Tu vois la belle au bois dormant ?

Tu vois la belle au bois dormant

Celle qui est dans son château,
A se reposer depuis 1000 ans,
En attendant que le prince charmant veuille bien la réveiller ?

Ben… c’est pas toi.

Toi, tu es la nana de l’autre côté de la barrière,
Tu as l’œil rivé sur le château, et tu sais que c’est là que tu dois aller,
Et devant toi s’étend une forêt de ronces,
Que tu comptes bien traverser pour aller chercher ton dû.

On te l’a dit en rêve : c’est par là qu’il faut aller.

Tu as une hache à la main,
Tu la serres bien fort,
Tu lui a donné un nom : Emeline,
Mais Emeline est tout sauf mignonne, c’est une coquine.

Elle est couverte de sang, Emeline,
Du sang de tes démons, qui l’ont heurté si longtemps,
Du sang des vampires, qui ont voulu se nourrir du tien pour mieux grandir,
Du sang des morts vivants, t’attrapant par les pieds pour t’empêcher d’avancer.

C’est que… rien ne va t’empêcher de l’atteindre, ce fichu château,
Car ce n’est pas ce château qui t’intéresse, c’est ce qu’il héberge, c’est ce qu’il y’a dedans.

Les ronces ont beau pousser, elles ne vont pas t’arrêter.
Les bêtes ont beau griffer, elles ne vont pas t’arrêter.
Les corneilles ont beau crier, elles ne vont pas t’arrêter.

Car tu ne connais qu’une direction : devant.

Le soleil se couche et la sueur perle sur ton front.
Tu aurais pu, comme Blanche Neige, rester bien au chaud à être la boniche des 7 nains (si encore ils étaient bien au lit, pfff).

Tu aurais pu rester dans la vie pépère,
A voir ce château au loin,
À te dire : un jour peut-être.

Sauf que les jours passaient et rien ne changeait.
Tu as regardé ta maison couverte de paille, et ton mari mignon. Et tu lui as dit :
‘FUCK, tu sais quoi ? Je vais nous trouver une VRAIE maison !’

Certains disent que ta quête est vaine,
Que tu risques de mourir en faisant cela,
Ils te répètent sans arrêt :
‘Mais as-tu pensé aux enfants ???’

Et tu réponds : justement !
Je suis la meilleure des mamans,
Car ma vie sert à montrer,
Que l’on vaut mieux que tous les plans,
Créés pour nous, pensés pour nous et suivis par nous. Comme des moutons.

Tu voulais vivre, vibrer, sentir,
Sentir ton sang circuler, pour une fois.
Sentir ta force se décupler,
Et sentir tout ce que tu peux créer.

Tu vas la traverser, cette dernière forêt.
Et tu vas aller jusqu’au château,
Et là…

Tu prendras la couronne,
Celle qui n’a pas bougé de mains depuis des années,
Tu vas la prendre sous le bras,
Redescendre la pente en courant,
Les chiens à tes trousses,
Emeline à tes côtés,
Le sol qui tremble sous tes pieds,

Et sous peu tu seras au chevet de ta petite fille, et tu lui diras :

Toi aussi, tu y arriveras.

Et ainsi tu crées une lignée…
De braveuses de démons, de vampires et de morts vivants, de générations en générations.

Badass révolutionnaire, c’est ce que tu es,
La belle au bois dormant n’a qu’à aller se recoucher !

Lyvia x

{D’accord, d’accord, le vol de couronne n’est pas un super bon exemple pour les enfants. Mais dans ce monde nous manquons de transgression ! Et si on commençait à un peu moins suivre les règles et un peu plus suivre son cœur?}

F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.