Version audio

Hier, c’était le 11 septembre.
Et hier, j’étais dans l’avion.
Il était loin d’être rempli d’ailleurs.
Quand j’ai pris mon billet je n’y ai pas pensé.
Mais la veille de mon départ je suis allée rendre hommage, au mémorial du 11 septembre à NYC. J’y ai passé des heures. C’est un lieu à la fois déroutant et émouvant. Entre les touristes qui prennent des selfies en souriant, et les noms des 2900+ personnes, mortes, gravés dans le marbre.

Et dans l’avion j’ai écrit ce texte : l’ignorance tue. Je le reprends aujourd’hui, dans le Flow.

« Aujourd’hui, nouveau message d’un ‘hater’. À chaque fois que je vois un commentaire désagréable, ça ne me fait pas mal et cela ne me surprend pas. Je suis juste étonnée de voir à quel point, malgré le fait que j’écrive sur internet chaque jour, et que je parle en direct chaque jour, on puisse me connaître si mal. C’est normal en même temps, la plupart des critiques et propos haineux viennent d’une façon de voir la réalité qui est déformée. C’est humain de ne pas prendre le temps de voir les gens en entier. C’est humain et dangereux.
Mais il y’a de l’espoir. Car certains feront l’effort de comprendre, de connaître, de décortiquer.

Pour moi, la haine vient presque toujours de l’ignorance. On ne peut haïr quelqu’un qu’on connaît bien. Car on est alors en mesure de voir différents aspects de sa personnalité. Il n y’a rarement que des mauvais côtés. Il est plus difficile de haïr quand on pris la peine de comprendre.

Je suis allée voir Wicked, la comédie musicale.
C’est l’histoire de la sorcière dans le magicien d’Oz. On montre son passé, son histoire et comment elle a été déclarée ‘sorcière’.
Ce qu’elle m’a appris sur la tolérance, c’est que, comme disent les américains : ‘there are two sides to every story’. Il y’a deux côtés à une même histoire.
On ne sait jamais ce que quelqu’un a traversé pour arriver là où il en est dans sa vie aujourd’hui.
Et notre perception de cette personne ne signifie pas qu’on la connaît : on peut se tromper. Fatalement.

Pour les animaux qu’elle sauve, Elpha est une sainte. Pour les habitants du royaume, c’est une terrifiante sorcière. Qui détient la vérité ?

Perception :
La haine et les critiques viennent de l’ignorance et l’ignorance tue pour de vrai.

L’ignorance a tué Arlene. Arlene Eva Fried. J’ai repéré son nom au mémorial du 11 septembre. Il m’a marqué. Je me suis imaginée Arlene, la quarantaine, souriante et offrant le café à ses collègues. Des gens qui la détestaient pour ce qu’elle représentait ont planté un avion dans la tour oú elle se trouvait. Et Arlene est morte.
À l’intérieur du musée j’ai vu son visage. Et je ne m’étais pas trompée. La quarantaine, brunette, une femme que l’on pourrait appeler charmante ou sexy. Elle souriait sur la photo.
L’ignorance a tué Arlene et quelques 2930 autres.

L’ignorance, le fait de ne pas prendre la peine de gratter sous la surface et savoir qui est son prochain tue.
Le bénéfice du doute à l’envers : je ne te connais pas alors je pars du principe que tu es dangereux.

La vérité.
C’est la vérité qui combat l’ignorance.

C’est dire : voici la personne que je suis. Voici ce qui se passe en vérité.
Et c’est en tant que personne, aller la chercher, cette vérité. La dire et la découvrir aussi.

C’est parce que l’on en parle peu que, par exemple, la consommation de viande est si forte en France. Et on n’en parle pas parce que ça arrange les lobbys que la vérité soit sous silence.

