Parfois c’est fatiguant d’être moi. Si, si, je vous jure.
Parfois, je me dis que la vie serait douce si je pouvais garder un cap pendant, allez, 6 mois (woaaa, toute une vie quoi).
Car je connais des moments d’inconfort fréquents, à chaque prise de conscience, à chaque recalibrage, à chaque réalignement, voilà que ça bouge. J’accepte, j’admets, j’intègre qu’adopter un rythme de croisière n’est pas pour moi.

Quoique…
Les filles de mon équipe (aka ‘mon crew’ aka ‘entourage’) m’ont presque toutes dit récemment que s’il y avait une chose constante chez moi, c’était le fait de toujours, toujours vouloir vivre ce que j’ai envie de vivre, et par conséquent, de changer et d’évoluer constamment. Peu importe ce que je fais ou que je deviens, un coup infopreneure, un coup auteure de fiction, un coup danseuse exotique (qui sait) c’est une chose qui ne changera jamais : je refuse de vivre une demi-minute dans une réalité qui n’est pas fluide.

Je connais la peine et je connais la souffrance, et elles font partie de la vie. Et parfois je les recherche car les traverser me rends plus forte (quand je me fais tatouer, ou que je fais un cours de hot yoga, ou que je me casse la tête à structurer un chapitre de mon roman). Ceci dit, le fait de lutter, de me débattre, de suffoquer… je ne le tolère pas. Je ne sais pas d’où vient cette intolérance. Je n’ai pas besoin de savoir.

Et je comprends de plus en plus que je ne suis pas là pour seulement transmettre… des faits ou méthodes pour s’aligner, pour gagner de l’argent en étant soi, pour mieux aimer. Je le transmets, de fait, un peu par accident. Mais mon rôle, profondément, c’est d’essayer au mieux de vivre une belle vie, et de vous donner l’exemple que c’est possible aussi.

Evidemment, je galère, autant que chaque personne. Je n’ai pas toutes les réponses, mais si on m’a donné une faculté, c’est celle de chercher. De creuser, d’analyser, de comprendre, de décortiquer, de philosopher, et ensuite de transmettre. C’est l’un de mes dons, c’est pourquoi j’écris et je parle autant. C’est parce que je sens et vois des choses que d’autres ne voient pas forcément et qui sont pourtant des informations importantes.

Alors je suis un peu la personne qui expérimente et qui teste pour vous, de façon à vous transmettre ce que je fais, ce que je sais, ce que je comprends, non pas comme étant la vérité absolue, mais comme étant une vérité qui vous permet à VOUS, à votre tour, d’exploiter les dons que vous possédez.

Nous avons tous des choses à s’apporter, et je suis leader par mon existence même et les choix que j’ai fait. Vous êtes probablement leader aussi (sinon vous ne seriez pas là) et mon rôle n’est pas que de vous pousser à faire comme moi. Mon rôle est de vous pousser, au maximum, à faire comme VOUS vous le sentez.

Aujourd’hui, comme à peu près tous les trois mois, j’ai l’impression de recommencer à zéro… encore !
Et je sens que cette fois c’est pour dépasser THE blocage de ma vie. Arf. (À chaque fois j’ai l’impression de déplacer des montagnes, et bien il s’avère que plus tu creuses, plus tu accèdes aux trucs à VRAIMENT enlever, heureusement au fut er à mesure tu deviens plus fort et plus solide, et tu sais que tu es capable – tant mieux).

J’arrive à un stade où je dois choisir, et donc renoncer. Je n’arrive plus à créer des programmes en ligne à vendre (j’ai essayé) j’ai tout envie d’offrir gratuitement, je me dis ‘c’est trop important, c’est d’utilité publique’ OU (le truc qui vient le plus souvent) ‘on pourrait en faire un BOUQUIN !!!’

La vérité. La vraie vérité. La vérité pour de VRAI c’est que je ne sais pas exactement COMMENT je vais atteindre mes objectifs financiers mensuels SANS lancer de nouveaux programmes en ligne. C’est carrément flou.

Je me retrouve, comme ceux et celles d’entre vous qui démarrent, devant un mur et à me dire: je ne sais pas COMMENT passer de l’autre coté. Ca faisait longtemps que le comment ne m’avait pas hanté.

Bien sur, il y a un tas d’idées qui me viennent, et à chaque fois je me dis… haaaan, non ce n’est pas ça. Même l’idée d’automatiser mes anciens programmes m’ennuie (soupir).

Alors pour la première fois depuis plusieurs mois, je dois m’en remettre, encore une fois, à 100% à la FOI. La foi les gars.

