Skip to content

✨Des nouveaux repères masculins dans les comédies romantiques ?✨

Copie de Copy of Visuel (1)

J’adore les comédies romantiques. J’adore les romans d’amour avec un brin d’érotisme. J’aime la tension sexuelle, les regards échangés, les personnes qui s’effleurent et la danse qui font que deux êtres, souvent blessés, finissent par se rapprocher.

Ceci dit… de plus en plus, je me sens éloignée des personnages masculins.

Ils suivent un schéma assez classique : grand, beau, musclé, un charme indécent, avec ceci dit une peur de l’engagement liée à quelque traumatisme de l’enfance qui fait qu’aimer quelqu’un (une femme, souvent) est impossible, trop dangereux, surtout pour son propre bien à elle.

Et puis arrive cette femme, différente de toutes les autres, qui par la magie de ses mots, de son rire, ou (soupir) de sa cuisine, va lui faire ouvrir son cœur et se laisser aller à l’amour. Et bien sûr, tout ceci ponctué de scènes d’amour torride, dans lesquelles madame est transportée au 7eme ciel par la virilité sans bornes de monsieur. Il la transporte, il a toutes les techniques, il la fait chavirer. 

Après un ou deux malentendus, voire, trahisons, les deux admettent leurs sentiments, et finissent ensemble, et souvent, très rapidement, se fiancent.

Et si on est dans un film, il lui achète une maison, un business, répare sa vie, bref, la sauve. 

Ces histoires ont nourri mes fantasmes, et bien sûr, tous les livres ou films ne sont pas comme ça (j’adore toujours The Holiday) mais beaucoup sont encore comme ça. Et même si j’ai une grande capacité à discerner, je réalise à quel point ça a ancré dans notre culture que : 

– un homme dysfonctionnel est attirant;
– un homme qui ne veut pas s’engager est attirant (hello Mister Big);
– il suffit d’être la ‘bonne’ pour le sauver et le transformer;
– c’est la responsabilité du mec d’être un Dieu au lit et de ravir madame et la faire monter au 7eme ciel;
– les problèmes des deux personnes sont magiquement réglés par l’Amouuuuuuur sans que jamais l’un des deux n’ait eu à travailler sur lui en dehors de la relation.

Résultat des courses : comme la réalité ce n’est pas les films ni les romans, on se retrouve à courir après des mecs à problèmes, à finir dans des relations toxiques, et à se demander oú on a échoué quand on n’est pas arrivé à transformer un narcissique manipulateur en un mec bien🤷🏽‍♀️

J’en suis venue à cette conclusion parce que…
– par le passé j’ai beaucoup été attirée par les hommes qu’on voit dans les films ou dans les romans et…
– mon chéri actuel n’est pas du tout comme ça !

Il a travaillé sur lui avant de me rencontrer. Je l’ai trouvé heureux dans sa vie personnelle, avec aucun drame qui serait magiquement réglé par la relation.
Il n’y a pas eu de danse, de tournage autour, tout était clair du début. On s’est simplement dit les choses. Pas de jeux, pas de qui pro quo.

Il est juste un peu plus grand que moi. Il n’est pas très musclé. Sexuellement on apprend ensemble, et de toute façon je suis trop lourde pour qu’il me porte et qu’on fasse des acrobaties. Nous n’avons pas de drame. Quand quelque chose gêne l’un ou l’autre nous discutons et trouvons des solutions. 

Et… 

J’ai failli passer à côté.

Parce qu’il ne ressemble pas à Adam qui est tombé dans l’alcool après son divorce parce qu’il se disait que la vie n’avait aucun sens et qu’il allait finir seul de toute façon, et qui pourtant reste un homme grand, attirant, sexy et troublant (à aucun moment sa maigreur ou l’odeur de l’alcool, ou sa mauvaise humeur ne semble faire fuir les femmes). Bref.

J’ai failli passer à côté d’une relation saine et reposante parce que tout ce que la culture nous montre, c’est du drame. Rien n’est fluide. 

Mes meilleurs amis qui sont de bons hommes n’avaient que peu de succès avec les filles étant jeunes parce qu’ils étaient trop… gentils. Ils n’étaient pas assez arrogants, pas assez forçants, un peu trop respectueux. Et ce sont les mêmes qui dix ans plus tard, mariés avec enfants s’entendent dire avec un grand soupir : « tous les hommes bien sont pris » 

Ben oui, par des femmes assez intelligentes pour les reconnaître.

J’aimerais transmettre ça, à travers mes mots, mes livres, une nouvelle vision de la féminité et de la masculinité.

Nous n’avons pas besoin d’être sauvés. Nous n’avons pas besoin d’être réparés. Nous pouvons rentrer dans des relations saines et s’éclater autrement qu’en se plongeant dans des problèmes et dans le drame.

Je vois une relation saine et aimante comme le socle permettant de s’élever chacun et d’accomplir des choses plus grandes… 
C’est beaucoup plus intéressant que passer toute une vie à réparer un socle qui n’a, en fait, jamais été solide.

Apprenez à choisir vos partenaires.
Apprenez à savoir ce que vous voulez.
Apprenez à le reconnaître.
Et ne laissez pas vos conditionnements extérieurs vous empêcher de l’obtenir. 

Vous méritez l’amour, la joie, la légèreté. 
Mais c’est à vous de décider, de choisir de l’accepter. 

Plein d’amour, 

Lyvia 

{Photo : moi qui regarde mon chéri qui a pris toute cette série de clichés. Obrigada meu amor 🥰}

Ps : as-du déjà acheté mon livre ! Dedans personne ne sauve personne, mais on apprend à grandir ensemble. Il ya un homme sexy ténébreux, qui n’est pas dysfonctionnel ! Et pourtant les scènes de sex hot hot hot ne manquent pas : achète-le sur Amazon ici : http://bit.ly/ellalelivre

Pps : j’ai tellement envie d’explorer ce sujet plus profondément. Revoir la façon dont on voit l’amour et les relations et savoir comment attirer et reconnaître un.e bon.ne partenaire pour nous.

Je commence par un atelier en Guadeloupe le 11 juillet sur le thème femmes, sexe et argent. Réservez la date et gardez l’œil ouvert pour la suite ! 

F
[social_warfare]

The best way to get to know me is by signing up to receive my daily newsletter. I write at least once a day, and you’ll be receiving 1 message each morning at 7 am, Paris time.

Scroll To Top