Ce qui ne va pas avec l’éducation aujourd’hui

Ce qui ne va pas avec l’éducation aujourd’hui

Ce qui ne va pas avec l’éducation aujourd’hui

Deux de mes meilleures amies sont enceintes, et j’ai beaucoup de chance de passer du temps avec elles ici en Guadeloupe, un moment rare que l’on a que tous les 2/3 ans.

J’ai passé du temps à faire connaissance avec leurs bébés énergetiquement (oui je sens l’énergie des bébés 👶) et l’un des messages était de laisser l’enfant être qui il est, ne le pousser ni dans un sens ni dans l’autre de son identité.

Or c’est exactement ce que l’éducation nous a fait.
Dans la piscine, nous voilà à discuter d’éducation. C’est un sujet présent et important chez moi, et j’en parle pourtant peu.

Même si j’honore l’éducation en France, et je suis vraiment chanceuse d’avoir eu une éducation complète et gratuite, quand je vois à quel point l’identité et la créativité de mes lecteurs, clients, ainsi que la mienne a été bridée, je me dis clairement… qu’on peut mieux faire !

Un enfant est libre, créatif, et a soif d’apprendre.
Or tres tôt on lui apprend à suivre des règles, on lui apprend la hiérarchie, on lui apprend l’humiliation quand il ne va pas aussi vite ou bien que les autres, et on lui apprend que certaines habilités sont valorisées, et que d’autres sont dévalorisées.

Ce qu’on dit aux enfants très tôt c’est :
– si tu veux être aimé, conforme toi.
– si tu veux réussir, suis le chemin et tu as intérêt à être bon.
– la plupart du temps, tu n’es pas assez bien

J’étais une bonne élève. J’ai beaucoup moins souffert du système éducatif que nombre de mes amis. Et pourtant, j’ai été bridée et limitée.

Vous croyez qu’on m’a pris au sérieux quand j’ai dit que je serais écrivain ? Pas vraiment.
Alors à la place j’ai suivi une voie qui n’avait rien à voir et qui est loin de m’avoir épanoui.

L’un des gros problèmes, notamment en France, est la notion d’élitisme.

Cette conformité part du haut.

Dans les grandes entreprises, tu es mieux payé si tu as fait de grandes écoles de commerce, tu as un meilleur boulot si tu as fait une école d’ingénieur plutôt qu’une fac d’histoire.

Alors… au lycée on t’invite à faire des études ‘scientifiques car elles ouvrent toutes les portes’, et ça descend jusqu’au primaire : si tu es bon à ci ou à ca tu as des chances de réussir.

Si jamais par contre ton inclination est à la cuisine, ou à la menuiserie, tu es directement éliminé de la possible élite et ton métier est dévalorisé.

Cet élitisme descend jusqu’à très jeune, et tu comprends que si tu ne fais pas partie des meilleurs, tu n’as pas de chance de ‘réussir’.

Car l’autre souci est que la notion de ‘réussite’ est pré-programmée, c’est la même pour tout le monde : c’est le ‘bon boulot’, la ‘bonne voiture’, suivi du mariage et des enfants.

Si tu n’as pas ca, si tu ne suis pas cette voie, tu fais partie des gens qui ont tout raté. Pour peu que tu sois un peu artiste, tu es constamment dévalorisé.

Mais le pire dans ce système c’est que…
Quand tu as ça… tu risques d’avoir des chances d’être désillusionnée. La plupart des personnes que j’accompagne sont des personnes qui ont suivi un chemin tout tracé, et qui finalement se rendent compte que ce n’est pas le saint graal qu’on leur avait promis.

Là, en tant qu’adulte, tout ce que nous faisons c’est défaire et désapprendre, et nous reconnecter à notre intuition et à notre créativité. Tous mes amis proches sont créatifs et intuitifs, et c’est ce qui nous relie.

Maintenant, ce chemin n’est pas simple car on ne nous a pas appris.

À aujourd’hui, ce en quoi je crois, c’est que oui, nous adultes avons du boulot pour nous épanouir, mais que finalement là où nous pouvons avoir le plus d’impact, se trouve dans l’éducation des enfants et l’exemple qu’on leur donne.

Je n’accompagne pas seulement des adultes, j’accompagne de futurs modèles. Il est temps que nous commencions à voir bien plus loin que le périmètre de notre vie, et que nous comprenions que notre action à tous peut avoir un impact sur les générations futures.
C’est un peu cliché de dire cela, mais c’est vrai.

J’ai des fantasmes de créer une école qui soit respectueuse de l’identité et de la créativité des enfants. Et aussi qui leur apprendrait le courage d’être eux mêmes et la foi d’avancer dans la direction qu’ils ont choisi.
Heureusement des modèles comme cela existent, mais c’est encore tellement peu.

En attendant il reste nous.
Nous qui sommes adultes, présents, conscients et pouvons faire une différence dans notre vie et créer des impulsions dans les vies qui sont proches de la nôtre.

Ce n’est pas un chemin facile, celui que d’ouvrir la voie. Mais si on ne le fait pas, personne ne le fera à notre place.

Foi, force et courage !
Partage à celles et ceux qui ont besoin de lire cela.

Lyvia xx

Et pour vous, qu’est-ce qui va ? Et qu’est-ce qui au contraire ne va pas ? Partagez dans les commentaires !

F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.