Envie d'avoir un impact sur ta vie et sur le monde ? : Découvre l'Ecole des Messagers

La vérité sur ce qui s’est passé

VISUELS DES ARTICLES 9-2

Version audio

Vous avez du le remarquer. La semaine passée m’a pas mal chamboulée. On sentait le genre d’ouragan qui rageait sous la surface, pas vrai ? Ce tourbillon que je n’arrivais pas à exprimer….avant aujourd’hui. Aujourd’hui je vous dis la vérité. Ma vérité. Je préfère la dire que la laisser deviner.

Il y’a une semaine presque jour pour jour, mon chéri et moi avons décidé de nous séparer. Vous savez, celui qui a été avec moi du début, qui a vu toute mon évolution et à qui je dois tellement. Ces temps ci, c’était juste trop. J’ai tellement changé, les choses ont tellement changé que nous ne savions plus qui nous étions, et que beaucoup de notre relation consistait à accommoder, rassurer l’autre. Alors on perdait un peu de nous, j’imagine. Et la semaine dernière, nous avons pris la décision ensemble de se séparer. Pour (re)découvrir qui nous sommes l’un sans l’autre, et pour nous donner une chance d’être heureux, un jour. Ensemble, je l’espère. Et évidemment, c’est difficile. Car pas de casseroles qui volent, pas de blâme à porter, pas de cri, pas de drame. Juste deux personnes qui s’aiment tellement qu’elles doivent se séparer.

Autant dire que c’était difficile. C’est difficile. Je suis encore un peu triste et il me manque. Mais je sais que c’est nécessaire et que c’est pour notre bien à deux. Alors cela me donne de la force.

Je croyais que cet événement serait assez pour m’occuper, mais il a déclenché toute une réflexion en accéléré. Pour la première fois, depuis des années, je me suis demandée… qui je suis ? Qui je suis sans lui. Beaucoup de ce qui me motivait venait du rêve d’avoir une famille un jour. Alors.. sans ça je suis qui ?

J’ai eu très peur de ne pas réussir à écrire. Alors j’ai écrit quelque chose qui n’avait pas directement à voir (‘je ne sais pas être une femme’)… quoique. Ce n’était pas facile mais c’est sorti. J’ai tâché du mieux possible de rester saine et éloignée de toute boîte de glace ou de bouteille de vodka 🙂 J’ai la chance d’être entourée par des amies fidèles. À la question : je ne sais pas qui je suis, elles m’ont répondu : je crois que c’est ta tâche maintenant, de trouver.

Parce que, comprenez moi, beaucoup de qui je suis réside dans mon métier. Et le reste du temps, j’étais en couple. Lyvia qui bosse et Lyvia en couple. C’était les deux que je connaissais. Et me voilà à en découvrir une troisième, Lyvia tout court.

Alors j’ai décidé de m’y prendre un jour à la fois. Une décision à la fois. L’une des premières a été de booker un voyage. Une autre a été de mettre en place des actions business très audacieuses. Et surtout, j’ai écrit. Dieu que j’ai écrit. Et tout ce que j’ai écrit cette semaine… ce sont des messages que j’ai en fait écrit à moi, pour me sentir mieux. Ils ont eu du mal à sortir, croyez moi. Mais ils sont bel et bien là aujourd’hui.

Moi qui avais peur de ne plus jamais arriver à écrire, tellement mon cœur était serré, je redecouvre à quel point c’est justement ce qui le desserre, mon cœur.

Et très étrangement, j’ai commencé à voir des choses que je ne voyais pas avant. À comprendre des schémas, des réflexes que j’ai développé, probablement dans mon enfance, et qui se sont infiltrés dans toute ma vie, sans y prendre garde. J’ai réalisé que j’avais nié, enfoui des choses assez impactantes en me disant qu’elles n’étaient pas graves. Que c’était comme ça pour tout le monde. Alors qu’en fait…ce n’est pas comme ça pour tout le monde. Comment n’ai je pas réussi à voir cela avant.
Des choses qui font que j’ai des réactions étranges parfois. Et je me rends compte à quel point le message de mon business a été ignoré dans ma vie – simplement à cause du déni.

C’est comme si j’attaquais le fond d’une mare avec un bâton et que toute la boue remontait. Livrée à moi-même, je vois mes blessures avec un peu plus de clarté. Je vous avoue qu’honnêtement, je n’ai pas très envie de regarder. Mais je sais que je dois.

Même si c’est difficile, aujourd’hui j’ai la place de vraiment prendre la décision de qui je suis. Indépendamment de toute autre circonstance. C’est la première fois de ma vie que je suis aussi libre. Je n’aurais pas choisi que ça arrive dans ces conditions, mais c’est ainsi. Ce qui doit être est.

Me voilà en re-découverte de moi-même. J’ai l’impression d’avoir passé une nouvelle dimension, d’ouvrir les yeux, de m’éveiller. C’est une sensation très étrange car je croyais être éveillée avant. Qu’est-ce que ça va être maintenant ?

Je m’en sors bien, étant donné la situation, je sais. Un jour à la fois, une décision à la fois, des pages et des pages d’écriture, de la tristesse, de la colère qui s’échappe. De nouvelles idées, de nouveaux espoirs, de nouvelles envies. Et le travail se fait.

