La nouvelle moi qui me fait peur

45687341_902140149995902_8558757828125261824_n

Dans ma newsletter il y a quelques jours, je parlais du fait que quand on grandissait – spirituellement, dans l’entrepreneuriat, ou même sexuellement – un réflexe qu’on peut avoir est de… ne pas vouloir grandir ! Rester là où on est de façon à ne pas perdre… notre identité, nos amis, les repères que l’on connait.

J’ai brûlé mon business le 1er septembre. Je ne savais pas trop ce que j’allais en faire mais je savais que ce n’était plus moi. Cela fait deux mois que je reconstruis et c’est TRÈS inconfortable.

Je lisais tout à l’heure sur les sauts quantiques, et je vis exactement ça : inconfort, mélancolie, une envie que les choses puissent continuer telles qu’elles sont. Une irritation à des choses qui ne m’irritaient pas avant. BREF, à l’intérieur, je suis en train de changer, d’évoluer. Et mon réflexe c’est d’appuyer sur paaaaaause ! Je suis pas prête les gars. Gah. Tellement inconfortable.

Pourquoi le passage est-il si difficile ? Pourquoi ne pas ‘juste’ se laisser porter, plutôt que freiner des quatre fers ?

Parce que le passage fait peur. Parce que dans le passage, il s’agit de laisser partir des parties de nous qui ne sont plus nous.

Je sais à quoi elle ressemble, la nouvelle moi. C’est celle que je vois quand son énergie est haute, quand elle brûle d’excitation, quand elle sautille comme une enfant. Et puis il y a ce moment de pause… et si personne ne comprend ?

Parce que je peux vous le dire : tout le monde ne comprend pas !

Et je pense que le commentaire qui pique le plus, et qui fait chier c’est le : oh mais elle a changé !

Ah ben oui, elle a changé. Et ça l’aurait arrangé que tu t’en rendes pas compte.

C’est ça le truc avec le fait de grandir. Tu n’es plus celle que tu étais il y a un an, un mois, une heure, 5 minutes. Et y en a toujours un pour te faire le remarquer. C’est pas grave hein, mais ça réveille une peur qu’on est nombreux à connaitre, et que je sais forte chez moi : la peur de paraître incohérente. La peur de donner l’impression que plus tôt, on mentait et qu’on n’était pas dans sa vérité. La peur qu’on vienne nous dire : AH ! Je le savais ! Tu n’es pas celle que tu dis que tu étais ! Et ce genre de commentaire fait tellement chier que tu préfères laisser les gens croire que t’as pas changé.

Il y a deux grands thèmes dans ma vie, deux grands thèmes sur lesquels j’ai changé et évolué, et aujourd’hui je vois à quel point j’ai repoussé ces évolutions, car ‘tout le monde ne comprendra pas’. Et quand je dis repoussé, c’était à coup de rejet en mode : aaaah ne me parle pas de ça, ça me gave.

Ces deux thèmes sont en l’occurence les deux thèmes que tous les mediums et horoscopes que j’ai pu consulter disent être les sujets d’étude de ma vie : l’argent et la sexualité. Pas de surprise ici hein, je vous ai bien préparé 🙂

L’argent :

Mon rapport à l’argent a changé RADICALEMENT ! Mais tellement. En un an c’est quelque chose de fou et d’hallucinant. Celle que j’étais il y a un an, un an et demi se dirait : What the fuck Lyvia.
(Mais il y a des choses qui n’ont pas changé, je prends note de… les noter).

Cette année a été difficile financièrement. Moi qui créais de l’argent les yeux fermés, ce qui fonctionnait avant sans effort ne fonctionnait plus, sans compter toutes les déconvenues qui ont été liées. Comment ça avoir de l’argent n’a pas réglé tous mes problèmes ? Eh ben, non, au contraire. Cette année m’a montré que générer de l’argent est loin de régler les choses profondes : manque d’estime de moi (j’ai identifié que quasi tous mes soucis financiers venaient de ça – faire confiance à d’autres plutôt qu’à moi), manque de sécurité intérieure, sensation que l’amour et la paix viendraient UNE FOIS que j’avais matériellement obtenu tout ce que je désirais.

Je peux te dire choupinou que la vie m’a prouvé AUTREMENT ! Ce manque d’estime de moi : DEAD. Trop dangereux. Maintenant c’est terminé. J’ai tellement travaillé mon estime de moi que je suis à la limite d’être une bitch arrogante. Ma VALEUR, mes LIMITES et la façon dont je me parle à moi-même sont devenus un travail du quotidien. A chaque fois qu’une part de moi se dit ‘tu n’es pas assez bien’ ou qu’une personne ne serait-ce que déclenche une micro-réaction de ‘je ne suis pas assez bien’ je freine des quatre fers en disant ‘hop hop hop, minute papillon, tu as oublié qui tu étais ou quoi ? Non mais oh !’

