Sur le fait de ne pas choisir.

Sur le fait de ne pas choisir.

Je ne choisis pas ce qui m’émeut.
Ça m’émeut qu’une femme soit violée.
Ça m’émeut qu’elle n’ait pas les moyens de quitter un foyer qui la maltraite.
Ça m’émeut que ce soit parfois dur de trouver l’amour.
Ça m’émeut que des projets féminins ne soient pas financés.

Je ne peux pas choisir ce qui m’émeut.
Alors je choisis de partager sur tout.

Sur la sexualité, sur les limites, sur le consentement.
Sur l’argent, sur le pouvoir, sur la loi d’attraction.
Sur l’amour. L’amour de soi, l’amour de l’autre, l’amour de tout.

Car au final, quand j’imagine mes ancêtres je me dis :

Et si elles avaient le luxe de dire non?
Et si elles avaient le poids financier que j’ai maintenant ?
Et si elles avaient la capacité de pouvoir s’aimer ?

Je suis le rêve de mes ancêtres.
Et
Je suis une nouvelle ancêtre.

C’est pourquoi ce n’est pas grave si je parle d’un peu tout.

Rappelle-toi que finalement ça tient en quelques mots :
C’est terminé les chaînes,
Passez-nous les flambeaux,
Qu’on se mette à briller,
Et à tout éclairer.

Lyvia

F

The best way to get to know me is by signing up to receive my daily newsletter. I write at least once a day, and you’ll be receiving 1 message each morning at 7 am, Paris time.