Heureusement, je suis bien occupée la journée, et j’ai un métier, une mission tellement plus grande que moi, qu’elle me tient et m’empêche de me relâcher.

La nuit, c’est autre chose. Je suis de nature plutôt insomniaque, alors je me couche à pas d’heure. Et la journée je suis crevée. Ainsi j’ai décidé que mon projet de cette semaine, c’était de me coucher plus tôt. Avant minuit serait top, mais je n’y suis pas encore. Et mon projet d’après, ce sera de retrouver l’excitation de me réveiller le matin. Mais on y va doucement hein.

Ce matin, j’ai mis le réveil tôt, pour justement réguler cette histoire de sommeil. Et à 8h30, j’étais encore au lit, me demandant… ‘pour qui tu te lèves ?’. Techniquement personne n’attend rien de moi avant au moins 11 heures ou midi (mon équipe, mes clients). Pour qui tu te lèves…? Quelle est ta raison de… vivre ?

Heureusement la réponse est venue rapidement : je me lève pour moi. Et pour voir ce que cette vie est censée m’apporter, je suppose.

J’ai été beaucoup obsédé sur l’idée d’où j’allais vivre. Je ne sais pas pourquoi, c’est comme si mon cerveau bloquait sur ça. Tellement de liberté. Tellement de possibilités, tellement de vide, tellement de peur de me tromper. Eh puis j’ai restreint le champs, pour ne pas perdre la tête. J’adore mon pays, je suis très patriote, alors je vais rester en France, ce sera ma base en tout cas, pour l’instant. Mon agent Tiphanie me trouve de plus en plus d’opportunités à Paris, ainsi je pense que je n’en habiterai pas trop loin (même si je ne resterai pas à Paris).

Chaque décision est une victoire. Je vous jure. Chaque fois que j’arrive à me dire : « c’est ce que je veux », je me sens un peu plus moi.

Aujourd’hui (vendredi – j’écris le soir), c’est le premier jour où j’ai l’impression d’être ‘de retour’. Cette semaine, alors que tout cela se passait, que tout cela remontait à la surface, j’ai eu aussi accès aux idées les plus ambitieuses de ma vie. Le genre de choses que je n’aurais jamais pu imaginer il y a tout juste deux semaines. Je ne peux pas en dire beaucoup pour l’instant, mais c’est fou ce palier passé. Il y’a seulement quelque mois je changeais de marque sans savoir ce que j’allais en faire. Aujourd’hui je me trouve à la tête d’un possible empire (avec une équipe qui me pousse encore et toujours plus loin. Vous me croyez si je vous dis qu’à chaque fois que j’annonce un objectif elles me disent : « plus haut ! – ah ces femmes !).

Marquez bien cette phrase que je vous ai cité hier : c’était la meilleure des périodes, c’était la pire des périodes.

Je ne sais pas si c’est une règle universelle, mais c’est comme si on ne pouvait pas atteindre de grandes choses, les choses pour lesquelles on est appelées, sans découvrir les choses qui sont moins belles en nous, autour de nous et les laisser s’échapper.

Ma séparation ne me fait pas peur. Plus trop en tout cas. Je sais du fond de mon cœur que la personne que je serai après tout cela sera encore plus forte, encore plus ‘elle’ et beaucoup plus entière et complète, et probablement plus apte à s’engager dans une relation stable et durable. Et ça me rassure pour l’avenir.

Souhaitez moi une bonne découverte de moi-même, et un bon nettoyage de ce qui m’a lesté pendant tant d’années 😌

Vous comprenez maintenant pourquoi je parlais de Phœnix de Feu ? Ce nom ne vient pas de moi, mais d’une medium que j’ai rencontré, Tifaine. Elle m’a appelé comme ça avant que l’on se parle. J’imagine qu’elle n’est pas medium pour rien 😉

Pas de leçon, pas de morale dans ce message pour vous aujourd’hui, mais juste l’envie que l’on soit dans la même conversation. J’ai pris un jour la décision de toujours dire la vérité. Et j’aurais eu du mal à continuer à écrire sans vous dire ce qui s’est passé.

Je vous embrasse sur les deux joues.
Merci de m’avoir lue.

Lyvia, libératrice du Feu 🔥 (et phoenix du Feu ces temps-ci)

Psssst : évidemment, qui dit Lyvia de retour, dit nouveau programme. Je compte lancer un programme sur comment créer sa vie, sa réussite grace à… son journal. Tout ce qui m’arrive ces jours ci, j’arrive à le traverser car je regarde les choses sous divers angles, je me donne de la force, et je me réaligne très rapidement grâce à l’écriture. C’est l’outil le plus puissant que je puisse partager, couplé d’un peu de dessin 🙂 Vous êtes très nombreux intéressés par ce programme et ça me fait chaud au cœur, car en effet, il peut selon moi faire une différence fondamentale dans vote vie. Vous ne perdrez jamais ça. Si ce programme vous intéresse et que vous ne m’avez pas encore fait un ‘ouiii’ sur ma vidéo, commentez ici et je vous ferai parvenir le lien dès qu’il est prêt.

Je vous aime, vraiment. Merci de me lire

Photo : ces fleurs m’ont donné un tel baume au cœur l’autre jour que je les partage avec vous.

F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.