✨Croire en l’abondance : pourquoi est-ce + compliqué quand on est artiste ? (#coulisses)✨

Copie de Copy of Visuel (4)

…alors que nous avons chaque jour des exemples de personnes qui sont artistes, et qui sont multi-millionaires ???

{Voici quelques pistes de réflexion pour toi…}

C’est plus dur à croire parce que nous avons la sensation que nous ne vendons pas un ‘produit’ ou un ‘service’ qui sert.

En tant qu’artiste, quand on crée, on crée pour soi d’abord. C’est fun, c’est joyeux, ça nous fait du bien, ça nourrit notre âme. Personne ne nous demande de le faire. Mais si on était sûr d’avoir tout ce qu’on désire en faisant juste ça, c’est ce qu’on ferait.

Ceci dit, même spirituellement, il y a beaucoup la notion d’AIDER, de SERVIR, d’ACCOMPAGNER.

Mais quand on est artiste, on n’est pas là pour ‘aider’ les gens. On crée selon notre intuition. On donne de l’amour certes, mais on ne le fait pas pour eux.

Alors où ça nous place ? Pourquoi on nous paierait, si ce qu’on fait de toute façon nous apporte joie et bonheur ? N’aurait-on pas besoin d’un VRAI travail ?

Et c’est là pour moi qu’une réflexion et qu’un changement profond a lieu sur la place d’un artiste :

– Nous soignons le monde en existant.

Par nos mots, pas nos peintures, par notre musique.

Parce que le premier humain que l’on soigne en créant, c’est nous-mêmes. Et cet art est imbibé d’une vibration qui va ensuite toucher les gens.

Alors même si on ne voit pas le lien automatiquement, même si on ne voit pas l’ « aide » automatiquement, elle est là.

Le fait est que c’est à nous-mêmes de reconnaître la valeur de cette contribution, pour que d’autres la reconnaissent également. 

Il est IMPORTANT qu’il existe des personnes sur cette Terre qui créent pour elles et non pour les autres, de façon à proposer une vision de l’humanité différente. Et c’est ensuite à l’artiste de partager sa création.

Ceci dit, c’est aussi à lui de croire profondément qu’il mérite compensation pour sa contribution.

Or cette compensation vient par des avenues auxquelles ont n’est pas forcément habitués, on ne nous a pas appris à être riches en étant artistes.

Si je prend mon exemple le voici :

Ce que j’aime, c’est écrire, de la fiction, ou de longs essais issus de ma propre vie.

Il s’avère que ceux-ci apportent des enseignements, mais ce n’est pas fait ‘exprès’. J’écris pour moi, pour faire sens du monde.

Maintenant, l’abondance se manifeste dans ma vie de façons que je ne pourrais anticiper : on achète mes livres, on paye pour en savoir plus sur comment je fonctionne et mes coulisses, on me paye un billet d’avion pour parler à une conférence, et plus récemment on m’invité à écrire des histoires de fiction pour d’autres projets.

La base de l’économie est vraie pour les artistes aussi, il n’y a que deux métriques : le prix, et le volume. 
En tant qu’auteure, je joue sur mon volume de vente. Si tu es sculpteur, tu peux jouer sur les prix.

Mais il n’y a rien, économiquement, qui empêche un artiste d’être riche. 

Plus je reconnais que ma contribution compte, plus je travaille dessus, à avoir de l’espace pour que mes mots s’expriment, à aussi avoir de l’espace pour vivre les émotions et expériences qui vont ensuite infuser mes textes, et à faire ce qu’il faut pour 1/toucher + de gens et/ou 2/mettre une valeur + élevée sur mon art.

On a dénigré trop longtemps le métier d’artiste. Comme si, parce qu’il nous apporte à nous d’abord de la joie, de la paix, de l’excitation, il ne méritait pas compensation.

Mais c’est une mauvaise conception de ce qu’est un métier. Tout métier devrait d’abord nous apporter joie et paix et excitation, à nous EN PREMIER. Et il s’avère que la conséquence de cette joie fait du bien aux gens.

Mon métier n’est pas d’aider les gens, et pourtant je les aide chaque jour. 

Je crois vraiment dans le fait de contribuer ‘par accident’ en existant seulement, et en faisant ce qui nous vient naturellement. 

🔥Est-ce que tu fais un métier qui t’apporte de la joie à toi, d’abord ?

Je t’embrasse,

Lyvia ❤️


F
[social_warfare]

The best way to get to know me is by signing up to receive my daily newsletter. I write at least once a day, and you’ll be receiving 1 message each morning at 7 am, Paris time.