Skip to content

être un bon parent pour soi…

10ème jour de l’année.

Je me suis réveillée paisiblement, au bruit des oiseaux (oui à Paris, c’est mon luxe de la vie).
Ces derniers jours ont été difficiles. 
Je peux l’admettre maintenant.
À un moment j’ai cru que la maladie était là pour me dire de me reposer, mais c’est fluide pour moi de travailler. Et vu le temps que je passe à regarder des séries, bon. Ce n’était pas ça. 

La maladie m’a forcé à écouter.
Car le travail est un gros palliatif pour moi.
Quand je ne vais pas bien, quand les émotions me submergent, je me mets au boulot. 
Or là, je ne pouvais pas.

J’ai eu des moments entiers posée sur le canapé à devoir regarder en face ce que je ressentais.

De la confusion s’est immiscée dans mes relations les plus proches. Celles auxquelles je tenais, m’accrochais. Au moment où j’écris je dois accepter que je ne sais rien.

Hier soir, à l’un de ces moments où je suis assise en tailleur à regarder devant moi, de nombreuses réalisations sont venues.

Je les ai notées dans un carnet. Et j’ai envie de les partager avec toi. Car mon petit doigt me dit que c’est important. Un tournant.

Voici ce que j’ai appris. 

Leçon 1

A partir du moment où on s’attache à une personne (ou une situation), à partir du moment où on aime, et que cette personne / chose fait partie de nous… on se met en danger. On se met en danger de la perte. On se met en danger d’être dévasté. On se met en danger qu’on nous laisse. On se met en danger qu’on nous quitte. On se met en danger que ça ne colle plus. On se met en danger que cette personne meure.
On se met en danger d’être seul. De nouveau.

Nous sommes nombreux à avoir une blessure d’abandon ou de rejet. Et ça fait mal, très mal de sentir des distances se créer. Comme si le sol sur lequel on s’appuyait s’effondrait sous nos pieds.

Donc leçon 1 : aimer, c’est se préparer à être dévasté. Et c’est ok.

C’est ok pourquoi ?
Parce que dans le présent, nous ne sommes pas dévastés. 
Parce que dans le présent, les choses sont ce qu’elles sont. Nous vivons et nous respirons. 
C’est la peur de ce qui pourrait être qui est difficile pour nous.
Or dans l’instant présent, on va toujours bien.

C’est pourquoi cela vaut le coup d’aimer.
D’aimer fort, et d’aimer vrai.
Parce qu’en attendant, on est là. On est vraiment là.

Alors la vraie leçon, c’est d’apprendre à aimer en acceptant que cela peut s’arrêter. 

Et c’est ok. 

La leçon 2.

Une puissante qui m’a remise en place, ancrée, stabilisée : 

Il y a une personne, une seule, unique sur cette planète, qui ne me laissera jamais tomber.

Et cette personne… c’est moi.

Quoi que je dise, quoi que je fasse, quoi que je souffre, quoi que je me trompe et que je ne sois pas parfaite. Quoi que je me laisse aller. Quoi que je communique mal, ou que je ne suis pas au top, cette personne qui est toujours là, à mes côtés, et qui trouve secrètement que je suis vraiment géniale : c’est moi. 

Hier je me suis rappelée toutes les fois où je croyais être au fond du trou, et qu’une part de moi s’est matérialisée, pour me relever. 
Pour me prendre par dessous les bras et me dire : allez ma belle, on y va !

Je suis là pour m’écouter. Je suis là pour me comprendre. Je suis là pour me cajoler. Je suis là pour me divertir. Je suis là pour m’occuper. Je suis là pour me soutenir financièrement et aussi m’offrir de bonnes expériences. Je suis là, pour moi. 

J’ai pensé que c’était comme un mariage (d’ailleurs j’ai adoré une vidéo YouTube sur le sujet, je la mettrai). J’ai pensé que c’était comme un mariage intérieur. Dans la santé et la maladie. Dans la richesse et la pauvreté. Je suis là, pour moi. 

Mais je pense davantage que c’est comme… avoir un parent en soi. Avoir un parent qui prend la petite fille ou le petit garçon dans les bras et qui lui dit : tu n’es pas seul-e. Et d’ailleurs, tu ne l’as jamais été. 

Tant que je vivrai, alors je m’aurai moi. 

Et parfois, je t’avoue… je n’aime pas. Me dire que je dois compter sur moi. Encore. J’ai compté sur moi tellement de fois déjà. Quand est-ce que quelqu’un d’autre se charge de moi ?

Eh bien je crois que… plus j’apprends à compter sur moi, plus j’apprends à compter sur les autres. Et à les aimer, comme je m’aime moi. Et à les laisser m’aimer, comme je choisis de m’aimer moi.

J’accepte que je ne comprends pas tout.
J’accepte que je ressens de nombreuses émotions, certaines le fruit d’une imagination débordante.
J’accepte que jusqu’au bout de la fin de ma vie, je n’ai que moi.
Et j’accepte que parfois je serai ok avec ça, et d’autres pas.

Ça sent le nettoyage ce début d’année.
Ça sent les leçons. Ça sent la vérité.
Ça sent le fait de voir ce qu’on ne voulait pas voir.
Ça sent le fait d’être adulte aussi. 
De grandir.

Et de devenir un bon parent pour soi, enfin.
Et d’apprendre à s’aimer, enfin.
Et d’apprendre à se laisser aimer, enfin. 

Je ressens de la joie à avoir articulé ces mots.
Ils étaient compliqués dans ma tête.
Mais comme souvent, sur le papier, tout devient plus simple.

—-

La sécurité intérieure est un gros fil rouge de mes programmes. Apprendre à s’aimer, apprendre à être solide en étant soi. Être en responsabilité et en compassion envers soi afin de se présenter au monde avec puissance. Mon prochain programme, Femmes Riches et Puissantes ferme ses portes demain et nous consacrons deux modules à regarder profond, et apprendre à s’aimer sans compromis et sans retenue, à regarder nos ombres et à créer l’identité solide que l’on choisit pour soi. Les portes ferment demain soir, et n’ouvriront pas avant la prochaine session. Si tu ne l’as pas encore fait, lis la page de vente ici, et rejoins-nous. 
http://lyviacairo.com/femmesrichesetpuissantes

« Je sens qu’une autre vie m’attend depuis très longtemps et ce programme sera la clé, la bascule dans l’autre monde, celui de l’expression, de la création, de la grandeur, du plaisir » – Laura

PS : voici la vidéo dont je te parlais – The person you really need to marry 

F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.

Scroll To Top