J’ai choisi d’être courageuse.

Écrire sur le sexe, en ligne, ce n’est pas facile.
Vendre des programmes et des retraites sur le sujet l’est encore moins.

J’ai résisté pendant des années, jusqu’à cacher le fait que j’écrivais des histoires érotiques. 
Encore aujourd’hui un peu plus d’un an après avoir réalisé que la sexualité était l’un des sujets les PLUS importants sur lesquels écrire et travailler… je peux encore me sentir me retenir et résister.

On ne dirait pas. Tout internet sait maintenant que je suis pro-sodomie et que je suis une grande avocate de la masturbation (yeah).
Mais JE SAIS que je ne donne même pas 5% de ce que je peux donner – de ce que j’ai envie de donner. 

J’ai creusé tout ça. Et j’ai senti les blocages et les résistantes ces dernières semaines. Et je les ai faites tomber, l’une après l’autre. 
Je me suis cachée de Facebook pendant quelques semaines en septembre et octobre, préférant le confort de ma newsletter et de mes stories Insta. 
Ensuite j’ai recommencé à faire des lives sur Facebook, lancé mon nouveau projet @pxssypreneur sur IG et FB – pour les entrepreneurs qui veulent mettre le plaisir avant tout – j’ai écrit quelques articles que j’ai bien aimé (dont un sur la sodomie) et j’ai même commencé à les traduire en anglais. Et de l’extérieur, on dirait que je fais les choses.

Sauf que je me retiens.

Je me retiens de vendre par exemple, je me retiens de dire aux gens : STEUPLAIT ! Viens et travaille avec moi sur tes blocages sur le sexe (et l’argent). C’est tellement, tellement important. 

Je l’ai dit bien sûr, mais une part de moi se dit encore…
Ils ne comprennent pas.
Ils ne réalisent pas. 
Comment les faire comprendre ?
C’est fatiguant. 

Sauf que… ce n’est même pas vrai. TOUT LE MONDE dans ma communauté comprend. Ça fait 2 ans que j’écris sur la sexualité maintenant. Ils comprennent, et ils me soutiennent et ils achètent chez moi.

Ceci dit, il y a encore un peu de ma propre honte et de ma propre culpabilité. 
Ma propre honte, et ma propre culpabilité et ma propre PEUR me retiennent. 
Et qu’est-ce que c’est ? 
De quoi j’ai peur ?

Ce qui suit vient directement de mon journal.
Je n’étais pas sûre de quoi faire avec, mais je sais maintenant que je dois partager. Parce que c’est ma propre honte et culpabilité, mais cela veut aussi dire que d’autres peuvent ressentir la même chose.

« 
De quoi j’ai peur ?
J’ai peur d’être rejetée.

De quoi j’ai peur ?
J’ai peur que des gens critiquent le but de ce que je fais, et que je ne sois pas en mesure de répondre à leurs attaques. Ma honte et ma culpabilité me bloquent.

De quoi j’ai peur ?
J’ai peur d’être rejetée par MON PÈRE. Toujours !

(J’ai toujours ressenti une forme de rejet de mon père. Ma mère et lui se sont séparés quand j’avais 2 ans. J’ai appris qu’il ne voulait pas de moi. Il a été sporadiquement dans ma vie pendant toutes ces années, et je me suis souvent senti comme quelque chose de dérangeant. C’est marrant parce qu’en chamanisme, notre première expérience sexuelle est notre propre conception. En creusant j’ai senti ce rejet dès la conception même. Dur

Ma mère est une femme libre. Elle rit fort, est toujours heureuse, a des cheveux fous et mon père l’a toujours trouvé trop extravagante. Je me suis retenue de lui ressembler par moments, alors qu’en fait nos personnalités sont très proches. Je ne sais pas ce que mon père penserait du fait que j’écris sur la sexualité en ligne. Cela fait des années qu’on n’a pas parlé. Mais dans tous les cas, le sentiment de rejet est bien là.)

De quoi j’ai peur ?
Écrire AUTANT sur le sexe me demande de regarder profond à l’intérieur et c’est dur et j’ai pas envie. Regarder tout ça est putain de dur et je déteste. 

Mais je veux que tout le monde vienne à ma fête ! Parce que écrire et vendre c’est comme inviter des gens à ma fête. Je VEUX ça. Je veux que les gens soient libres. Mais pour ça, je dois m’autoriser à être libre aussi. 

C’est putain de dur. DUR. DUR !
Mais choisir que ce soit facile me demande de laisser tomber ce que pensent les autres. De laisser tomber le fait que les gens ne comprennent pas ce que je dis, ce que je vends et même le fait que je vends.
Laisser tomber les ‘de quoi elle parle celle-là?’ Et les ‘ça m’intéresse pas de regarder ma sexualité, pourquoi elle me soûle avec ça?’.

Mais C’EST SOÛLANT ! C’est super chiant !
Et c’est beaucoup plus facile de ne pas regarder parce que c’est putain de confrontant. 

