Le regard des autres, le regard des hommes

47379599_918021485074435_199458070772842496_n

J’ai longtemps cru que c’était le regard des ‘autres’ qui me freinait. Que j’avais peur de ce qu’« on » allait dire de moi. Ce qu’« on » allait penser.
Mais comme dirait une de mes bonnes amies, « on » ne veut rien dire.

Dans le travail que j’ai fait ces dernières années, sur les relations, sur la sexualité, ce n’est pas du regard des « autres » que j’ai dû me défaire. Ce n’était pas les « autres » en général. C’était le regard des hommes. En particulier, des hommes que je voulais ‘garder’ dans ma vie, pour une quelconque raison.

Je ne pouvais pas être moi car je ne voulais pas les perdre, tout simplement.

Parmi ces hommes il y a…

⚡️
Ce père absent, qui t’a ignoré toute ta vie, mais qui pourtant avec un mot peut te détruire ou te faire te sentir la reine du monde,
⚡️Ce mec trop beau et trop chou, qui même s’il ne te traite pas très bien, même si avec lui tu te sens toujours un peu… « pas assez bien » te donne l’impression d’être importante parce qu’il te montre de l’attention,
⚡️Ce boss qui a démonté le travail que tu avais passé autant de temps à faire, et qui a écrasé la confiance en toi de ce petit doigt,
⚡️Cet ex qui t’a connu d’une façon avant, et qui ne te reconnait plus maintenant, et qui te regarde en plissant des yeux, te donnant l’impression que… peut-être que tu aurais du rester comme avant, car maintenant tu ne lui plais plus autant…

Comme avant…
A savoir cette petite fille,
Qui ne dit pas non,
Qui ne dit pas stop,
Qui ne pose pas ses limites,
Qui ne s’énerve pas, et qui cherche toujours à ‘comprendre’
Et qui recherche sa validité… dans le regard d’un homme.


« S’il m’aime c’est que je mérite d’exister ».


Alors que je travaille hardiment à attirer mon futur mari dans ma vie (hello chéri !), le travail consiste beaucoup moins à « savoir où je le trouve » et à l’attire et beaucoup plus à enlever les couches, et les couches de conditionnement social, et familial, qui me font me dire… tu n’es pas assez bien.


Pas assez bien pour avoir un homme qui va t’aimer pour qui tu es,
Pas assez bien pour oser t’énerver, te mettre en colère, poser tes limites, et affirmer qui tu es,
Pas assez bien pour ‘survivre’ si on te traite d’égoïste et d’hystérique.
Pas assez bien pour mériter…


Car tu comprends,
Je dois être conciliante,
Je dois me mettre à sa place,
Je dois comprendre,
Ce n’est pas sa faute,
Il ne savait pas ce qu’il faisait,
Il n’avait pas idée, c’est à moi de lui expliquer.


C’est paradoxal : J’ai dû, dès ma naissance, prouver à des hommes que je méritais d’exister.


Toute la bascule que je fais, que j’ai faite est de me dire :

Non seulement je mérite d’exister,

Mais en plus, je mérite d’être respectée, Et en plus…

🔥Je mérite d’avoir un HOMME à mes côtés.
Pas un ENFANT.🔥

Pas un enfant que je dois constamment rassurer.
Pas un enfant qui s’attend à ce que je me sacrifie pour son bonheur.
Pas un enfant qui ne sait pas se bouger le cul et prendre ses responsabilités.
Pas un enfant qui refuse de regarder ses propres blessures et attends que MOI je les répare.
Pas un enfant qui attend que son bonheur vienne de MOI.
Pas un enfant qui veut que je fasse passer SON bien-être avant le mien.
Quand on me demande ce qu’est un homme, un vrai, cela commence par…
C’est un ADULTE. De la même façon que nous femmes avons appris à être adultes très tôt.


A prendre sur nous très tôt. A trouver des solutions aux problèmes très tôt.
A penser à une famille et à une projection dans le futur très tôt.
Le MINIMUM que j’attends d’un homme, c’est que ce soit un adulte capable de prendre ses responsabilités.
Personnellement, à 9 ans j’ai commencé à être adulte. J’avais plus de responsabilités que de nombreux hommes que je connais sont capables d’en prendre aujourd’hui.Et si je regarde les femmes autour de moi, cela fait très longtemps qu’on n’est plus des petites filles.


Et qu’est-ce qu’on est devenues, très rapidement ? 
Des mamans.
Des mamans pour des hommes-enfants incapables de prendre leurs responsabilités et de prendre des décisions. Des hommes enfants, qui attendent que NOUS les rassurions, et que NOUS leur donnions les solutions et que NOUS leur pardonnions sous prétexte que ‘ils ne savaient pas’.« Je ne savais pas » n’est pas une excuse. Car cela ne change rien au résultat : peux mieux faire.


Dans ma vie, je ne veux pas avoir à interagir avec des enfants, sauf si en effet ils le sont.


La plupart des femmes que je connais ont du devenir adultes très rapidement.
Maintenant c’est au tour des hommes : vous n’êtes pas des enfants, et nous ne sommes pas vos mamans.

Lyvia x

F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.