Skip to content

Ce que j’apprends sur ma relation + sur l’argent et pourquoi personne ne viendra me sauver me sauver et c’est ok.

personneviendramesauver

Personne ne viendra me sauver. Il n’y a pas quelque chose de magique à l’extérieur de moi qui va faire que subitement, tout va être merveilleux. Je ne contrôle pas l’extérieur, je ne sais pas ce qu’il peut faire ou pas pour moi. Mais je peux aller à l’intérieur. Profond, profond.

J’écrivais hier dans ma newsletter comment il y a des années, je rêvais de me casser la jambe pour ne pas aller bosser. Et comment je rêvais de tomber malade pour que mon ex prenne enfin soin de moi.

Comme si j’étais une victime. Au service des vents et des marées. Comme si je ne décidais rien, comme si je devais attendre au bord de la route qu’on vienne me chercher et que comme par magie, tout irait mieux.

Me relaxer. Donner la responsabilité à quelqu’un d’autre. Comme si c’était mal d’avoir la responsabilité… Ce n’est pas mal la responsabilité. Ce qui est mal, c’est quand on doit être responsable de quelque chose qui n’est pas… nous.

Écoute ça une minute.

Si ma responsabilité est celle d’aller dans un job que je n’aime pas au point de me casser la jambe pour pouvoir m’en libérer, est-ce une bonne responsabilité ? NON.

Si ma responsabilité est celle d’aller profond, profond à l’intérieur pour regarder ce qui me donne plaisir et joie et me bouger le cul pour me lever le matin et le faire, est-ce une bonne responsabilité ? OUI.

Si ma responsabilité est d’être merveilleuse et tendre et adorable dans une relation pour qu’on m’aime, au point de croire que je dois aller mal pour qu’on prenne soin de moi, est-ce une bonne responsabilité ? NON.

Si ma responsabilité c’est apprendre à m’aimer assez pour avoir les ressources en moi, pour me donner de l’amour, compassion, soin et pardon et me construire en un être complet qui se présente au monde sans quémander qu’on la sauve, est-ce une bonne responsabilité ? OUI.

J’ai longtemps confondu la responsabilité avec deux choses : sacrifice et solitude.

Soit je suis responsable quand je me sacrifie (je suis forte, je serre les dents et je fais le truc même si je n’ai pas envie, oui !)

Soit je suis responsable quand je me débrouille TOUTE SEULE (je suis née toute seule, je vais mourir toute seule, oui) !

Ce qui est en soi à l’opposé de la responsabilité : c’est de la victimisation.

Ces derniers jours j’ai appris beaucoup. Sur mes relations. Et sur l’argent. Je ne m’y attendais pas vraiment, mais ce sont deux thèmes qui sont revenus souvent.

Sur les relations, j’ai appris que… mon mec n’est pas là pour me sauver, même quand j’ai mal. Nous ne sommes pas en co-dépendance (« je ne peux pas exister sans toi »). Et nous ne sommes pas non plus indépendants (il n’avance pas dans son monde comme si je n’existais pas et vice versa). Nous sommes interdépendants.

Je peux compter sur lui ET il peut compter sur moi.

OR il ne peut compter sur moi que si moi je sais compter sur moi et que j’ai accès à des ressources internes ET je ne peux compter sur lui que si lui peut compter sur lui et a accès à ses ressources internes.

Pour être là l’un pour l’autre, CHACUN à la responsabilité de prendre soin de lui au minimum. Sinon on part dans une dynamique VICTIME/SAUVEUR. Et c’est nul !

Sur l’argent, c’est plus complexe. J’ai prévu tout un module pour mes clients (FRP !) tellement des informations me sont descendues mais c’est similaire : plus d’argent ne « sauve » pas les gens. On ne devient pas subitement plus heureux quand on a plus.