L’autre chose que j’ai travaillé, y compris dans un programme en ligne, est la sécurité intérieure. J’ai couru après le fait de me sentir en sécurité comme un assoiffé court après une gourde d’eau dans le désert. Je l’ai cherchée dans l’argent, je l’ai cherchée dans les possessions matérielles, je l’ai recherché dans les bras d’hommes (qui en général n’étaient pas super bons à reconnaitre ma valeur) – je l’ai cherchée partout : SAUF EN MOI.

Il a fallu que je lâche tout, que je me dépouille de tout, que je quitte ma maison de 160 m2 à Londres pour vivre dans une chambre de 30m2 au Portugal pour réaliser que… ce n’est pas le monde extérieur qui va me faire me sentir en sécurité : C’est MOI. MOI-MÊME.

Ainsi voici comment j’ai changé par rapport à l’argent : il n’est pas requis pour mon bonheur.

J’arrive à tout à fait être contente et heureuse avec des factures qui disent URGENT dessus. Parce que j’ai compris que ne pas être heureuse ne va pas m’aider.

Ma sécurité vient d’un nombre de croyances bien ancrées que j’ai développées :

  • Moi, Lyvia, j’ai les ressources pour ne JAMAIS me laisser tomber
  • Si j’écoute ma joie, le flow, tout va bien
  • Seul le présent existe, le reste est distraction
  • L’abondance est mon droit de naissance. ÉVIDEMMENT que la vie est abondante si je suis ma joie et que je la laisse l’être.

Et elle est.

Je n’ai pas besoin d’argent pour prouver ma valeur. Et même si cette année le manque d’argent m’a quasi fait tomber en dépression, aujourd’hui l’argent est neutre dans ma vie. J’évolue dans une sphère à côté.

CECI DIT, contrairement à ce que l’on peut croire, même si ma sécurité ne vient pas de l’argent, j’ADORE toujours l’argent. Vous rigolez ou quoi ? Les beaux diners, voyager en business, me faire des sessions shoppings chez Les Petites, c’est un kif absolu. Sans compter l’idée d’avoir de nouveau une équipe, de remplir un building à Porto avec mon / mes business et de m’acheter une maison dans chaque ville que j’aime : BIEN SÛR que ça me fait kiffer.

Mais… mon bonheur n’en dépend pas.

Ainsi, mon discours par rapport à l’argent va / a changé. Au point que je n’’avais même plus envie d’en parler. Genre… purée ça me gave de devoir tout réexpliquer.

Mais… comme me l’a dit une de mes fidèles lectrices, personne ne peut parler d’argent comme moi je parle d’argent, je veux dire, je suis unique après tout.

Mais le message de trouver sa joie D’ABORD, à l’intérieur, et que de l’argent, BEAUCOUP suivra si on fait le travail (note mentale de développer sur ce travail) alors oui, des sommes dingues d’argent sont accessibles pour nous. Mais ça sert à rien si on est sous cocaine et qu’on a pas envie de vivre hein.

Ce travail, c’est quoi ?

Il est double.
Tout d’abord, créer à l’intérieur comme on veut se sentir grâce à l’argent. Incarner. Comme je le disais dans un de mes lives. Tout ce que tu veux que l’argent t’apporte est accessible dans une certaine mesure à l’intérieur.

Et ensuite, si comme moi tu trouves ça fun d’avoir du cash pour t’acheter des trucs cools…eh bien accepter que tu le mérites. Apprendre à l’accueillir comme étant quelque chose de naturel. Et non une chose pour laquelle tu dois donner ton âme.

Finalement, mon discours sur l’argent a évolué plus je me suis connectée à ma spiritualité.
Ceci dit, je crois en une spiritualité très incarnée : l’argent est une ressource / une énergie qui nous permet de multiplier notre impact sur la Terre, dans la matière.

Ainsi, mon bonheur n’en dépend pas. MAIS je suis pour en avoir. Je suis pour qu’on en ait TOUS davantage.
Car plus des personnes parmi nous sont fortunées, plus il y a de la diversité dans notre façon de consommer, d’interagir dans le monde (donc ça, ça n’a pas changé).

L’autre grand thème :

La sexualité :

Je ne pense pas avoir affiché publiquement à quel point le thème de la sexualité est important pour moi.
En fait, sans que je le réalise vraiment, ce thème a pris de plus en plus de place.
Au point que j’en arrive à quasi tout expliquer par ça !

