La vérité sur ce qui s’est passé… hier

la vérité sur ce qui s'est passer hier

(attention, ce texte peut être un trigger pour personnes sensibles/fragiles en ce moment)

Bonjour chers amis. 

Je ne pourrais pas continuer à écrire sans reconnaître une chose qui s’est passée hier, le jour de mon anniversaire. 

Je n’ai pas ressenti le besoin d’écrire sur le coup, mais en m’imaginant revenir, poster des textes, être sur Instagram en ignorant complètement cet événement, quelque chose n’allait pas.

Ceci est un trigger alter – pour toute personne sensible, ne pas lire la suite (thèmes : mort, suicide)
.
.
.
.
.
.
.
.
Hier j’ai passé une merveilleuse journée en compagnie de mon chéri José, de mon amie Jess et de mon frère Kenny. Nous sommes allés manger des pizzas sur la plage, on a pique-niqué dans un parc en compagnie de magnifique paons, nous sommes allés à la maison manger du chocolat et jouer au Janga (pas facile ce jeu) puis nous avons marché une vingtaine de minutes pour voir le coucher de soleil de l’autre côté de la rivière.

En regardant le soleil se coucher (et les gens applaudir 🤷🏽‍♀️) je me suis dit que j’avais vraiment eu une merveilleuse journée. Magnifique. J’ai tellement de chance, je me suis dit. 

Nous sommes retournés en marchant sur le pont, et là, un bruit étrange. Comme un feu d’artifice, ou un pétard.

(Si tu voulais visiter Porto, j’espère que tu n’auras pas peur de marcher sur le pont après avoir lu ceci).

(Je renouvelle le trigger alert) (si tu as une âme sensible, ne lis pas).

On a continué d’avancer. Et Kenny nous a dit : ne regardez pas, il y’a quelqu’un qui a sauté en bas. 

Et en effet… quelqu’un avait sauté du haut du pont et gisait sur le macadam, sur le sol.

On voyait le corps inerte à plusieurs mètres par terre. Des personnes choquées qui se sont approchées. Et nous…. ben nous je sais pas trop. 

Je pense avoir dit : j’espère que ce n’est pas un accident, que personne ne l’a poussé, qu’il a choisi ça. C’était chelou de penser ça, mais le plus dur à digérer sur le choc pour moi était qu’on ait pu le pousser. 

Le choc, une claque, du vide à l’interieur. De la peur. Un tas d’émotions. 

Nous sommes allés dîner tous ensemble et on s’est serrés fort après ça.

La nuit de sommeil fut agitée. 
Je me suis réveillée avec un tas d’émotions non digérées. 
J’ai écrit dessus.
Le choc, la tristesse, la colère aussi que le cours de la journée soit ainsi altéré (égoïste mais vrai). Et puis. La réalisation que ce ne serait pas honnête de poursuivre comme si de rien n’était.

Car il s’est bel et bien passé quelque chose.

Quelque chose de violent, de soudain. 

Et j’ai pensé à la souffrance présente, la souffrance qui pouvait pousser à s’enlever la vie. Quand c’était trop lourd, quand c’était trop. 

Je ne sais pas où on va après la mort. Je ne sais pas s’il y’a quelque chose. Je sais juste que parfois, la mort semble la seule issue quand on souffre.

J’ai prié pour l’âme de cette personne, oú qu’elle soit, espérant qu’elle connaisse la paix maintenant.

Je ne sais pas ce que ça m’apprend.
Je ne sais pas ce que ça me dit.

Ce qui est venu en écrivant c’est que…
S’il y’a une chose que l’on peut faire pour les vivants c’est apporter de l’amour, pour aider à diminuer cette souffrance. C’est que de l’amour.

Beaucoup de choses, de considérations paraissent insignifiantes et toutes petites maintenant. Et encore une fois, être en paix dans cette vie est déjà une belle quête.

Et là en vous écrivant je comprends encore mieux mon rôle.

Car je ne voyais sincèrement pas comment exister en ligne sans avoir parlé de cet événement. 

Et je me rends compte à quel point c’est facile – ou ça aurait été facile – d’omettre et de trier. 

De faire semblant que je vais bien, que je me suis couchée avec un sourire aux lèvres et que je me suis réveillée au chant des oiseaux. Alors que ce n’était pas vrai.

Et puis je me rends compte que quelque part je suis sur mes rails, je fais ma part.

En commençant par soigner mes maux…
Et en donnant un peu d’amour par mes mots.

C’est tout ce qu’on peut faire, donner de l’amour.

Et c’est déjà beaucoup, je trouve.


.
.
.
.
Fin du trigger alert.

C’est le moment donc, d’avoir de l’extra gratitude.

Pour toutes les personnes (des centaines !) qui m’ont souhaité joyeux anniversaire. Je prends le temps de répondre à chacun (j’ai pas encore fini ha 😅) mais voir tout cet amour, ça fait chaud au cœur. Et j’ai en effet eu un joyeux anniversaire, très bien entourée. C’est précieux. Merci à vous. 

J’ai une chance inouïe d’avoir pu le passer avec des personnes que j’aime.

Gratitude pour ma ville, Porto, que l’on a beaucoup explorée hier et qui est vraiment jolie et merveilleuse. Ce coucher de soleil, qui arrive pourtant tous les soirs, est un cadeau. Peut-être que j’aurais du applaudir aussi.

Merci au merveilleux paon qui nous a fait la sérénade en tournant sur lui même et secouant son popotin, c’était de la bombe (je mettrai dans ma Story Instagram !)

Trop heureuse de la pizza débordant de fromage que j’ai mangée.

De mes orteils dans le sable chaud.

Des câlins faits à mes proches.

Du soleil sur ma peau dans le parc à manger des fraises, des Twix et boire du vin blanc.

Des moments de trépidation pour ne pas faire tomber la tour du Janga (j’ai perdu les trois fois. Je pense sincèrement que c’était injuste !)

Merci pour les sushis végétariens délicieux.

Et le cheesecake à tomber par terre qui a fait un énorme bien. 

Merci pour ce travail qui me permet de partager des choses parfois difficiles à partager. 

Merci pour vous qui me lisez. Qui me donnez de l’amour, et à qui je donne de l’amour.

Extra gratitude pour être en vie.

Et d’avoir la chance d’en profiter.

Et pour ceux d’entre vous qui sont dans une mauvaise passe ces jours ci, j’aurais toujours des mots prévus pour vous, c’est promis 🙂

D’ailleurs – en plus du livre – dernières corrections faites, je pourrai vous en parler bientôt ! – je travaille sur deux podcasts qui font du bien.

Alors je vous demande les amis, pourquoi avez-vous de la gratitude aujourd’hui ?
Dites-le moi dans les commentaires. 

Moi j’ai la gratitude d’être en vie, et de pouvoir créer ce qui me fait du bien 🥰

Plein d’amour à vous, et bises sur les deux joues ❤️

F
[social_warfare]

The best way to get to know me is by signing up to receive my daily newsletter. I write at least once a day, and you’ll be receiving 1 message each morning at 7 am, Paris time.