Réflexion new yorkaise du soir…

VISUELS DES ARTICLES 9-5
Je ne suis pas quelqu’un de nostalgique… j’y pensais tout juste là, assise dans un café… Le passé n’a pas beaucoup d’emprise sur moi, et j’ai tendance à passer d’une chose à l’autre rapidement.

Un jour j’ai rencontré une personne qui était très nostalgique du passé, qui se remémorait ce qui avait été, ce qui aurait pu être, en remontant jusqu’à son enfance. Et j’ai pour ma part trouvé ça très triste.

Et à la fois, aussi peu nostalgique que je suis… je me rends compte que ce n’est pas communément accepté de passer d’une chose à l’autre très vite, sans beaucoup de regret.

En général, on attend de nous qu’on tourne les choses dans un sens ou dans l’autre. On attend de nous que l’on prenne beaucoup de temps à passer à la suite. On attend de nous de souffrir bien comme il faut dans les passages de nos vies.

Or la fluidité, ce n’est pas forcément traverser la vie sans rencontrer de difficultés et d’obstacles. C’est se laisser porter à travers, vaille que vaille.

J’ai connu un tas de changements dans ma vie, des changements de job, des changements de ville, des ruptures sentimentales, des ruptures amicales, et à chaque fois, j’arrive à passer à l’étape d’après relativement vite.

Je ne sais pas d’où ça vient. Je ne sais pas si c’est parce qu’on m’a arraché des choses à des moments de ma vie – rien qui me marque en tout cas – je ne sais pas si c’était à force de voir des personnes s’accrocher à des fantasmes de ce qui aurait pu être… peut être que je suis assez habituée à l’idée de tout perdre. Va savoir d’où ça vient. Ça a l’air un peu dark tout de même…

Et étrangement, le fait d’être peu nostalgique me fait me sentir un peu coupable. C’est comme si je n’étais pas très sentimentale, vous voyez ? Comme si rien ne pouvait s’accrocher à moi et à mon cœur. Comme si j’étais loin de mes émotions. Et pourtant, je suis en plein dedans, dans mes émotions… justement.

C’est juste que… je vois vraiment la vie comme quelque chose d’éphémère et de fini. Je suis consciente qu’on va mourir de toute façon, alors je suis plus pressée de voir ce que la vie – le reste de vie – va m’apporter, plutôt que de me demander ce qui aurait pu être si j’avais fait tel ou tel choix. Ce qui est fait et fait. Ce qui sera sera.

Peut être que j’ai trop compris à quel point nous sommes fragiles.

Le présent c’est le présent. C’est tout ce que j’ai maintenant. À chaque décision de mon passé, j’ai essayé, testé, souvent persévéré et quand ça n’a pas marché, j’ai changé de course.

Cette phrase un peu cliché ‘la vie est un éternel recommencement’ prend tout son sens quand on laisse partir le passé, et quand on s’approprie le présent pour construire son futur.

« Je vais mourir, alors pourquoi ne pas tout faire ? » disait la poétesse new-yorkaise Maya Angelou…

Je vous embrasse,
Lyvia, libératrice du Feu 🔥

PPS : vous êtes PLEIN à nous avoir écrit pour vous inscrire à ‘j’écris ma vie’ après la fermeture des portes ! Haha. Comme je suis en voyage je ne pensais pas réouvrir les portes, mais nous allons voir si nous pouvons accommoder de nouveaux inscris ce week-end. Je vous tiens au courant.

 

F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.