Skip to content

pourquoi pour moi il n’y a rien de plus important que parler d’amour et de sexualité

Visuel Pinterest (1)
Un jour, mon amie Morgane Sifantus m’a posé une question : quel est le truc que tu retiens, que tu t’empêches de faire ? Et je lui ai dit, comme ça : publier mes histoires érotiques.

C’est sorti de nulle part. Je n’en ai parlé qu’à peu de personnes. Mes amis d’enfance n’étaient pas au courant. Mon ex n’était pas au courant. Ma mère n’était pas au courant (je dis tout à ma mère pourtant !). C’était mon secret. Et un secret bien gardé, depuis des années.

Et quand je lui ai dit ça, j’ai réalisé que… c’était vrai. La VRAIE moi, c’était celle qui était capable de dire, publiquement, j’écris des histoires érotiques. Et tant que je ne le faisais pas, eh bien je cachais un bout de moi. Je n’avais pas réalisé que c’était un secret jusque là. Et en lui disant, je me rendais compte à quel point j’avais porté un masque tout ce temps.

J’avais abandonné l’écriture du roman depuis un moment, et cela m’a donné envie de m’y remettre. Doucement, pas à pas, pour voir.

Et c’est là, que, peu à peu j’ai compris qu’en fait, la sexualité me fascinait, et que les histoires érotiques étaient une façon pour moi d’appréhender un sujet qui m’échappait et qui m’avait parfois fait souffrir. Mon héroïne, Ella, souffrait aussi, et allait trouver des réponses que je n’avais pas.

Je réalise peu à peu, que tout est lié. J’ai ignoré mon corps, pendant des années. Trop occupée à travailler sur mon esprit. Il était temps de reconnecter. 

Je me suis dit : si je devais dire la vérité sur ma sexualité… je dirais quoi ? 

J’ai commencé à noter les phrases que j’ai entendues, qui m’ont heurtées, j’ai parlé des fois où ma libido plus basse m’avait fait me sentir nulle, j’ai parlé de la période de ma vie, où j’étais à l’affut de toutes les expériences sexuelles possibles pour me prouver que je n’avais pas un problème . J’ai écrit, écrit, écrit, et en écrivant je sanglotais. Je n’avais JAMAIS JAMAIS JAMAIS dit ça à personne. Personne.

Et là, tout a vraiment basculé. 

J’ai compris que… nous étions nombreuses à nous taire et à souffrir en silence sur le sujet de la sexualité. Que c’était un sujet tabou et caché, alors qu’il pouvait être tellement beau et sacré. 

J’ai compris que… j’étais capable de mettre les mots. 

Que même si j’avais énormément encore à dépasser et à débloquer, j’étais capable de mettre les mots. Sur ma souffrance d’abord, et par effet miroir, sur ce qu’ont pu vivre d’autres personnes. J’ai compris que tout ce temps où j’écrivais des histoires en cachette, je soignais une blessure profonde en cachette.

Et c’est à partir de là que je me suis plongée dedans. J’ai cherché, j’ai questionné, j’ai lu, j’ai interrogé. Sur l’amour, le couple, la sexualité. 

Et je réalise que mon truc à moi… c’est l’amour. Ça a toujours été l’amour.

J’ai une obsession pour les romans d’amour, pour les comédies romantiques, pour l’histoire des couples.
J’ai passé de nombreuses années sans me soucier de m’aimer moi, jusqu’à ce que je réalise que c’est la base de tout.

J’ai compris que ‘Être toi suffit’ était un message d’amour. Depuis tout ce temps, je ne parlais que de ça.
C’était le socle de tout ce que je disais : le fait de dire sa vérité, de gagner de l’argent en étant soi, d’oser quitter un job qui ne nous convient pas.

Tout cela, c’était de l’amour.

Là, on arrive à la source des choses. J’ai vraiment la sensation de faire quelque chose de tellement crucial et important. On parle d’amour, on parle de sexualité, et on soulève toutes les barrières cachées qui nous empêchent d’être soi en entier.

Je me fais tatouer Aphrodite sur le bras gauche. Elle représente mon engagement de travailler sur les sujets du féminin, de l’amour et de la sexualité. Je ne peux pas oublier. Elle est tatouée.

Je sais, qu’il n’y a pour moi aujourd’hui aucun travail plus important que celui-ci.

Car pour moi, l’amour est le socle de tout. L’amour de soi, celui des autres.
Et la sexualité est tellement taboue que je me sens la responsabilité de mettre les mots que je peux. Partager mon histoire. Partager celles d’autres. Éviter la souffrance en silence.

Tu sais maintenant tout le cheminement qui m’a amené à parler de sexualité. Quand j’ai écrit sur ce que je ferais si j’étais totalement MOI, sans filtre, c’était simple : je dirais la vérité, toute la vérité. Même si j’ai peur. 

Car la vérité est plus importante que tout, et c’est pourquoi je suis super excitée à l’idée de t’accueillir dans la session LIVE et AUGMENTÉE de 30 jours, 30 vérités. Si tu sens que c’est pour toi mais que tu hésites… je t’envoie de l’amour. Prend une respiration, et choisis d’avoir une belle relation avec ta sexualité en nous rejoignant. Je sais d’avance que ça fera une grande différence pour toi, Aurélia. 

Pendant 5 semaines, nous allons explorer où tu en es de ta sexualité, les parts d’ombre que tu n’oses pas regarder, quelles sont tes envies et tes désirs, le grain de folie qui cherche à s’exprimer en toi et ce que tu choisis pour ta sexualité. Est-ce que j’ai mentionné le fait qu’il y a de superbes bonus pour l’occasion ? Tu seras soutenue pendant ce processus, en plus de tout le contenu grâce à : un groupe facebook avec tous les inscrits + la team + moi, un live en direct avec moi ET cinq nouveaux audios depuis Los Angeles. 

Je te rappelle que le plus important dans ce processus c’est que TOI tu connaisses ta vérité. Tu ne partages QUE si tu le sens ! En tout cas, tu auras réponse à tes questions !

Rejoins-nous pour explorer ta propre vérité, on ferme ce soir à minuit.

http://lyviacairo.com/30j30v

Avec plein d’amour, 
Lyvia

PS : j’ai fait un super live sur Instagram, de Los Angeles. Va vite le regarder sur ma story avant qu’il expire ! 

PPS : si je me permets de t’écrire un dimanche matin tard, c’est parce que si 30 jours 30 vérités est ce que tu recherchais, je veux vraiment que tu sois parmi nous !
F
[social_warfare]

The best way to get to know me is by signing up to receive my daily newsletter. I write at least once a day, and you’ll be receiving 1 message each morning at 7 am, Paris time.

Scroll To Top