Cela me demande de laisser tomber mon ego. De laisser tomber le ‘moi. De me connecter à une mission plus grande que moi et si importante.

Le sexe, c’est la liberté. 
Le sexe, c’est les limites. 
Le sexe, c’est le respect de soi et la protection de son corps.
Le sexe, c’est s’affirmer.
Le sexe c’est l’abondance.
Le sexe c’est la créativité.
Le sexe c’est de l’argent !

Et c’est seulement en ASSUMANT cela que je peux être MOI. Et que je peux devenir une superbe écrivain et que je peux VENDRE. Tout le monde doit savoir que c’est important. Tout le monde doit travailler sur cela. Tout le monde doit INVESTIR en ça. Du temps, de l’argent, de l’énergie.

Il n’y AUCUN SUJET plus universel que la sexualité. Et je choisis d’assumer ça, je le choisis. 

Seigneur, c’est dur, s’il te plaît donne moi la force de faire mon TRAVAIL. 

Qu’est-ce que je choisis d’être ?

Je choisis d’être courageuse. 
Je choisis d’être sans peur. 
Je choisis de ne pas m’excuser de qui je suis et de ce que je fais. 
Je choisis de NE PAS laisser tomber les femmes et les enfants qui souffrent de notre culture sexuelle. 
Je choisis d’être un putain d’exemple super badass que tu peux créer ta vie en choisissant la LIBERTÉ. 

Je choisis d’être courageuse.
Je choisis d’être courageuse.
Je choisis d’être courageuse.

Pour ma mère et sa mère avant elle et sa mère avant elle.
Pour ma fille et sa fille et sa fille. 

Je choisis d’être courageuse, 
Et de laisser tomber ma propre honte et culpabilité. 
Et d’aider les femmes autour de moi, à être libres. 
»

Donc voici.
C’est ce que je dois regarder si je choisis d’être libre. 
Si je veux faire mon JOB pleinement. 
Aller profond, très profond. Et partager. 
Et le faire, POUR MOI.
Pour guérir et grandir. 

Écrire en ligne est une étape. Mais choisir que ceci est mon JOB? Que c’est ainsi que je gagne de l’argent, que je crée ma vie, que je change le monde, que ce n’est pas un hobbie à côté – eh bien c’est autre chose.

Je ne serai pas retenue par la peur. 
Je vais mettre les pieds dans cette mission et CHAQUE JOUR trouver la force de continuer. 
La peur du rejet et la peur de ne pas être assez bien SONT la raison que je répète encore et encore, à moi et aux AUTRES : ÊTRE TOI SUFFIT. 

Je ne quitterai jamais mon job. Jamais. 
Il va changer ma vie. Et changer la vie d’autres. 

C’est mon engagement. 
C’est dur et confrontant et je déteste que ce soit si dur. 
Mais je choisis de le faire de toute façon.

On ne peut pas se cacher, pas se retenir quand on choisit la liberté. 
Le sexe pour moi, c’est la liberté, parce que la culture dans laquelle on vit est une culture du sexe DANGEREUSE.
Et assumer, parler de tout cela, travailler dessus… c’est comme ça que je deviens libre. 

Début décembre, j’organise une retraite virtuelle de deux jours où on creuse tout cela : regarder notre propre sexualité pour aller jusqu’à la liberté et l’abondance. Si intéressé, écris moi en MP.

Nous avons tous l’opportunité de faire ce travail. 
Nous pouvons tous honorer notre intégrité.
Nous pouvons tous nous libérer.

« Je suis le rêve le plus fou de mes ancêtres »

Et toi aussi.

Lyvia x

. Je vais mettre les pieds dans cette mission et CHAQUE JOUR trouver la force de continuer. La peur du rejet et la peur de ne pas être assez bien SONT la raison que je répète encore et encore, à moi et aux AUTRES : ÊTRE TOI SUFFIT.
Je ne quitterai jamais mon job. Jamais. Il va changer ma vie. Et changer la vie d’autres.
C’est mon engagement. C’est dur et confrontant et je déteste que ce soit si dur. Mais je choisis de le faire de toute façon.
On ne peut pas se cacher, pas se retenir quand on choisit la liberté. Le sexe pour moi, c’est la liberté, parce que la culture dans laquelle on vit est une culture du sexe DANGEREUSE.Et assumer, parler de tout cela, travailler dessus… c’est comme ça que je deviens libre.
Début décembre, j’organise une retraite virtuelle de deux jours où on creuse tout cela : regarder notre propre sexualité pour aller jusqu’à la liberté et l’abondance. Si intéressé, écris moi en MP.
Nous avons tous l’opportunité de faire ce travail. Nous pouvons tous honorer notre intégrité.Nous pouvons tous nous libérer.
« Je suis le rêve le plus fou de mes ancêtres »
Et toi aussi.
Lyvia x

F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.