Envie d'avoir un impact sur ta vie et sur le monde ? : Découvre l'Ecole des Messagers

Le jour où je me suis réconciliée avec mon stress

Copy of VISUELS DES ARTICLES 10-3

by Agent Tiphanie

« Mais comment fais-tu pour avoir une silhouette élancée ? » Je stresse !

Blague à part, sous mes apparences calmes, douces et sereines vit au fond de moi une toute autre réalité qui prend souvent spontanément le dessus tellement elle est ancrée.
Cette chose insipide, sans odeur, sans couleur et sans goût qui me brûle des calories, du bon temps, de la légèreté et sûrement des années de vie, en me mettant par moment à bout … de souffle, d’énergie, d’envie, d’idée … c’est le stress !

Chaque personne très sensible à l’anxiété a des effets secondaires plus ou moins forts et plus ou moins différents : prise ou perte de poids, plaques rouges/eczéma/psioriasis, insomnies, maux de ventre, acné, inflammations chroniques, maux de dos, …

En tout cas, le stress chronique nous mine et oui j’ose l’écrire : le stress nous rend malade !

Serait-ce le mal du siècle lorsque l’on voit l’explosion des services proposant plus de bien-être ?
En tout cas comme vous pouvez le constater, le corps parle en général … il nous le montre lorsque c’est trop pour lui et nous alerte par la même occasion ! Le stress impacte notre santé physique sans nulle doute.

Puis en général que se passe-t-il ? Nous continuons à avancer tête baissée … telle une fatalité !!! « je suis comme ça et puis c’est tout ».

Attendons-nous en silence l’électrochoc ? Attendons-nous que quelqu’un vienne à nous en sauveur ?
Les sensibles au stress, sont-elles des personnes « victimes » de cette sensibilité particulière pas évidente à gérer ? Ah oui, c’est vrai que certains sont mieux lottis que d’autres ! Mais pour autant sommes-nous des victimes ?

Selon moi le premier pas vers un mieux être est d’arrêter la victimisation ! Et si nous changions de regard ? Et si sous un autre prisme nous découvrions autre chose ?

Cela passe notamment en premier lieu par la prise de conscience. Non pas d’une fatalité mais plutôt que le corps nous parle, communique avec nous et que c’est une super bonne nouvelle car cela est le signe que nous sommes en vie !
C’est pourquoi j’ai décidé de me réconcilier avec mon stress !

Cela signifie pour moi de le voir plutôt comme un allié plutôt qu’un ennemi en face duquel j’avais tendance à fuir.

En tant qu’allié, mon stress m’informe en avant première lorsqu’une situation n’est pas adaptée, lorsqu’une personne est toxique pour moi, lorsque je travaille trop, etc.
Il s’active naturellement comme instinct de survie alors autant en profiter !

Il est vrai que parfois le stress a du bon. Comme le trac de monter sur les planches pour un comédien.

Alors dès lors que je l’identifie comme un stress que j’appellerais plutôt de négatif, j’essaie de me mettre en action pour éviter qu’il ne prenne le dessus trop longtemps.

Pour définir comment agir face à une situation de stress, et surtout pour m’aider à relativiser dans un premier temps je me rappelle toujours de l’histoire des gros cailloux qu’un consultant RH m’avait racontée une fois. En voici une retranscription résumée :

Un professeur demande à ses élèves :
« Si je remplis jusqu’au bord un vase de gros cailloux, reste-t-il de la place ensuite ?
« Nooon ! »
« Regardez je prends des plus petits cailloux, les verse dans le vase, ils vont dans les interstices formés par les gros cailloux. Et là reste-t-il de la place ? »
« Noooon ! »
« Eh bien si je prends du sable, je peux en verser encore dans le vase. il va se faufiler entre les gros, moyens et petits cailloux pour combler les vides »
« Pourquoi cette histoire les enfants ? Parce que si j’avais mis en premier le sable dans le vase jusqu’au bord, il n’y aurait jamais eu la place pour les gros cailloux !»
Alors et pour vous, quels sont vos gros cailloux dans votre vie ?

En les identifiant, vous pourrez ainsi savoir ce qui peut vous encourager à relativiser en accordant de l’importance en priorité à ces gros cailloux.

Puis ensuite après avoir relativisé, j’apprends à fluidifier la situation. Tout ce qui coince soit doit partir soit doit être résolu.

