Le point commun entre sexe et argent ? Le flow : Clique ici pour en savoir plus !

Goodbye Hawaii – Bientôt je serai de retour

Copy-of-VISUELS-DES-ARTICLES-1

C’est ma dernière journée ici. J’entends la pluie tomber sur le toit, et je la vois de mon lit, qui donne vue sur dehors.

Cette semaine, je n’ai pas beaucoup écrit. Et pourtant… je n’ai jamais autant écrit je crois.
C’est comme si à l’intérieur quelque chose s’était mis en place.

Comme si j’avais cherché une réponse qui m’a été donnée ici.

Et cette réponse c’est : simplicité.

Aie la simplicité de suivre tes rêves.

La retraite d’écriture à laquelle j’ai participé puis mon temps passé ici à faire des rencontres, des amis, passer une journée à me faire tatouer m’a tellement appris. Je sais que je vais en avoir les retours pour les mois à venir.

J’ai appris :
La simplicité. Que si l’on se concentre sur ce qui nous appelle, notre art, alors tout est simple. Toutes les décisions sont simples. Quand il passe en premier, quand il devient une priorité, tout est simple.

J’ai décidé que j’irai à fond dans mon art et dans l’écriture ‘no matter what’. C’était une décision que j’avais déjà prise mais je l’ai réitérée : rien est plus important aujourd’hui pour moi que d’être heureuse. Rien.

Et être heureuse…
Être heureuse ressemble à Hawaï en fait, ha !

Être heureuse c’est avoir du temps et de l’espace pour écrire des livres.
C’est avoir la nature qui m’inspire et m’apaise, tout autour de moi,
C’est rencontrer de nouvelles personnes qui m’embrassent et m’emmènent dans leur cercle.
Être heureuse, c’est aller si loin que l’essentiel émerge.

Ici, à l’autre bout de la Terre, je vois l’essentiel.
Et je vois tout ce que je suis, en fait, prête à lâcher.
Ça me fait peur, je ne m’en sentais pas capable. Mais je suis prête à le lâcher.

Je suis prête à lâcher ma maison à Londres, que je croyais être MA maison et qui me semble étriquée maintenant car elle est loin des arbres

Je suis prête à lâcher mon business, à m’installer dans une petite maison quelque part, à travailler dans une boulangerie pour payer mon loyer, et à sortir mes livres les uns après les autres jusqu’à ce qu’ils deviennent des best sellers internationaux (parce que oui, c’est toujours l’objectif)

Je suis prête à lâcher les attentes que l’on peut avoir envers moi. Toutes les attentes. En étant ici, j’ai réalisé à quel point je suis sollicitée. Et à quel point cela me prend de la charge mentale. Et à quel point cela entretient une anxiété latente..
Je lâche les attentes… de mon équipe, de mes clients, de vous mes lecteurs, de ma famille, de mes amis. De moi-même envers moi. Et celles là sont les plus dures.
Et je donne ce que je peux. Je donne ce que je suis.

Hawai m’a appris à juste.. vivre. Vivre pour moi. Avec ce que je suis, ce que j’aime, sans superflu. Juste exister, sans pression ni bousculade.
Dans le Flow quoi

Hawaï m’a appris à faire le tri et m’a reconnecté à l’essentiel.

C’était la page blanche dont j’avais besoin. J’avais commencé à effacer des choses dessus, et là je pense que l’on arrive au dernier coup de gomme. Pour recréer.

Je me faisais la remarque : 2017 était l’année de l’expansion j’ai tout fait en grand, j’avais besoin de ça. De voir ce dont j’étais capable.

Mais c’était encore en forçant, un tout petit peu.
C’était encore en ‘travaillant’, un tout petit peu.
C’était encore en recevant beaucoup d’information.

Et l’année dernière je me suis demandée quelle était la prochaine étape. Et je la sais.

C’est simplifier pour mieux me déployer.

Je sentais que ma vie allait changer en 2018, encore. Et je pense que je ne serai pas déçue.

Ici j’ai appris que…
j’avais le droit de prendre mon temps.
Pas que je vais moins vite, ça va toujours à 1000 à l’heure dans ma tête.

Mais je vous ai raconté je crois, comment cet été, j’avais la sensation d’être sur un tapis roulant qui n’arrêtais pas. Et j’ai fait le choix conscient de descendre de ce tapis roulant.

Et je crois que là j’ai fait un bond de côté par rapport au tapis roulant.

Que je me sens bien, que c’est doux.

Et je ne crée pas moins.

J’ai 1000 idées d’articles qui ne demande que d’avoir l’espace de sortir (je profitais trop d’Hawaii pour ça),
Je sais exactement ce que je vais vous proposer comme aventure ensemble (on va se voir !)
Et tout est clair et tout est fluide et tout est venu tout seul.

Je me sens vraiment bien ici.
Et je suis triste de partir.
C’est très rare que je sois triste de revenir de voyage. En général je n’ai qu’une hâte, retrouver mon environnement.

Mais peut être que mon environnement va changer.

Je reviens à Hawaï, c’est prévu au moins pour faire la même retraite dans un an.

Et mon petit doigt me dit que je serai encore de passage avant.

C’est assez étrange car cet endroit, visuellement, ressemble à la Guadeloupe oú j’ai grandi. Et pourtant je me sens encore mieux ici.

Peut-être ai-je en moi les gènes de Pele, la déesse du feu Hawaïenne, dont je vous raconterai l’histoire un autre jour.
Une artiste, à qui j’ai acheté un magnifique peinture, m’a raconté que Pele était une hawaïenne primitive, afro-descendante avec les yeux en amandes. Eh oui les premiers hawaïens avaient la peau foncée. Elle m’a dit : Pele te ressemble. Et Pele me ressemble. Celle dont j’ai choisi la représentation et qui ai maintenant tatouée sur mon bras.

Merci Hawai. Je t’aime d’amour.
Bientôt, je serai de retour <3

F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.