Envie d'avoir un impact sur ta vie et sur le monde ? : Découvre l'Ecole des Messagers

Ton burn out, ton problème ?

Copy of VISUELS DES ARTICLES 10

Cette semaine, un membre de mon équipe a décidé de partir car elle se sentait ‘exploitée’. Trop d’heures travaillées, trop de changements, une communication pas assez claire, etc.

Ce que je comprends. Nous travaillons très vite et intensément et les choses bougent vite. Et si je dis souvent merci, parfois chaque personne a besoin de recevoir de la gratitude différemment.

Jusque là ma politique a été de responsabiliser l’équipe, en rappelant que c’était ok de dire non, que rien n’était jamais ‘obligatoire’ et que le plus important c’était d’aller bien. J’ai toujours insisté que c’était sûr que je ne ralentirai pas et que je changerai souvent de direction, alors à chacune de s’assurer de son bien être et de dire stop quand c’était nécessaire. Je prends très bien les ‘stop’ et les ‘non’

Malgré tout, à plusieurs reprises j’ai du demander à des membres de l’équipe de prendre des jours de repos car elles étaient fatiguées. Nous avons instauré une semaine de 4 jours pour chacune au lieu de 5 car c’était facile de dépasser les heures sur 5 jours. Et en général, comme nous sommes nombreuses il est facile de déléguer à quelqu’un d’autre une tâche qu’on est pas en mesure de faire.

Ainsi mon questionnement en suspens, quand un membre de l’équipe est fatigué ou pire, décide de partir parce qu’il n’en peut plus c’est : mais pourquoi tu le fais ? Pourquoi tu dis oui ? Pourquoi tu ne dis pas stop ? – et surtout : pourquoi faire tellement plus que l’on demande, voire même des choses qui ne sont pas demandées, pourquoi se mettre dans cet état là ???
Surtout sachant que je ne demande jamais d’aller au delà de ses propres limites…

Je crois que chacun a la responsabilité de son bien être et je répète sans arrêt qu’il est important de prendre soin de soi.

Alors comment dans mon équipe quelqu’un peu finir épuisé au point de partir et de ne même pas vouloir en discuter ?

Forcement ça fait réfléchir.

Je crois que dans toute relation, pro ou perso, il est important que chacun prenne sa part de responsabilité. Et aujourd’hui je prends la mienne, pour moi, pour mon équipe, pour les autres chefs d’entreprise et aussi membres d’équipes / employés.

Oui, je demande à chacun d’être responsable de son bien être…

Mais – et là se trouve mon erreur et donc un apprentissage et donc c’est parfait – j’aurais du me rappeler qu’être responsable de son bien être et prendre soin de soi est difficile.

Il suffit de revenir en arrière quelques années : bien sûr qu’on veut finir un travail commencé, bien sûr qu’on veut que le travail soit bien fait. Bien sûr qu’on veut laisser une bonne impression, et bien sûr qu’on veut suivre le rythme. Et il est très difficile de dire non ou de demander de l’aide. Je suis la première à le reconnaître.

Aucun d’entre nous n’a vraiment ‘envie’ de dire ‘stop, je n’en peux plus’.
Surtout quand on est consciencieux et un brin perfectionniste comme j’ai pu l’être.

Et souvent l’épuisement arrive d’un coup, il est parfois trop tard quand on réalise qu’il fallait ralentir. (Je pense à Sandra d’Effervescience et l’image de la pile qui se vide d’un coup)

Je vais tellement vite et je change tellement rapidement de direction que ça amplifie les choses.

J’ai été assez libérale, comme beaucoup de managers, en me disant que c’est à chaque personne de se gérer soi-même.
Et c’est facile de se laver les mains en disant : mais pourquoi tu n’as rien dit / demandé etc.
(J’ai des amies qui ont entendu ça post burn out et je sais que ce n’était pas agréables pour elles).

Et là arrive la responsabilité du manager / Boss. Et donc la mienne.
Répéter à son équipe de prendre soin d’elle même ne suffit pas. Même moi jai du mal à prendre soin de moi.

Non, il s’agit de créer également l’environnement qui permet cela. Je n’ai pas encore d’idées établies de solutions pour que ce qui est arrivé cette semaine ne se reproduise pas. Mais je réfléchis sérieusement à instaurer de nouvelles choses dans les semaines à venir.

Ne serait-ce qu’être davantage consciente de ce qui se passe, des heures travaillées etc. peut être un bon début. Je recommande à mon équipe d’utiliser une application de suivi (comme Toggl) pour s’assurer de ne pas dépasser leurs horaires. Mais peut être qu’il s’agissait de demander et non pas seulement de recommander.

