Peut-on suivre L’Energie de la vie et tout de même être en relation ? – c’est la question que je me suis posée. Je te fais part de mes réflexions du moment

Copie de Copy of Visuel (2)

Il est bientôt une heure du matin quand j’écris et c’est techniquement l’heure de mon sommeil. Mais bon.
Depuis quelques jours j’ai la sensation de couver quelque chose. Que quelque chose doit descendre. Une vérité. Une chose que je n’ai pasadmise à moi-même. Et comme souvent, c’est écrire, mettre les mots qui fait que je comprends ce qui se passe.

Quitter J. n’a pas été facile. Et pourtant c’est la rupture la plus fluide que j’ai eue. Ceci dit je n’ai pu m’empêcher de penser à mes autres relations passées. Les ‘grandes’. Celles pour lesquelles on avait aussi le projet maison + mariage + bébé.

A chaque fois, entre autres choses, ce qui nous a éloigné, c’est mon ambition. Dans ma relation longue d’avant, ça avait même créé une grosse dispute quelques jours avant la rupture finale : tu vois toujours trop loin, tu ne te contentes jamais de ce que tu as.

Étais-je donc condamnée à être seule ? En quittant Porto c’est la sensation que j’avais. Que ce n’était pas juste d’entraîner un partenaire dans cette vie là. Et la question que je n’osais poser à haute voix. Existait-il un partenaire pour moi ? Était-ce même réaliste de vouloir ça sachant que je vais là où L’Energie me mène ? Qui va me suivre ? Personne ne l’a fait jusque là. Et je n’ai même pas choisi des hommes à qui je pouvais demander ça.

J’ai souvent choisi des hommes rassurants, ancrés, sédentaires. Sécurisants. Peut-être pour me rassurer moi que je n’étais pas folle. Peut-être pour inconsciemment me retenir et me tenir quelque part. 

Sauf qu’on ne retient pas le vent, pas vrai ?

Ce soir j’ai commencé à relire d’anciens carnets. Je les scanne pour ensuite les brûler. On brûle tout. Je suis tombée sur le moment où je commençais à manifester l’amour en 2018.

Donc j’avais ma liste, bien comme il faut, celle qui m’a permise de manifester J. Ceci dit, dans certains coins du carnet j’ai gribouillé des choses, et j’ai même écrit à côté : «mais non, c’est fou. C’est trop demander.»

Et j’avais écrit des choses comme : union sacrée. Couple créateur. Partenaire de business et de vie. Partenaire spirituel. 

Et je me suis dit awa (non en créole). Déjà avoir quelqu’un que j’aime et qui m’aime comme je suis, ce serait déjà pas mal ! Avec qui je peux être et exister sans être bridée, ce serait top. Quelqu’un de joyeux et qui m’adore. C’était le plan que j’avais en tête. 

Et j’avais ça avec J. Il était ma maison. Il était bien ancré. Et moi j’étais libre. Comme un marin, qui s’en allait et revenait à la maison. Et y trouverait son foyer tout chaud.

C’est ce que j’ai compris en allant en Guadeloupe. Que même si c’était très rassurant d’avoir quelqu’un qui m’attendrait à la maison, ce n’était pas ce que je voulais. Pas exactement. Je voulais quelqu’un qui parte à l’aventure avec moi.

C’est difficile à admettre. C’est comme tout dans la vie. Quand tu veux plus, alors que tu as déjà quelque chose de super, on te renvoie que tu es ingrat-e, ou que tu devrais apprécier ce que tu as. Je ne suis pas comme les autres. Je ne me contente pas.

En fait, en 2018, j’avais vu qu’on avait prévu un partenaire pour moi. Un partenaire qui ne serait pas que mon amoureux. Un partenaire qui serait également un partenaire spirituel, et financier. 

Cet après midi j’ai lu dans un livre ce passage (Dialogues avec l’ange)

«
– je sens que dans mon passé, mes relations amoureuses ont été indignes.
– c’est parce qu’ils ont été un but en soi. Écoute bien ! Les animaux agissent par instinct. L’instinct de l’homme est faussé par le savoir. Tu n’as pas servi.
»

Et lire cela a mis l’éclairage que je recherchais sur mes relations. 

À chaque fois, mes relations avaient un but en soi : je cherchais, consciemment ou non, le père de mes enfants. Je cherchais la famille nucléaire. J’étais attachée au résultat. Clairement j’avais un désir d’ego en tête. Un ‘je veux ça’. Et Dieu que je le voulais, avec chaque fibre de mon corps. J’avais tout prévu. J’avais tout un plan. Et à chaque fois, ça plantait. 

Quand je me suis écoutée et que j’ai quitté Porto et J, j’ai eu peur. Je me suis dit : attends, c’est cela que ça veut dire suivre L’Energie de la vie ? Cela veut dire la solitude ? Et mon mari, et mes enfants ?

Et j’en ai fait le deuil. J’ai fait le deuil de la configuration que j’avais en tête. Ce qui doit arriver arrivera, je me suis dit. J’ai lâché ça en arrivant à Paris, et je me suis tout de même dit : c’est étrange d’être condamné à la solitude car on suit l’appel de son âme. Ça n’a pas vraiment sens. Surtout quand je vois tout de même, des enfants dans mon futur. Alors j’ai dissocié le père de mes enfants d’un éventuel compagnon. Ça arriverait comme ça arriverait.

