Pratique érotique des cinq sens

C5

Me voici donc à Hawaï, à l’autre bout de la Terre par rapport à oú je vis.
Ici le temps est ralenti. L’énergie est pure. À notre arrivée dans notre lieu de retraite, nous avons découvert cette magnifique chute d’eau, juste en bas de la maison.
Ni une ni deux, mon amie Laure et moi nagerons dans l’eau, jusqu’à arriver sous cette chute, et sentir les flots tomber sur nos épaules, notre dos.

À cet instant, j’ai dit.. merci. Merci d’être vivante. Merci de vivre ça. Merci que cet endroit existe et qu’il soit à nous pour une semaine. Merci à moi, à nous, de nous être offert ce cadeau.

La connexion à la nature a créé une connexion au moment. Au moment présent, vibrant, qui est O si fabuleux.

Ce matin nous avons commencé la journée avec une séance de yoga profond. De longs mouvements, des torsions. Cette lenteur était à la fois… inconfortable, et en même temps, exactement ce dont j’avais besoin. J’ai souri en bougeant mon corps.

Ce corps dont je me suis sentie coupée pendant si longtemps. Un cerveau sur pâtes, qui ne donnait d’importance qu’à l’intellect, qu’à ce qui se passe dans ma tête.

Et cette connexion au présent qu’apporte le yoga, apporte une connexion au corps. À mon corps.

Et alors que je respire mon esprit se balade, et je me demande : quand nos corps sont-ils devenus des objets honteux qui ne méritent pas notre attention ? Quand a-t-on commencé à les regarder de loin, voire pas du tout ?
Quand a-t-on arrêter d’y penser comme le véhicule de tout, comme étant déconnecté de qui nous sommes.

Toutes ces fois où j’ai fait du yoga, du sport ou même l’amour en UTILISANT ce corps, et sans vraiment être dedans…

Alors… à la fin de la séance, alors que je suis en méditation me vient cette idée… et si nous recommencions à explorer notre corps lentement, doucement, avec toute la richesse qu’il peut nous apporter.

Aux femmes notamment, on peut faire le reproche de ne pas ‘autant avoir envie’ qu’un homme. Je pense que c’est faux. L’être multi-orgasmique qu’est une femme n’a aucune raison de ne pas avoir envie de faire l’amour.

C’est juste que… on attend d’elle qu’elle ait envie d’une certaine façon… comme un homme. Que le désir monte vite et soit pressent. Or… cela ne se passe pas comme ça, pas exactement. Et si nous commencions à explorer, document. Et que nous voyons oú ça nous mène.

Voici une pratique érotique des 5 sens, comme elle m’est venue en méditation. À faire à solo ou à deux.

Enjoy.

Pratique érotique des 5 sens – version 1

1/ LA VUE

Vous regardez-vous ?
Arrives-tu à te regarder dans le miroir, sans détourner le regard ?
Regarde-tu ton partenaire, des pieds à la tête ?
Ce premier exercice est un exercice très simple de tantra. Il s’agit de simplement se regarder dans les yeux. Sans se toucher.

Assis en tailleur face à face, regardez-vous droit dans les yeux, habillés ou non, comme vous le sentez.

Si vous êtes seuls, regardez devant le miroir.

Et restez ainsi, sans parler et sans bouger, pendant au moins 15 minutes, sans parler.

Inspirez, et expirez. Synchronisez vos souffles et entrez dans une légère méditation.

Cet exercice est plus difficile qu’il n’en a l’air, mais a pour but de s’ancrer dans le présent, et dans la présence de soi et de l’autre.

2/ LE GOÛT

À portée de main, gardez des mains qui vous font envie et plaisir.
Mon choix : des fraises ou des framboises, un verre de vin rouge ou de prosecco, du chocolat noir avec des grains de sels.

