Skip to content

La première fois que j’ai couché avec un.e inconnu.e

Copie de Copy of Visuel (3)

J’avais…23 ans.


Et tu veux une confidence ? Ça s’est passé quasiment comme dans la première scène de mon livre. 
Je venais tout juste d’arriver à Londres, j’étais dans une boîte avec des amies et je les ai perdues de vue. Un jeune homme bien mignon m’a approché. Il est était blond aux yeux bleus. On a dansé un peu maladroitement et il m’a offert un mojito. Après, de fil en aiguilles il m’a invité à aller chez lui. Je me sentais hyper sexy, hyper courageuse. Pas une fois une pensée négative ne m’a traversé l’esprit. Dans le taxi, c’est moi qui lui ai sauté dessus. Il était tout gêné. 
Je crois qu’en arrivant chez lui je m’attendais à quelque chose de spécial, de grandiose. J’ai appris plus tard que la plupart du temps ce n’est pas comme dans les films. On a fait l’amour, ou plutôt on a copulé. Il voulait que je reste dormir, il voulait me prendre dans ses bras. J’ai compris que dans ce moment, il était plus tendre que moi. Il voulait me faire un cunni mais honnêtement j’ai eu la flemme (tu comprends ça ? Pas envie de donner des tas d’explications). Je me suis habillée et je suis partie. Il a insisté pour m’accompagner prendre un taxi. Je suis montée vite dedans en mini robe noire et je me rappelle m’être demandé si c’était ça un ‘walk of shame’. Pourtant, je n’avais pas si honte que ça, j’avais juste envie de rentrer chez moi. 

Après cet épisode, on s’est revu deux, trois fois les mois suivants. Il ne m’intéressait pas plus que ça. Eh puis une fois il m’a écrit un message pour s’excuser de son comportement envers moi, que peut-être il n’avait pas était compréhensif ou tendre avec moi. Je lui ai dit que pas du tout, ça allait bien. Des années plus tard on s’est parlé de nouveau, jusqu’à se revoir une fois de plus. Grandis, un peu blessés par d’autres choses de la vie, avec beaucoup d’amour l’un pour l’autre. J’ai écrit un texte inspiré de lui : « une nuit ou une vie, je vais t’aimer ».

J’ai appris à ne pas juger les histoires par leur durée. Chaque rencontre, chaque histoire est un passage. Et on apprend de ce passage. Je suis très forte à lâcher prise, détachée sur certaines choses, comme Ella. J’accepte ce qui est. Cela m’a fait paraître froide à certains, mais pour moi c’est de l’amour. L’amour de moi, l’amour de la vie, l’amour de ce qui est juste, l’amour de ce qui est vrai. Qui se traduit inévitablement par l’amour des autres.

Depuis j’ai couché avec plusieurs inconnus. J’ai eu honte parfois. D’autres fois non. Jamais peur bizarrement. Pourtant je serais la première à dire d’être vigilante, mais j’imagine que je sais m’écouter. Une fois j’ai suivi un homme chez lui et là j’ai eu très peur qu’il me viole. Nous étions en pleine zone grise, il me pensait consentante, je n’avais rien dit. J’ai trouvé une excuse et je suis partie. (J’ai écrit un texte dessus, « faire l’amour parce qu’on est au pied du mur, ce n’est pas faire l’amour ») (tous mes articles sont sur mon sitelyviacairo.com)

Ce qui est est. J’apprends à ne pas le juger, à ne pas me juger, et à simplement suivre l’Amour et l’Energie.��Des bises, 

Lyvia

PS : pour acheter mon roman et lire cette scène que j’ai écrite, c’est par ici : http://bit.ly/ellalelivre

Psst : Et toi tu as couché avec des inconnu.e.s?

F
[social_warfare]

The best way to get to know me is by signing up to receive my daily newsletter. I write at least once a day, and you’ll be receiving 1 message each morning at 7 am, Paris time.

Scroll To Top