Petit exemple : Si cela doit passer par du repos et du temps pour moi je n’hésite plus à déplacer un rendez-vous, etc.
Parce que comme le dit si bien Lyvia : « si on ne prend pas soin de nous, qui va le faire pour nous ? »

Je vous le dis tout de suite la guérison magique du stress n’existe pas puisque ce réflexe naturel est bien cadenassé par des couches et des sous-couches de croyances ! Très souvent des fausses croyances d’ailleurs :
– Pour réussir il faut souffrir et donc stresser
– Travail = souffrance (il n’y a pas la place pour le fun !)
– Les émotions késako ? J’en fais quoi ? Ca reste là et serre le cœur puis on fait avec
– Trop de fun c’est louche, ça va mal tourner, attention !
– Vouloir trop bien faire les choses et se plier en 4 à chaque fois (Han le fameux syndrôme de la petite fille ou du petit garçon modèle !)
– Vouloir faire plaisir
– Des phobies

La guérison magique n’existe pas et c’est ok ! De toute manière j’ai plutôt envie de vous dire : pas la peine de guérir un allier qui nous veut que du bien à la base !

Alors comment prévenir et gérer le stress dans son quotidien ?

Nous sommes tous uniques, il convient donc à chacun de trouver ce qui lui correspond le mieux.

Et pour cela je dirais que la première étape est donc d’apprendre à se connaître un peu plus même si vous le savez sûrement que c’est un puits sans fond (ha ha !) Les grands fans du développement personnel le savent tous : on n’a jamais fini d’apprendre, lorsque l’on commence à tirer sur le fil de la pelote de laine on peut détricoter très très longtemps …

A titre d’exemple voici quelques idées qui me correspondent :

1/ Pratiquer la respiration abdominale associée à la cohérence cardiaque. Nous nous mettons très souvent en apnée lorsque nous nous concentrons sur une tâche. J’ai ainsi pris l’habitude à minima tous les soirs avant de m’endormir de pratiquer la cohérence cardiaque. Il y a peu j’ai réalisé que c’était devenu une habitude automatique car je le fais spontanément (le cerveau intègre paraît-il en 21 jours !)

2/ M’étirer régulièrement pour reprendre conscience de mon corps.

3/ Lire : mon cerveau se met ainsi en pilote automatique et ne réfléchit plus au reste.

4/ Pratiquer une activité physique adaptée : pas la peine de m’inciter à aller faire du footing alors que je suis déjà fatiguée et stressée. Une session de marche active ou bien du yoga seront bien plus adaptés en période de stress. Une fois l’énergie retrouvée, un sport plus tonique peut convenir.
(en vrai quand on est jeune maman le sport c’est tous les jours avec ses enfants ! hi hi)

5/ Respecter mon rythme idéal et mon sommeil :
. Le meilleur moment de la journée pour lire est le matin avant de me mettre à travailler et le soir au coucher.
. Si je fais du sport c’est plutôt en fin d’après-midi et que j’ai fermé l’ordinateur, rayé les tâches prioritaires de ma journée sur ma to do liste. Sinon mon cerveau carbure à gogo et me fait paniquer sur toutes les choses qu’il me reste à faire en rentrant !
. Je suis plutôt créative en fin de matinée et fin de journée.

6 / Modifier mon vocabulaire quotidien :
« j’ai envie de faire » au lieu de « je dois faire » ou « il faut que »
« je n’ai pas pris le temps de faire » au lieu de « j’ai pas le temps »

7/ Être consciente de mes émotions et apprendre à mieux les gérer. Chez moi c’est vite le trop plein émotionnel et j’ai découvert que ça consommait beaucoup d’énergie ! Alors maintenant je m’accorde le temps qu’il faut pour digérer les émotions qu’elles soient positives ou négatives. Je les exprime en écrivant mes pages du matin.

8/ Se focaliser sur le positif et l’instant présent
J’ai pris l’habitude le soir de partager avec mon enfant ou en famille les 3 kifs de la journée (il commence d’ailleurs à les exprimer lui-même maintenant !). Cela permet de finir la journée sur des notes positives, de prendre conscience des belles choses qui se sont passées même si elles peuvent paraître ridicules (quelle surprise de voir une coccinelle se poser sur la fenêtre, j’ai adoré te voir rire aux éclats, …).
Ca aide aussi à identifier toute la gratitude que nous pouvons avoir sur la journée écoulée et par la même occasion être dans l’instant présent.

Et vous, que faites-vous pour limiter votre stress lorsque celui-ci s’emballe et part au galop ?

Avez-vous aussi envie qu’il devienne votre meilleur allié ?

N’oublions pas : Plébiscitons l’amour de nous même et prenons soin de nous car qui d’autre le fera sinon ?!

Je vous embrasse et vous envoie plein d’amour,

Tiphanie

PS : comme tout est lié, nous réfléchissons à créer une offre qui permet d’intégrer de nouvelles habitudes dans sa vie (corps, santé, argent, esprit). La Team Lyvia regorge d’idées ! Si cela vous intéresse, dites nous dans les commentaires.

F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.