas exprimer. Peut-être qu’on se sera fait un nouvel ami.

Peut-être qu’on se découvrira un nouveau courage, un nouveau talent, un aspect de notre personnalité qui, depuis longtemps, était enfoui. Peut-être qu’on aimera cette nouvelle personne qu’on ne connaissait pas.

 

La peur est là pour nous protéger – mais elle a tendance à dramatiser ! A nous de discerner quand c’est elle qui doit nous guider ou pas, ou quand elle exagère un peu.

Nous montons-bien sur des montagnes russes, pas vrai ? Nous sautons en parachute, faisons de la plongée sous-marine. On recherche la présence de cette peur et de ses signaux d’alarme, mais surtout pour le plaisir de le plaisir de lui dire : « T’inquiète, je veux juste voir ce que ça fait ».

« Tout ce que vous avez toujours voulu se trouve de l’autre côté de la peur » – Georges Addair

Et si on laissait la curiosité, espiègle, excitante, agréable, guider le chemin pour une fois ?

 

A votre tour : qu’est-ce que cela donnerait, si vous laissiez votre curiosité vous guider ?

 

Image – Affiche de la série Alice

 

F
0 Partages

The best way to get to know me is by signing up to receive my daily newsletter. I write at least once a day, and you’ll be receiving 1 message each morning at 7 am, Paris time.