Qu’il vous fasse plaisir. Que le goût vous fasse plaisir. Pas besoin que ce soit complexe ou ce que vous ‘pensez’ devoir avoir à porter.
Pensez d’abord et ce qui vous fait envie.

Les yeux fermés, goûtez de chacun de ses mets. Vous seuls, d’abord.

Si votre partenaire est en face de vous, la suite consiste à lui offrir l’un de ces mets, en le regardant dans les yeux.

Prenez le temps de sentir les goûts.
Quels sont ceux qui viennent à la première bouchée ? Et à la seconde ? Et à la troisième ?

Savourez, car c’est en apprenant à savourer ici que vous serez plus à même de savourer après.

3/ LE SON

Pour entrer dans une belle relation sexuelle, j’ai besoin de mots et de sons. Et je ne pense pas être la seule. Les mots peuvent venir d’une conversation. Par exemple : décrivez ce que vous voyez ou aimez de votre partenaire.
De la tête au pied, décrivez ce que vous appréciez.

Approchez vous plus près, toujours sans toucher, et exprimez votre désir, vos fantasmes, ce que vous auriez envie de faire dans ce temps que vous avez ensemble.

Cela peut être un peu intimidant au début, alors gardez les choses simples.

L’autre option, s’approcher assez prêt pour susurrer à l’oreille. Rien de tel qu’un souffle sur le cou pour se mettre dans l’ambiance…

Si vous faites l’exercice en solo, regardez vous dans le miroir, et dites vous des mots d’amour. L’amour le plus grand est celui que vous vous portez à vous-mêmes.

4/ L’ODEUR

Pour stimuler le sens de l’odorat, plusieurs options sont possibles.

Faire brûler des bougies, de l’encens, par exemple, peut stimuler les sens.

Mais ce que je préfère est l’odeur de la peau. La peau sans aucun artifice, ou avec des touches d’huiles essentielles ou végétales (eau, coco).

Cette partie du rituel a quelque chose de bestial, d’animal même. Il s’agit simplement de prendre le temps de… sentir. Sentir l’arrière de l’oreille, le creux du poignet, le haut de le clavicule.

Avec un début de toucher pourquoi pas, léger.

Décomposez les odeurs et appréciez leur complexité.

Humez et sentez. L’odeur envoie de nombreuses informations qui peuvent complètement nous transporter.

En solo : enduisez votre corps d’une huile de votre choix avant ce rituel, et avant de passer au toucher, prenez le temps de sentir l’air, de sentir le creux de votre poignet. Activez ce sens pour être complètement présent.

5/ LE TOUCHER

Ahh…. souvent il vient en premier, et si on le faisait passer en dernier, après tout le reste ?
Si on gardait l’exploration des mains pour la fin, après avoir senti avec les autres sens à notre disposition ?

Quand on pense au toucher, on pense au toucher avec les doigts, peut être le bout des doigts pour commencer. Ce n’est pas mal…

Mais on peut toucher avec…le dos de sa main, on peut toucher avec sa propre peau, on peut toucher avec sa bouche, on peut toucher en posant une partie de notre corps sur une partie du corps de l’autre.
On peut toucher de la joue, on peut toucher de l’avant bras. On peut toucher de plein d’autres façons que du bout des doigts.

En touchant l’autre, vivant l’expérience de sentir des parties de votre corps contre les parties du corps de l’autre.

Des variantes : caresser avec une plume, faire glisser un bout de tissu doux sur la peau, poser un tissu et caresser à travers lui, tout est permis.

Et évidemment, si vous êtes par vous mêmes, touchez vous, comme vous le sentez, comme ça vient.

Le toucher peut se transformer en massage. L’huile de coco est une huile parfaite pour ça.

Et au fur et à mesure que vous explorez et que vous appuyez en des endroits plus intimes et cachés, laissez votre imagination vous emporter.

Essayez à la maison, et venez me raconter

Lyvia

PS : On vous présente en live notre maison à Hawaii !

F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.