La foi que :
– En faisant ce que j’aime profondément, j’atteins mes projets financiers ambitieux
– Je n’ai pas besoin de savoir comment cela va arriver pour que ça arrive
– L’argent peut venir de plusieurs voies diverses auxquelles je ne pense pas
– Je n’ai pas besoin de lier mes actions à un éventuel résultat financier, c’est séparé : je suis mon flow d’un coté, je reçois de l’argent de l’autre. Comme par magie.

Honnêtement, je réalise que je comprenais mieux ce concept d’avoir la foi quand je savais au minimum ‘comment’, ha !

Et le truc, le piège dans lequel on peut tomber, c’est de faire des choses exclusivement pour arrêter l’angoisse de ne pas savoir comment – alors on va dire oui à des projets pas toujours alignés (j’ai tellement d’idées de choses à lancer pour gagner beaucoup ! Mais pas 100% dans le flow, donc nope) – c’est de faire des choses simplement pour gagner les sous et atteindre les objectifs MAIS, et je vous l’ai dit :
Il n’y a AUCUN intérêt à gagner des millions si c’est en faisant des choses que vous n’avez pas profondément l’envie, l’excitation de faire. AUCUN. Sinon vous allez vous retrouvez comme ces gens ‘riches et malheureux’ qui baignent dans leur baignoire de champagne en sniffant de la coke (merci pour votre tolérance de cette image, c’est celle qui est venue).

Et c’est tentant, c’est tentant de dire oui à l’argent ‘facile’. Je peux très facilement gagner 100k ce mois-ci, j’ai toutes les fondations en place pour, MAIS je choisis d’honorer mon art avant tout. Et cela passe par faire de l’écriture (de fiction notamment) ma priorité.

Je me suis posée la question, aujourd’hui (et c’est une bonne question pour vous aussi), ‘si l’argent n’était pas dans la balance, que ferais-je ?’. Et c’est simple, et TOUJOURS la même chose, depuis des semaines que je m’interroge :
– J’écris des livres
– J’écris mon message quotidien
– Je parle à des conférences (que je n’organise pas !)
– J’anime de magnifiques retraites dans de beaux lieux avec des personnes formidables
– J’ai de superbes conversations, avec mes pairs entrepreneurs et en tant que mentor
– (Je regarde mon compte et il y’a de l’argent dessus, pouf !)

Et vous vous dites : ben, Lyvia, y a moyen de gagner plein de sous avec ça.
J’ai tellement d’objections à traiter sur ça (notamment le fait que mes objectifs ne cessent de grimper), et vous le savez, le savoir ne suffit pas. Quand on enlève le levier qu’on a toujours connu et qui a fait notre succès, on peut concevoir les choses mentalement, mais cela ne signifie pas qu’on se sent en sécurité totale à l’intérieur (vous savez ça) – ça demande un recalibrage profond.

Et voici ce à quoi je m’engage aujourd’hui et qui vous aidera peut-être à passer votre prochain cap :

– M’engager chaque jour à me focaliser en priorité sur ce qui est mentionné plus haut – et dire non par défaut à tout ce qui n’est pas ça
– Tous les jours réaffirmer la réalité que je veux pour ma vie, comme si c’était déjà là (travailler sur la foi)
– Tous les jours, dédier un temps à l’argent : travailler mon rapport à l’argent, un espace pour de nouvelles idées alignées, etc. et
– Chaque jour, mettre en oeuvre les actions qui m’inspirent (et uniquement celles qui m’inspirent).

C’est l’un de mes plus gros test de foi. Depuis le début de mon business. Et si je me plante ben… honnêtement je ne peux pas vraiment me planter parce que tant que je fais ce qui est cité plus haut, je serai heureuse. Donc en fait, même si je ne sais pas ‘comment’ ça va me permettre d’atteindre mes objectifs financiers, je sais exactement ce que je dois faire chaque jour. Et finalement, est-ce que ce n’est pas ça la vie, faire ce que l’on veut chaque jour ?

En fait, je me rends compte en écrivant que de toute façon, tout va bien. Ben oui. Au pire, ça rapporte rien comme sous mais au moins je fais ce que je veux. Et puis comme j’ai confiance que ça rapportera autant de sous que je le souhaite, ça en rapportera.
Aussi simple que ça.

Bon je me suis auto-coachée avec ce post. Tout va bien. Cool. Merci les amis 😎

Vaille que vaille ! On ne sait pas où on va, mais on y va

Je vous envoie de la force.

Lyvia

PS : je vous invite à travailler sur votre rapport à l’argent avec mon cours gratuit, l’argent et toi : http://bit.ly/2tGccKG

Photo : une tite vue de Central Park, pour vous