Besoin de prendre des vacances de ta vie et de ton business ? Et si… tu changeais ta vie ?

20294063_653641881512398_2254917651377208523_n

Mon mois de juillet était calme et mouvementé à la fois !
J’ai passé beaucoup de temps à écrire, à bosser sur mon mindset. J’ai décidé de me laisser porter par ce que j’avais envie de créer. C’est comme ça que 360 degrés est né et je dois dire que je suis ravie de créer le contenu pour ce programme (dont certains messages très vulnérables et difficiles à sortir, mais tellement libérateurs).
C’est aussi un mois où j’ai naturellement garanti, car omg, besoin de repos, de digestion, de ralentissement.
Le plan initial était de tout couper pendant un mois.
Quand on en parlait avec mon amie Marjorie elle m’a dit : tu testes, tu vois ce qui marche pour toi.

Et à partir du moment où j’ai annoncé mon break, il y a un peu plus d’une semaine maintenant, un tas de choses on bougé !
Comme je n’étais plus ‘obligée’ de rien, je pouvais juste faire ce que j’avais envie et me laisser porter…

Mais… attends une petite minute.. n’était-ce pas pourquoi j’avais un business, pour faire ce que j’avais envie de faire ? Oh oh.
C’est là que j’ai réalisé que dans mon activité s’étaient infiltrées des choses qui ne sont pas essentiellement pour moi et qui ne sont pas, profondément, ce que j’ai vraiment vraiment envie de faire….

Jour 1 de mon break, je me suis baladée, j’ai lu, j’ai écrit. Jour 2 de mon break, j’ai continué de travailler sur mon roman. Un tas d’idées de choses cool à faire et à créer me sont venues.

J’en ai parlé à ma mentor – que j’étais pas très bonne à prendre des vacances – qui m’a dit : why would you need a holiday? Change your life so you don’t need one. – Pourquoi aurais-tu besoin de vacances ? Change ta vie pour ne pas en avoir besoin.

Whaaaaaaaattt ??

Moi qui croyais si bien m’en sortir, faire ce que je voulais dans le flow, j’avais ENCORE des trucs dans ma vie qui n’étaient pas du pur flow et que je considérais comme du ‘travail’.

Carnet en main, crayon entre les dents, me voilà assise sur un banc à contempler une vue de NYC et je me suis posée une question (vachement utile) que m’a posée ma mentor :
Imagine que tu es arrivée là où tu es arrivée, tu as accompli tout ce que tu veux accomplir, créer, etc. Tu as la vie que tu veux – MAINTENANT, tu fais quoi ?

Hum, interesting.
Parce que souvent on se projette au moment T où on ‘y sera’, et on s’imagine tout le taf qu’il faudra faire pour y arriver. Mais là, dans ma projection je me place à ‘après’ – genre j’ai pas besoin de me soucier de l’argent, ou d’être dans la vie que je veux etc, car c’est déjà fait. Je n’ai aucune nécessité ni contrainte, tout roule. Du coup ok, qu’est-ce qui me vient ? J’ai laissé Rebecca me dire (Rebecca c’est ma muse, je sais c’est chelou mais on en reparlera).

Et la liste était simple et n’a pas bougé depuis 10 jours. Elle m’a un peu surprise sur certains points je dois dire :

– Je suis sur une ile paradisiaque avec des célébrités et je les aide pour leur alignement
– Je vérifie mon compte en banque et j’ai reçu 10k ce jour là
– Je travaille sur un roman, fun et juteux (ce point est super drôle, j’allais écrire ‘sur un livre qui va révolutionner le business’ et je me suis dit : nope, ça a pas l’air drôle)
– Je m’occupe de mes enfants (j’ai failli tomber de ma chaise en écrivant ça, quels enfants ?)
– Je parle à un événement pour jeunes
– Je parle à un événement pour entrepreneur
– J’écris mon post quotidien, qui est lu dans le monde entier.

Et c’est tout.

Comment, pourquoi, dans quel sens, par quel biais ? ‘No idea’.
Mon réflexe, bien sur, a été d’essayer de faire tout ça rentrer dans de belles cases (ok, donc je gagne de l’argent avec mes retraites maintenant ?). Mais en fait on s’en fout du comment. La vision est là. Je me laisse porter, et c’est tout.
La créativité et l’inspiration vont avoir plus de place dans ma vie, je le sais.
L’écriture de fiction et le fait de parler en public plus souvent, également.