De même, l’idée de ‘jusqu’à ce que la mort nous sépare’ ne faisait plus sens. Je ne sais pas ce qui peut se passer dans une vie. Puis-je m’engager jusqu’à ma mort avec quelqu’un ? Je ne sais pas. 

Eh puis de fil en aiguille des événements m’ont fait réfléchir. Je ne suis clairement pas prête à avoir qui que ce soit dans ma vie. Genre, l’idée même me rebute pour l’instant (mais bon, les choses changent en un moment). 

Ceci dit, ma réflexion a continué à faire son chemin et… les guerriers du feu ont eux aussi droit à un chéri. Je veux dire, come on!

Quand j’ai lu cette phrase “tu n’as pas servi”, j’ai compris. J’ai compris qu’à ce stade de recherche de justesse et d’alignement, un partenaire n’était plus un petit copain ou un mari avec qui je suis pour mon plaisir personnel. 

Autant ma vie, et la poursuite de l’appel de mon âme sert l’humanité.

Autant notre union doit servir l’humanité.

Wow. 

Moi qui Il y a un an voulait un mec normal….

Ça me challenge cette idée. Honnêtement je ne suis pas à l’aise d’écrire ça. Plein de pensées et de croyances remontent : pour qui je me prends ? Quelle arrogance ? Tout le monde est capable de profiter d’un amour simple et pas toi ? Tu en demandes trop. Tu n’as aucune capacité à t’engager ! Regarde, tous tes couples ont échoué !(quelqu’un m’a dit ça en message sur Instagram d’ailleurs, très méchamment. Je me dis que si j’ai attiré ce message dans ma vie, alors c’est qu’une part de moi devait y penser aussi).

Ce chemin me coûte, purée. J’aime pas. Et en même temps je sais qu’il n’y a pas de retour en arrière. J’ai décidé de me rapprocher de la pointe de la vérité. Alors on y va. Et j’ai besoin d’un partenaire pour ça. Un partenaire qui a la même vision que moi.

Quelque part à la fois, ce n’est pas aberrant, car je n’ai jamais activement cherché un partenaire qui voyait la vie comme moi. J’ai toujours cherché des partenaires rassurants, ancrés, sécurisants. Et on m’a toujours dit : c’est bien, ça t’équilibre.

Mais je n’ai pas besoin de quelqu’un qui m’équilibre (ça va, je marche plutôt droit seule), ni même qui me complète (ça va, je me sens 100% complète) mais je veux quelqu’un qui avance avec moi sur ce chemin oh combien solitaire.

Alicia Keys et Swizz Beats,
Jay Z et Beyonce,
Harry et Meghan. 

I don’t know.

En tout cas, je commence à admettre qu’une part de moi a toujours voulu ça, sans le manifester à haute voix de peur de paraître un peu trop exigeante. Et que cette même part du coup n’a pas été entendue. 

Alors oui, je crois de nouveau en l’amour romantique pour moi, avec la vie que j’ai, aussi tourbillonnante qu’elle soit.

Mais cette fois, je vais regarder en face la vérité du partenaire que je recherche. Et peut-être que c’est plusieurs partenaires à la fois. Et peut être que ce ne seront qu’une succession de relations courtes. Ou peut être que je le croiserai à Paris et qu’on partira vivre à Hawaii ensemble toute la vie. 

J’en ai aucune idée. A ce stade je ne ‘veux’ rien et je ne fais rien. Je sens juste qu’il ya quelque chose de prévu pour moi sur ce plan là aussi, que je dois me l’approprier plutôt que résister et ça viendra comme ça doit. Ce n’est pas moi qui commande. 

A la question : puis-je suivre L’Energie de la vie et être tout de même en relation ? Ma réponse est OUI. Si tu es honnête avec ce que tu sens que tu ‘désires’ ou qui est prévu pour toi, et que tu oses y aller. Peu importe les barrières mentales / sociétales qui peuvent se présenter. 
Tu as le droit de vouloir ce que tu veux. 

L’Univers n’est pas cassé. Il sait toujours très bien ce qu’il fait. Et quand on désire quelque chose dans son cœur, et qu’on le désire par honnêteté et non par peur, c’est qu’en général, c’est prévu pour nous de toute façon, comme si on s’en rappelait de notre futur…

Ah… ce chemin est exigeant. Et enivrant. C’est certain. Mais c’est aussi un chemin qui me rend très curieuse : qui je suis quand je suis pleinement dans ma vérité ? qui j’attire ? Qu’est-ce qui devient possible ?

Et si on allait complètement au delà des limites du raisonnable, et qu’on s’autorisait l’exceptionnel, l’époustouflant ? Qu’est-ce que cela donnerait. 

A suivre…

Êtes-vous prêts à suivre votre vérité ? L’Energie de Vie ferme ses portes demain et je suis très excitée et émue d’accueillir ce groupe – de femmes pour l’instant – dans ce qui promet d’être un chemin transformant. Ensemble, nous allons vous apprendre à écouter, et à agir avec courage sur ce que vous aurez compris de ce que vous dit la vie. Les premiers modules sont enregistrés. Ça va être vraiment bien… 

Lyvia.

F
[social_warfare]

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.