Peu après avoir tout brûlé, si vous suivez ma newsletter, vous savez que j’ai reçu un élan / message fort de travailler sur la sexualité pour éviter – dans la mesure du possible – les traumas et agressions que l’on voit dans notre quotidien.

Et pour moi, cela passe par avoir le courage de dire oui, et le courage de dire non. Ce monde est analphabète sur le sujet du consentement. Il y a tellement à faire.

Et plus d’une fois, je me suis sentie découragée. L’envie d’abandonner et de ne même pas essayer. La sensation que ce que je fais est tout petit. Minuscule.

Et puis, depuis quelques jours je me dis que je ne peux pas TOUT faire, ni tout régler moi-même (sans blague Lyvia) mais créer une communauté de personnes capables de s’affirmer, poser leurs limites, dire oui, et dire non, ça je peux faire.

De plus en plus la sexualité s’impose comme sujet, et ‘la peur’ que j’ai par rapport à ça – ok, les peurs c’est…

  • L’incompréhension – et c’est une peur à raison, au vu de commentaires que je vois sur internet, on n’y est pas encore les gars
  • Le ‘oh mais t’était pas comme ça avant’ – ben ouais, avant j’étais pas si passionnée de sexualité, qu’est-ce que tu veux
  • Une crainte de légitimité aussi, car dans tous ça JE travaille sur mes propres blocages, blocages liés à une tendance à contrôler, à ne pas vouloir lâcher prise, sans compter la répétition de schémas dont je me démêle peu à peu.

Je pense que dans tout ça, la plus grande peur, celle qui me gave c’est celle d’être cataloguée, ou mise en boite.

L’argent m’intéresse. La sexualité m’intéresse. Et aussi la créativité, et la bouffe vegan, et les comédies romantiques. Sans compter que je me considère avant tout comme écrivain.

EN FAIT.

En fait, (ah ça y’est, je l’ai).

Ma peur principale c’est de me perdre.

Pour des sujets aussi saillants que l’argent et la sexualité, c’est tellement facile de se perdre dedans, de ne se retrouve qu’à parler de ça, parce que c’est simple : plus tu en parles, plus tu crées de la demande pour en parler.

Comment je m’assure de rester moi, Lyvia, dans toute ma diversité, sans être cataloguée ‘reine de l’argent’ ou ‘reine du sexe’ ou ‘reine de la créativité’ ou ‘reine du bien manger’ ?

J’ai envie de TOUT être.

Et souvent ben, on a la demande ‘implicite’ de choisir. Et ça me gave et j’ai pas envie.

Du coup…
Et je l’avoue hein…

Ces deux derniers mois je me suis cachée. J’ai écrit ‘porte fermée’ dans ma newsletter, sur un peu ce qui me passait dans la tête. Et puis je racontais ma vie sur Instagram.. sur un peu ce qui me passait par la tête, et j’ai semi-fui facebook parce que dessus y a un tas de gens qui 1/ ne me connaissent pas 2/ n’ont pas choisi de me suivre et qui peuvent débarquer de nulle part et encore moins comprendre.

Et c’est le dernier rempart. Accepter que bon, aussi tentant qu’être cachée est, ce n’est pas vraiment mon style. C’est pas hyper naturel en fait. Car j’ai beaucoup à dire.

Et aussi accepter – chose que j’ai dû accepter encore et encore ces dernières années, toi-même tu sais – que tout le monde ne comprendra pas ce qui se passe par ici (genre pourquoi elle parle d’argent, de sexe et de ce qu’elle bouffe à midi… et puis c’est pas la meuf de l’émission sur l’argent de France 2 (oui oui c’est moi) (et la vidéo sur la masturbation c’est moi aussi ^^)).

Tout le monde ne comprendra pas. Et il est probable que plus j’avance, moins de gens comprennent, et puis à un moment T, de nouvelles personnes débarqueront et comprendront et puis ça va se gérer tout seul cette affaire.

Tout le monde ne comprendra pas. Mais les VRAIS savent. Toujours.

Voilà…
J’avais besoin d’écrire ça car je sens que le saut quantique approche et bon, c’est pas que mais tôt ou tard il faut arrêter de se cacher.

Quelques idées font leur chemin de leur côté. A suivre, à suivre 🙂

Walaaaaa, j’ai écrit tout ce que j’avais besoin d’écrire.

BISOUS !


PS : si ça te parle fais moi un commentaire hein, me laisse pas seule avec mon article de 20kms haha
PPS : photo prise à dans la vallée du Douro, au Portugal, j’en mettrai + sur Instagram

F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.