J’expérimente le fait de me faire porter depuis quelques jours, et il y a en effet des choses qui sont impossibles de lâcher tellement elles sont ‘moi’ et tellement elles ne sont pas du travail.
Ecrire un message chaque jour.
Observer le monde autour de moi, poser des questions, analyser, philosopher.
Avoir de grandes et belles conversations.

La vérité, c’est qu’en se laissant porter par ce qui est le flow et nos envies, on SAIT. On sait exactement ce que l’on doit faire.
C’est juste que l’on se laisser embrouiller par ce qu’on est ‘censé’ faire.

Tout cela m’a permis d’identifier les points de ‘stress’ dans mon business. Qui ne sont pas vraiment des points de stress mais plutôt des points de : ‘oh purée là je suis en train de travailler est c’est pas fun’.

Et c’était des choses auxquelles je n’aurais pas pensé sans faire attention, comme :
– Répondre aux messages sur ma page Facebook pro (j’en reçois de plus en plus, et ça devient une tache lourde (solution : j’ai délégué à Mathilde et Gaia, nous utilisons une super appli qui centralise toutes les conversations, Front)
– Me réveiller et tomber sur les conversations d’équipe qui comme elles sont en décalé avec moi, me donnent parfois l’impression d’avoir beaucoup à rattraper – je teste quelques applications pour que les conversations soient plus simples et le suivi des taches plus fluides.
– Documenter ma vie sur Instagram ! Les gars, je croyais que j’adorais ça !!! Mais en fait non, c’est du ‘boulot’ pour moi. Une fois que je commence le matin, je me sens ‘obligée’ de le faire, et même si c’est fun, c’est du boulot. Oraline est avec moi en ce moment et on part à LA ensemble aujourd’hui. Je vais expérimenter ce que ça fait de juste ‘exister’ et que quelqu’un s’occupe de documenter ma vie à ma place 
– Faire des FB lives à des heures précises. Le fait d’avoir des rdv en live (pour mes programmes notamment) a commencé à être stressant, car le besoin d’avoir de l’espace pour écrire devient plus pressant. Ces jours-ci j’aime bien faire des vidéos et les poster. Je me sens libre et flexible.

A ce stade, ce qui fonctionne pour moi, c’est de créer mon contenu (comme ce post) le poster, et disparaître. Je suis globalement déconnectée de Facebook (en fait). Je ne l’ai jamais beaucoup consommé (sauf les groupes) et je me rends compte que cela me convient comme ça – poster et disparaître.
Pour l’instant je n’ai pas ressenti le besoin de faire un FB live sur la page par exemple, c’est juste pas venu. Ce sont de bons indicateurs.

C’est assez fou, vous ne trouvez pas, le nombre de petites choses que l’on fait, qui sont en fait des mini ‘contraintes’ que l’on s’impose parce qu’il faut bien, et parce que c’est ce qui est conseillé où recommandé ?

Il y a deux choses que je veux préciser :
– Je vous mentirais si je vous disais que gérer un business c’était 100% de flow. Dieu sait que la semaine dernière était agitée et a secoué l’équipe et ça s’est poursuivi aujourd’hui. MAIS plus on tend vers 100% de flow, plus on évite les frustrations. L’alignement c’est du tri, tout ce qui n’est pas fluide doit partir.
– La fondation pour le flow est une certaine discipline. C’est parce que cela fait des mois que j’écris tous les jours que je ne peux plus m’en passer. Alors si une envie vous vient, et que vous voulez déterminer si c’est un vrai truc qui vous fera plaisir, ou si c’est un truc lourd et pesant pour vous, le mieux est dans faire une habitude pendant quelques temps, de tester et d’expérimenter. Un mois par exemple. Moi que ça et ça risque de vous paraître comme étant une contrainte et non du plaisir. Et si après ça, ce n’est pas 100% de flow pour vous, enlevez.

