Pourquoi tu ne dois pas abandonner. Même quand tu en as très envie

5

Ce matin je lisais l’article d’une auteure qui expliquait comment elle doutait d’elle-même par moments. Et que pourtant, tous les jours, elle écrit.

Je n’ai pas terminé la lecture, car déjà, je m’y reconnaissais tellement. 

Il y a des jours où je n’ai pas envie d’écrire.
Il y a des jours où je suis fatiguée, soûlée, stressée.
Certains jours le matin-même je me suis embrouillée avec quelqu’un, ou je me suis énervée, voire j’ai pleuré de rage.

D’autres jours je me sens profondément nulle. Genre… « pour qui tu te prends ».

Entre ce que vous voyez, ce que vous lisez, et ce qui se passe dans ma vie à 360 degrés, il y a un monde.

Si je n’écrivais, ne m’exprimais, ne vendais que quand toutes les étoiles sont alignées, que je me sens tip top en forme, que c’est le ‘bon’ moment, que j’ai bien dormi, bien mangé, que mon cœur chante… eh bien vous ne me verriez pas si souvent !

Ce n’est jamais le bon moment. Ce n’est jamais le moment parfait. De nombreuses fois je préférerais carrément etre assise devant la télé à glander, plutôt qu’être ‘Lyvia Débloque’. – bon parfois c’est ce que je fais 🙂

Pourtant je ne laisse rien tomber. Je ne fuis pas ma vie, ce que je considère être ma responsabilité. Même les jours où j’ai pas envie.

Pourquoi ? Parce que je sais que paradoxalement, c’est aux moments où je suis le moins motivée, que ça me fait du bien d’être moi, celle qui écrit, celle qui sourit, celle qui a la pêche.

J’ai ce fort sentiment de responsabilité bien sur, et si je ne dis pas ce que j’ai à dire, personne ne va le dire à ma place. Et je pourrais pester que le monde va mal, mais en attendant je n’aurais rien fait pour le changer.

Et ça se trouve, parce que je baisse les bras, des personnes qui auraient pu faire des choses géniales n’ont pas lu l’article que j’aurais pu écrire qui aurait pu donner un peu de courage. Une chaîne d’événements pas cool, quoi.

Mais en plus de la responsabilité, il y a un appel, plus fort, qui toujours, peu importe ce qui se passe par ailleurs, me rapproche de mon ordinateur, me rapproche des mots, et finalement, me permet de faire ce que j’ai profondément envie de faire. Et d’être heureuse en le faisant.

Les jours où tout n’est pas au top, les jours où tout n’est pas comme on voudrait, les jours où tout n’est pas lisse… sont les jours où vous avez le plus besoin de vous-mêmes. Oú vous avez le plus besoin de vous rattacher à ce pour quoi vous êtes faits, à ce pour quoi vous êtes bons.

Ce ne sont pas les jours où il faut abandonner, au contraire, ce sont les jours où vous avez le plus besoin de VOUS.

Et ce sont les jours aussi oú vous produirez avec votre âme, vos tripes, oú vous aurez du mal à vous cacher. Oú vous vous exprimerez avec le cœur parce qu’une partie de vous doute ou est fatiguée, ou en a marre et ne pourra pas mentir.

Votre art a le plus besoin de vous quand tout n’est pas rose.
Vous avez le plus besoin de votre art quand tout n’est pas rose.

Vous avez le plus besoin de vous quand tout n’est pas rose.
Nous avons le plus besoin de vous quand tout n’est pas rose.

Et c’est pourquoi j’écris, tous les jours, tous les jours. Même quand autour de moi c’est le chaos et que la flemme menace de m’emporter.

Avec beaucoup d’amour, ne lâchez rien.

Lyvia,
Libératrice du Feu

Photo prise un jour oú tout autour de moi était la couleur de mes ongles !

F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.