{Vérité dans les désirs} – Etre toi suffit, dans tes relations – Jour 2

[Original size] Copy of VISUELS DES ARTICLES 10-2

Quand j’échange avec les hommes, ce qui revient le plus souvent est cette attente que nous (femmes) avons d’eux quant à savoir quels sont nos désirs. On attend qu’ils nous prennent, nous ravissent, le tout en lisant dans nos pensées.
Aujourd’hui, plus que jamais, avec les discussions sur les abus et dépassements de limites, être un homme est (aussi) compliqué. D’un côté tu n’as pas envie d’être le prédateur qui prend sans qu’on lui ai autorisé. Et de l’autre, tu n’as pas envie d’être ‘le bon copain’ pour toujours perdu dans la friend zone.

Je crois qu’il est temps que nous femmes, nous réapproprions notre désir et apprenions à l’exprimer. Créer ensemble le périmètre de ce que l’on souhaite, et de ce que l’on ne souhaite pas, de façon qu’avec notre partenaire nous puissions danser dans ce cercle librement.

Ce n’est pas facile. On nous a appris qu’une femme qui parle librement de sexe est pour ainsi dire, une pute. Ah ben oui, on attend de nous de jouer les prudes qui la jouent distante et mystérieuse… et à la fois d’ouvrir les jambes bien en grand au moment de passer à l’action.

On nous a aussi appris que c’était à l’homme de se débrouiller. Pour prendre plaisir avec notre corps, et nous donner plaisir par accident, presque, par la même occasion.

L’expression des désirs commence bien avant de se retrouver sur le fait accompli, soutien-gorge sur le sol et corps fumants l’un contre l’autre.

L’expression des désirs arrivent dès les premières conversations, car on ne va pas se mentir : quand on recherche un partenaire, peu importe dans quelle configuration, la sexualité va tôt ou tard faire partir de l’équation. Je vote pour tôt, avec les mots.

Dès mes premières interactions avec un homme, je sais tout autant ce qu’il recherche dans une relation au niveau de l’engagement et des émotions, que ce qu’il recherche sexuellement. Quels fantasmes, quels désirs, dans quel genre d’interactions ? Je peux passer pour une femme qui ne pense qu’à ça, mais j’ai déjà vu les dommages que cela crée de ne pas en parler : typiquement la zone grise, dans laquelle je me retrouve à interagir intimement avec quelqu’un alors que je n’en ai pas profondément envie.

Comment exprimer ces désirs ? Eh bien, c’est assez simple. Quand on parle de ‘ce que l’on recherche dans une relation’, rien n’empêche de mentionner en passant le type de sexualité que l’on recherche, pourquoi pas ?

Quand on parle de ‘ce qui s’est passé dans d’anciennes relations’, rien n’empêche de parler de sexualité.

En fait, il s’agit de s’habituer à en faire un sujet comme un autre parce que… qu’on le veuille ou nous, c’est un sujet prédominant.

Et on s’entraine. Plus on en parle, plus il est facile d’en parler. Un prétexte peut simplement être que l’on s’intéresse au sujet au global.

Plus on s’habitue à mettre les mots sur nos désirs très tôt, plus on améliore la qualité de nos interactions parce que d’une, si l’on est célibataire par exemple, cela trie nos partenaires. Et si on ne l’est pas où que l’on début une relation…. Eh bien il y a plus de chances d’obtenir ce que l’on veut.

Il y a de nombreuses conversations à avoir sur la sexualité au global, tellement, et certaines ont tout à fait leur place à la table du diner entre l’entrée et la plat de résistance :

– Quels sont tes fantasmes ? Les as-tu réalisé ? En as-tu envie ?

– Quelle est ta relation avec la sexualité ?

– A quoi ressemble une relation épanouissante sur le plan sexuel pour toi ?

– Est-ce que la monogamie est un cadre dans lequel tu te sens capable d’exprimer tout tes désirs ? Si oui quel serait le cadre idéal ?

– Quelle est la chose la plus folle que tu aies faite ?

– Comment c’était dans tes relations passées ?

– Qu’est-ce qui t’a manqué dans le passé sur ce plan, et que tu aimerais explorer ?

– Qu’est-ce qui te fait kiffer ?

– Qu’est-ce que tu n’aimes pas ?

Et puis au moment de l’acte, ou après :

– Qu’est-ce que tu aimes que l’on te fasse ?

– Est-ce qu’il y a quelque chose de particulier que je dois savoir sur toi ou sur ton corps ?

Et apprendre des mots simples, du feedback verbal, pendant :

– Ralentis…. (Je crois que cela doit être ce que je dis le plus souvent haha)
– Doucement…
– Encore…
– Viens on change…
– J’aime bien ça…

Le son, la respiration, le mouvement sont vos amis dans ces moments là.
Il y a beaucoup à dire sur le sujet et beaucoup de barrières à exprimer nos désirs.
Mais ce que j’aimerais vous dire c’est…. ESSAYEZ.
Essayez, à votre rythme, à tâtons, de dire ce que vous aimez, et ce que vous n’aimez pas.
C’est vachement pratique !

F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.