Elle se regardait dans le miroir. La robe de chambre de soie rouge épousait ses formes. Malgré le tissu ample et vaporeux, elle le sentait serré contre sa peau.

Elle fit un grand sourire au miroir, le regarda de biais avec une moue sexy, et tout de suite se sentit ridicule. Pour qui elle se prenait.

Elle s’appuya sur le bord du lavabo. Prit une longue respiration. ‘Tu peux le faire’

Se redressant, tête droite, elle fixe son propre regard dans la glace, elle le soutient, comme pour donner un défi à elle même.

Lascivement, elle fait descendre la tenue sur son épaule gauche, essayant de voir ce qu’il verrait lui. Et encore une fois, elle secoua la tête.

‘Han, jamais je n’y arriverais’

Elle envisagea de trouver une excuse, d’abandonner, de partir rapidement, en se pressant,

Eh puis elle s’est dit… non.

Ce moment, elle l’attendait depuis longtemps.
Si elle le décidait, alors il se passerait bien. Parfaitement bien. À force de se le répéter, cela deviendrait peut-être vrai.

Elle s’attrapa dans ses propres bras, et suivant une symphonie qui jouait dans son propre esprit, elle se lova, de gauche à droite.

Tout se passerait bien.

Elle passa doucement les mains sur ses seins. Qu’elle voulait plus fermes, plus ronds.
‘Vous serez très bien’, elle leur chuchote.

Elle passe la main sur son ventre, celui qui depuis des années, ne l’avait jamais satisfait. Les bourrelets, les marques, l’inverse du ventre plat dont elle rêvait..
‘Tu es parfait’

Elle laisse ses mains descendre sur ses hanches. Ses hanches dont les vergetures n’ont jamais pu partir. Pas depuis qu’elle avait pris du poids puis perdu puis repris.
‘Merci d’être là… j’ai grandi’

Elle descend jusqu’à ses cuisses, fortes et larges, elle sent presque la cellulite à travers le tissu fin. Elle s’imagine, malgré elle, ces bouts de gras remuer et ne pas tenir en place…
Et elle se dit…
‘C’est très bien.
D. t’aimera…
Si tu t’aimes’

Elle tremble un peu.
Frissonne encore.
Anticipe son regard.
Qui y aura-t-il dedans.
Elle choisit que ce sera….
De l’admiration.

Une dernière respiration.
Un regard franc au miroir.
Et elle se tourne vers la porte.

Courage.
Elle allait se montrer nue à la personne qu’elle aime.
Pour la première fois.

…..

Ça y’est, je suis prête.
Je suis prête à vous laisser vous abonner à mes histoires.
Tous les jours, un nouveau texte, une histoire courte ou une partie d’une histoire plus longue.
Un abonnement qui vous sera précieux, j’espère.
Cela se passera aujourd’hui.
Restez connectés… ou laissez un mot pour ne pas passer à côté

Lyvia