Mais je suis convaincue qu’avec les bonnes informations, même pas forcément sur le traitement des animaux mais sur les dangers sanitaires de la consommation de viande d’élevage, si on se donnait la peine de faire de vraies campagnes, alors la majorité de la population diminuerait au moins sa consommation.
Personne n’a envie de manger des antibiotiques en quantité, de l’arsenic ou des excréments. Bref, je m’égare.

Je suis vraiment persuadée que l’information au global pourrait faire une différence. Non seulement les animaux meurent, mais ils nous emportent avec eux à petit feu.

..
C’est parce que beaucoup d’hommes n’ont pas été éduqués sur le sujet du consentement que tant de femmes sont agressées. On quoi encore que ‘qui ne dit non consent’. Sérieusement quoi…

L’ignorance tue, et c’est la responsabilité de chacun de s’informer, de creuser, de questionner, plutôt que de prendre position pour ou contre sans savoir.

Le réflexe de l’homme moderne n’est pas de s’informer. Il est de consommer. Souvent les yeux fermés.

Consommer les news qu’on lui verse directement dans le bec. BFM comme source.

Purée quoi…
Mais lisez !

Avant de critiquer quelqu’un ou une position ou une cause, lisez ce qu’il y a à lire sur le sujet, posez des questions. Ne vous laissez pas leurrer par la superficialité.

Avant de prendre des décisions dans votre vie, informez-vous.

Allez sur Google, faites des recherches. Comparez les sources.

Si vous n’avez pas de source solide, parlez en ‘je’, parlez en votre nom. Partagez votre compréhension, votre vérité. La position que vous prenez compte aussi. Ouvrir la discussion et l’échange compte. Et au moins vous apprendrez. Si vous vous trompez vous vous donnez l’espace d’être rectifiés.

Parlez, questionnez, interrogez des personnes plus avancées que vous.

L’information est partout et pourtant on fait peu l’effort de se plonger dedans. Une intox sur FB et c’est parti.

Cela m’attriste en fait, de voir à quel point…

On ne lit plus,
On ne regarde plus de documentaires,
On se contente de pré-mâché.
Le travail de journalistes, d’écrivains, de penseurs sérieux est mis de côté au profit de la télé-réalité.

Une vie qu’on veut traverser sans avoir à penser.

C’est beau, jusqu’à ce que l’on devienne victime de la même ignorance.
Et là c’est le tolé, c’est la crise, ‘c’est un scandale’, ‘comment osent-ils’. Mais en même temps, c’est toi qui a commencé…

La France est un beau pays, notamment parce qu’on nous apprend la philo et les maths de façon plus avancée que d’autres.

Les questionnements, le débat, la révolte font partie de notre culture.

Quand est-on devenus plan plan au point de simplement bouffer ce que la télé nous dit ? »

Plus j’écrivais ce texte, plus j’étais en colère. Notamment de voir à quel point notre position de privilège, via lequel nous avons l’accès à toutes les informations possibles, est utilisé plutôt pour ignorer (‘oh, ça c’est les autres’).

On ne peut pas s’attendre à ce que le reste du monde s’informe et s’éclaire.

Cela doit commencer par chacun d’entre nous. Dans quelle mesure cherchons-nous à comprendre la vérité ? Dans quelle mesure partageons-nous la notre.

Je suis très vigilante à parler en mon nom, en ‘je’, surtout quand je n’ai pas toutes les réponses. Et quand je sens qu’une information me manque, ou qu’un point de vue me manque, je vais le chercher. Et parfois je me trompe, et c’est ok.
Nous sommes tous là pour grandir et apprendre.

N’attendons pas des autres ce que l’on peut déjà s’offrir à nous mêmes.

Offrons-nous vérité, connaissance, échanges, éducation et prise de conscience. Offrons-nous la démarche d’être actifs et non passifs dans notre vie. Offrons-nous le fait d’apprendre à nous aimer et aimer l’autre, en entier. Ne laissons-pas d’autres décider de ce que nous devons croire.

Je vous embrasse sur les deux joues,

#DarkPinkLyvia, fraîchement arrivée sur le sol français.