As-tu peur d’aimer ?

As-tu-peur d aimer

As-tu peur d’aimer ?
As-tu peur d’aimer ???
Mais… c’est quoi ce genre de question, franchement !
C’est un truc à se retourner le cerveau ça.
Ai-je peur d’aimer ?

Eh bien oui, j’ai peur d’aimer !
Évidemment que j’ai peur d’aimer !

Car quand j’aime, je n’aime pas à moitié.
Je donne tout, à 100%
Je mets mon coeur dedans, mon âme dedans, mon corps dedans.
Quand j’aime, je montre qui je suis.
TOUT ce que je suis.
Ce qui n’est pas dit, ce qui n’est pas beau, ce qui n’est pas joli.
Parfois certaines choses que j’ai caché toute ma vie.

BIEN SÛR que j’ai peur d’aimer !
Aimer c’est la chose la plus difficile de la Terre.
Car aimer, c’est donner.
Aimer, c’est être vrai.
Aimer, c’est respirer, et ne pas savoir si un jour, l’air sera empoisonné.

C’est dangereux d’aimer parce que…
Quand tu aimes, ton coeur est grand ouvert.
Dans ma définition de l’amour, je te montre qui je suis, tu me montres qui tu es.
Je te dis ma vérité, et tu me dis la tienne.
Et parfois ta vérité va me faire mal.
Et parfois la mienne va te faire souffrir.
Mais comme l’amour est là, on se dit : c’est ok. Je t’accepte comme ça.

Quand je t’aime, je te dis : vois-moi !
Et si tu n’aimes pas ce que tu vois,
Je fais quoi moi ?

Parce que je ne peux pas être autre chose que…
Moi.

Aimer, c’est te présenter mon flanc,
Te mettre un couteau dans la main et te dire :
Je t’en prie, ne me le plante pas.

Le truc c’est que…
Je ne peux pas vraiment aimer, sans ça.
Sans m’ouvrir, sans faire confiance, sans croire, sans espérer.
Et tout ça… sans savoir.
Sans savoir si…
Tu seras celui qui me fait du mal,
Tu seras celui qui me déçoit,
Tu seras celui qui me trahit.
Je dois avancer, à fonds les ballons, sans jamais savoir si…
Je vais avoir mal.

J’ai peur d’aimer, c’est sûr…
Et pourtant je dois,
Je dois essayer au moins,
De ne pas me montrer à moitié.
De montrer qui je suis,
Les faiblesses, les défauts, les blessures,
Et espérer…
Ah.. s’il te plaît vois moi en entier.

C’est parce que ça fait peur d’aimer qu’aimer est beau,
Ce moment où…
Tu peux relâcher tes épaules,
Arrêter de retenir ton souffle,
Et te dire…
C’est bon…
Je crois bien que là… je suis en sécurité.

Quand tu te rends vulnérable,
Quand tu montres ce qui n’est pas facile à montrer,

C’est finalement, ce que tu espères secrètement, non ?
Entendre ces mots :
‘Je te vois… et avec moi, tu es en sécurité’.

J’ai peur d’aimer,
Et en même temps,
J’ai tellement hâte !
Il y’a tellement d’amour qui déborde de ce coeur,
Tellement à donner, tellement à recevoir,
Alors, je dépasse de temps en temps ma peur,

Forcément, jusque là,
Parce que je ne t’ai pas trouvé,
Parce que je ne l’ai pas trouvé,
Je me casse un peu les dents, par moments,
D’espoirs déçus en espoirs déçus,
En me disant :
Je sais qu’il est là,
Quelque part,
Et même si je dois me prendre vents, râteaux et coups de pelle,
J’imagine que ça vaut bien le coup,

D’aimer, en entier, coeur et âme et corps.
Et d’être aimé, entier, tout pareil,
Et bien plus encore.

Soupir…
Madeleine, sors de ce corps.

Lyvia

Ps : je t’en veux, toi qui m’a posé cette question ! J’en ai eu les larmes aux yeux ha !

F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.