Envie d'avoir un impact sur ta vie et sur le monde ? : Découvre l'Ecole des Messagers

Une journée à New York City

VISUELS DES ARTICLES 9-4
0 Partages

Version audio

Je suis amoureuse. Cela fait à peine 48 heures qu’on se connaît, et je suis folle amoureuse. Je ne savais même pas qu’on pouvait se sentir comme ça… pour une ville !

New York, c’est une ville dans laquelle je me suis enveloppée, et où je me suis sentie chez moi en quelques instants. C’est assez fou comme sensation.

C’est absolument différent de ce que j’ai vu dans les films (hum hum Sex and the City, Gossip Girl) et en même temps, tellement mieux.

Je m’attendais à une ville qui buzze et qui fait plein de bruit, et avec plein de gens, plein d’odeurs, et de la frénésie. Je n’ai pas du tout trouvé ça. J’ai trouvé New York… calme, et sereine. J’ai trouvé une espèce de paix et de tranquillité très étrange, dans une ville si grande.

Les gens ont l’air relaxés, on entend des oiseaux chanter à tous les coins de rue. Et en une journée, j’ai failli pleurer, trois fois !

La première fois, c’est quand je suis arrivée dans Central Park, par le grand lac, du côté de 5th Avenue. Je marchais un peu au hasard, je ne m’attendais pas à tomber sur cette partie. Et là je découvre cette étendue d’eau calme, devant moi, en plein dans la ville. Wow.

J’ai marché dans Central Park, et c’est comme si, d’un coup, je comprenais toutes les comédies romantiques, celles que je passe mon temps à regarder.

C’est comme si je comprenais pourquoi les gens venaient trouver l’amour à New York. Parce que la ville EST amour. Je voyais les couples marcher et j’étais heureuse pour eux. Tellement de choses à découvrir à deux.

New York était comme cet amant que tu rencontres, pour qui tu as des papillons dans le ventre, et tu veux absolument tout savoir de lui, les moindres détails, les moindres aspérités, les moindres subtilités. Tu veux le connaître.

J’aimerais marcher dans chaque rue, essayer chaque bar, aller à chaque attraction. J’aimerais à la fois tout voir d’un coup, m’abreuver de cette ville, et à la fois prendre le temps de tout savourer, sans me presser.

Après Central Park, alors que je m’apprêtais à rentrer pour cause de mal de pied terrible, je suis passée devant ‘Top of the Rock’, l’attraction qui permet de voir New York de très haut.

Et là… eh bien c’est la deuxième fois où j’ai failli pleurer : LA VUE !

Mon Dieu, ces gratte-ciel devant moi, la sensation d’être si petite, et si grande à la fois, de savoir que ce sont des humains qui ont fait ça. La sensation d’absorber tous les rêves réalisés dans cette ville. Le fait de savoir qu’Alicia Keys n’était pas loin (dans le New Jersey je crois) et Beyoncé non plus (ha!). Le fait de savoir qu’on partage une ville avec autant de personnes et œuvres grandes et époustouflantes.

En haut de ce building, j’avais envie d’arrêter tout le monde et leur dire : vous réalisez ?? Vous vous rendez compte !!! Vous voyez ce que je vois ???

Un peu comme quand on est amoureux, on se dit qu’absolument personne ne peut ressentir ce que l’on ressent, sinon ils ne seraient pas là à faire comme si c’était ‘normal’ !

Je n’avais plus envie de rentrer, alors clopinant avec mon pied douloureux, j’ai pris le métro jusqu’à Greenwich Village. Il faut bien dîner à un moment  et là… ben j’ai rien compris ! J’avais l’impression d’être dans une petite ville de banlieue, tranquillou, alors qu’on était en plein dans Manhattan, j’ai vu le porche de Carrie Bradshaw dans Sex and the City, et encore une fois, cela m’a frappé : marcher dans la ville qui fait rêver la Terre entière, c’est un tel privilège.

Vous l’avez compris, NYC m’a fait ressentir un sentiment que je n’avais pas ressenti depuis longtemps : l’euphorie.

Pas la joie, pas le plaisir, pas le fun : l’euphorie.
Un genre de béatitude presqu’idiote mais tu t’en fous. Alors qu’il y a encore quelques jours les réveils étaient difficiles, et que même si la joie était là, la tristesse y était aussi, ces deux derniers jours, pour la première fois depuis longtemps, j’ai (re)connu l’euphorie.

Ça faisait des mois je crois, que je ne m’étais pas sentie comme ça. Et je m’imagine bien qu’avec le temps, on doit se blaser un peu, que ça doit retomber, comme avec toute histoire d’amour (quoique…) mais en attendant, je m’accroche à ce moment et à mon extase d’enfant.

Voilà. Ce poste n’avait d’autre objectif que de raconter ma vie, et de vous rappeler que ce mot existe : euphorie.

Je vous aime, et je vous envoie des baisers !

Lyvia, Libératrice du Feu 🔥 et future meilleure amie d’Alicia Keys

PS : grande nouvelle ! Nos programmes en ligne seront tous bientôt disponibles cette semaine pour que vous y accédiez ! Si vous avez raté la session Live, ce sera le moment de faire vos rattrapages (sauf pour les programmes en cours)
Tout d’abord, Le programme ‘crée ton offre’. Un programme intensif en 10 jours qui vous permet de créer une offre de services qui vous ressemble ET qui permet d’attirer des clients géniaux à vous. Décider de quoi proposer, à qui, et comment peut vous freiner. Ce ne sera plus un problème après ça 😉 Toutes les infos sont ici : https://lyviacairo.com/creetonoffre

Bons baisers de New York

0 Partages
F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.