Évidemment plus d’échange en individuel et pas uniquement en équipe est important. Et pas seulement quand un problème est observé, aussi en amont. C’est une chose que j’avais envie de faire – un point individuel régulier avec chaque membre d’équipe – mais comme l’équipe n’a pas cessé de grandir je ne l’ai jamais mis en place (encore une idée de chose à faire).

Et globalement être disponible pour aider, soutenir, et transmettre à chacune des façons de rendre le travail plus fun, plus fluide et moins stressant.

Il y a de nombreuses choses que l’on peut mettre et place (et si vous avez des idées de choses qui ont fonctionné pour vous, n’hésitez pas à les partager 😌)

Comme je le disais plus haut, j’ai / j’avais une façon de manager assez libérale, qui part du principe que même si je vais vite, chacun est libre de dire stop. Et je crois que même en laissant cette liberté, il est important d’apporter la structure nécessaire au bien être des personnes avec qui l’on travaille. Car tout le monde n’a pas fait le même chemin. Et on peut avoir besoin de plus ou moins de soutien.

Cette ‘démission’ a suivi après une conversation houleuse concernant un éventuel changement de cap. C’est intéressant car dans cette période, j’en ai appris davantage sur chaque membre de l’équipe et le type de soutien nécessaire pour chacune.

Et mon message aujourd’hui est pour chacun :
– salariés / membres d’équipe – si vous avez la sensation de travailler trop, trop intensément, sans la reconnaissance ce que vous souhaitez et SURTOUT si vous travaillez pour quelqu’un d’autre : dites stop. Car ça peut finir très violemment et honnêtement, vous serez la personne qui en souffrirez le plus dans la relation si vous laissez les choses déraper.

– chefs d’entreprise / managers – ce n’est pas possible de se laver les mains d’un épuisement des membres de son équipe. On aimerait bien, mais nous avons la responsabilité de poser un cadre qui facilite que chacun prenne soin de lui-même. Car un burn-out, une personne malheureuse ou en colère non seulement est difficile pour la personne, mais cela affecte également l’équipe. Je sais que mon équipe suite à cela a été secouée et ce sera mon job de mettre en place ce qu’il faut pour que chacune se sente soutenu-e et en sécurité.

– solo-preneurs – personne ne va prendre soin de vous à votre place. Pour le coup, en choisissant de bosser seul (ou d’être à la tête d’une équipe) vous choisissez de prendre à 100% la responsabilité de prendre soin de vous. Vous ne pouvez attendre ça ni de vos clients, ni de vos équipes. Je fais très attention à prendre soin de moi de façon à justement avoir le recul de faire mon job, m’occuper de mes clients, m’occuper de mon équipe.

Et à tous, cet episode m’apprend quelque chose de plus vaste : nous ne sommes pas parfaits. Peu importe là oú on se trouve dans la configuration. Nous ne sommes pas parfaits et il est important d’apprendre et de grandir de chaque expérience, surtout quand elle est difficile et douloureuse.

J’espère que cette personne de mon équipe apprendra à prendre soin d’elle et à faire passer elle et sa famille en premier. C’est ce que je lui souhaite.

Pour ma part j’apprends chaque jour un peu plus à être la boss que je veux être. Il n’y a pas de manuel pour le genre de culture et de dynamique que je veux créer. Et j’ai beaucoup de gratitude pour cette expérience. Parce que même si elle secoue, j’en apprends.

Je vous embrasse

Lyvia

Ah au fait, j’ai décidé d’abréger mes ‘vacances’. À la place, je vous écrirai demain sur comment je réfléchis à changer mon business de façon à ne pas avoir à en prendre (de vacances). Ou à toujours être en vacances. À voir et à suivre.

PS: cela fait un moment qu’il me trotte en tête de créer quelque chose sur le fait de recruter, créer une culture d’équipe et la gérer. Je ne suis pas parfaite, mais j’ai appris beaucoup et j’ai une vision très différente de la plupart des chefs d’entreprise de là oú je veux aller en terme de management.

Si cela vous intéresse d’en savoir plus (le format me viendra) commentez ‘je ne suis pas parfaite mais j’apprends’ – non je rigole haha. Commentez ‘recruter et manager différemment m’intéresse’ ou ce que vous voulez de marrant et je m’assurerai de vous tenir au courant !

Photo : une plage de Miami, pour vous

F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.