Vous le sentez, mon business est en train d’évoluer. Et avec l’équipe nous entrons dans un tournant qui me donne l’impression qu’on va ENFIN entrer dans les choses sérieuses (oui je vous jure, parfois j’ai l’impression d’être encore à 1%).

Je me laisse porter, je laisse flotter, ces jours ci j’expérimente de faire le travail et qui me vient chaque jour, et aujourd’hui comprend surtout écrire 
Et évidemment, une part de moi sait que c’est ça mon job, après tout, écrire.
C’est juste qu’un tas de choses ont tendance à prendre le dessus depuis le début de mon biz.

Je ne me suis jamais 100% engagée, avant ces derniers jours et ce que je vous ai écrit plus tôt, à faire de l’écriture (et la créativité / inspiration) le centre de ma vie. Beaucoup d’autres choses très intéressantes à dire, à porter et à faire, comme faire des programmes, des lives et documenter ma vie sur Instagram. Mais là tout l’enjeu est de se recentrer sur l’engagement principal que j’ai envers moi, ma mission et ma vie, et de trouver des solutions pour que le reste, soit se transforme, soit disparaisse. Et que de nouvelles choses se créent.

En ce moment, la tendance est à un mix de tout cela. Certaines choses vont disparaître. Certaines vont se transformer. Et de nouvelles vont être créées (et pas qu’un peu).

C’est assez fou (et en fait pas du tout fou, carrément naturel), mais prendre conscience de ce que je dois trier / transformer à laissé la place à des idées plus grandes, plus ambitieuses qui peuvent à la fois me laisser la place d’être qui je veux être (fondamentalement, une auteure) ET assouvir l’ambition démesurée que j’ai en tant que créatrice d’empire. En ayant les deux. Sans sacrifier ni l’un ni l’autre. Et ça c’est plutôt cool.

J’avais entendu quelque part (ça se trouve c’est moi qui l’ai dit) : ‘on ne peut pas tout avoir. Mais on peut avoir tout ce que l’on veut.’
Et aujourd’hui, je décide ce que je veux et de ne garder que ce que je veux dans ma vie.

Et vous pouvez vous aussi déterminer dans votre quotidien aujourd’hui ce qui semble contraignant, chiant, pas fluide et simplement l’éliminer. Et tester à la place des choses qui vous font envie.

Et si vous avez peur de devenir feignants ou que l’argent ne rentre pas parce que vous vous laissez porter par la vie, rappelez-vous que ce sur quoi on porte son attention grandit. Vous pouvez être et faire ce qui vous porte ET gagner de l’argent avec. Tout simplement en portant attention à ça, aussi.

Le Flow, et les sous. Les deux marchent ensemble, l’un nourrit l’autre. Et c’est dans le flow qu’on gagne le plus facilement les sous (pourvu qu’on n’oublie pas d’y porter attention !).

Je me rends compte dans ce post que j’avais envie de vous dire un tas de choses, qui sont arrivées l’une après l’autre dans le sens qui leur convient. Il y a énormément de choses qui me viennent à l’esprit. Notamment à quel point cela doit faire bizarre de me lire en mode ‘laisse toi porter par la vie et oublie le comment’ alors que vous vous posez peut-être des questions très pratiques. Mais je crois vraiment ce que je dis.

Vous réussirez le mieux dans tous les aspects de votre vie en 1/ vous laissant porter par ce qui est juste 2/ portant l’attention sur ce qui compte pour vous et en agissant dessus – que ce soit l’argent, la santé, l’amour, le sexe, la famille.

C’est se laisser porter, avec intention 😉

Ce message était à la fois pour moi et pour vous aujourd’hui.

Il me vient de vous poser cette question : vous avez besoin d’aide sur ces sujets ? Comment je peux vous aider ? Comment puis-je être un meilleur guide, mentor, exemple pour vous sur ces points là ? De quoi avez-vous besoin ?

Je vous embrasse, sur les deux joues.

PS : une photo de Miami, pieds dans le sable, carnet sur les genoux, en attendant que je puisse vous passer quelques photos de LA;

PS : j’ai oublié de dire que dans ma gestion de ‘business comme des vacances’ je passe évidemment beaucoup de temps à me balader, boire des cocktails, regarder des séries et me reposer ! Of course !

F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.