Ce qui rend SUPER heureux, c’est de se lever le matin, de tâcher du mieux possible d’être la version la plus expressive de soi-même, sans se retenir, et si on a besoin de quelque chose, le demander et le laisser venir. Vibrer dans l’énergie de ce qu’on veut avant tout. Et surtout, ne pas se retenir (ne pas se retenir !), ouvrir son coeur en grand.

J’ai étudié Oprah, Rihanna et Alicia Keys ces derniers jours, et à chaque fois l’impression que j’ai c’est que pour elles :
1/ l’argent n’était jamais la motivation, pas en soi ;
2/ son arrivée était proportionnelle à l’ouverture de coeur nécessaire pour recevoir, la valeur qu’on s’accorde et ce qu’on ose faire, et créer sans se retenir ;
3/ c’est au delà, au delà, au delà de soi. A chaque fois la notion de service y était associée.

En ce moment avec ma coach, j’ai énormément de mal à fixer un objectif financier pour avril. J’oscille entre « je suis bien comme ça » et « je veux recevoir le plus possible, merci ».

C’est parce qu’au bout d’un moment, l’argent n’est plus pour soi.

Argent, sexualité, relation romantique, tout ce que je comprends c’est comment ouvrir mon coeur en grand, plus grand et AIMER la personne que je suis, l’autoriser à être.

Et comment je peux AIMER les personnes avec qui j’interagis, et CONTRIBUER à ce qu’elles SOIENT encore plus elles-mêmes et qu’elles grandissent aussi.

Je le vois dans mon couple en particulier. TOUT bascule quand je me pose deux questions en simultané : comment puis-je M’AIMER plus et comment puis-je L’AIMER plus.

Comment puis-je me donner la place d’être moi. Comment puis-je le soutenir à être lui ?

Ouvrir le coeur grand et faire fi des peurs, et des ombres, de la peur du regard de l’autre ou des autres, de la peur du rejet parce qu’on se dit qu’on n’est pas assez bien.

J’ai écouté un podcast d’Alicia Keys interviewé par Jay Shetty. Et deux choses sont ressorties pour moi.

  • A quel point son mari SwizzBeats aussi ostentatoire qu’il est, lui a appris à prendre PLEIN de place car lui n’hésite pas à porter cinq chaines en diamant quand il le souhaite au lieu d’une (pourquoi se retenir ?)
  • A quel point c’est de SERVICE pour le monde entier qu’elle soit la PLUS GRANDE (pas la meilleure, c’est déjà la meilleure :p), mais la plus GRANDE VERSION D’ELLE-MÊME.

Après avoir passé plusieurs jours immobilisée, ce que j’entends c’est aller plus profond, plus profond en soi et dans l’amour pour s’autoriser à se déployer plus grand vers le monde. Le repli est nécessaire pour faire taire le bruit et rentrer dans l’Amour.

Je t’ai dit beaucoup de choses dans ce message, pas exactement ce que je pensais que j’allais dire. Mais le message est le message alors je le laisse faire son chemin en toi et pour toi.

Dans deux jours (DEUX JOURS !) je démarre avec le groupe de femmes qui fait En Vie ! Notre premier moduler : RESPIRER. Apprendre à créer l’espace, dans nos vies, dans nos corps, dans nous coeurs, pour recevoir en grand. Mon intention est d’infuser ce groupe de tout ce que je comprends pour vivre une vie riche, intérieurement et extérieurement. Avoir accès à l’amour à l’intérieur pour le déployer à l’extérieur. Dire non à ce qui n’est pas fluide et s’autoriser à ce que les choses coulent et aillent de soi. Se reconnecter au féminin en nous, et au masculin qui nous soutient, et avoir accès à ce mariage intérieur qui nous permet de nous sentir complètes. Tout est absolument possible. Si on ouvre notre coeur et qu’on s’autorise à le recevoir. C’est le travail que nous démarrons ensemble dès jeudi.

Inscris-toi ici : http://lyviacairo.com/envie

F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.

Scroll To Top