Skip to content

Et bah décidément…

Hello ,

30 mars – 00:33

Ce soir, je suis tombée dans l’escalier.

Pendant un moment, j’ai eu très mal. Je ne savais si je m’étais cassé quelque chose ou pas.

Et puis ça a été. Après quelques coups de désinfectant, j’ai pu me mettre sur mon lit avec des coussins sous ma jambe douloureuse.

J’ai essayé de dormir, je n’ai pas réussi.

Et dans mon lit tout à l’heure, je me suis dit j’abandonne.

Le message qu’on essaie de me passer depuis des jours (et que j’écris depuis des jours !!) c’est : RELÂCHE.

S’abandonner à ce qui est.
Arrêter d’essayer.

J’arrête d’essayer. Roh, c’était pas la peine de me faire tomber. Relâche, abandonne-toi à ce qui est, accueille, accepte sous toutes les formes. Le même message encore et encore. Alors j’abandonne.

Je parlais toute seule dans mon lit depuis un moment (je fais ça parfois, je me dis des mots doux et je me caresse le haut du ventre, ça fait du bien). J’essayais de dormir, de me faire dormir.

Puis je me suis dit, peut-être qu’il faut pas que j’essaye de dormir non plus (je sais plus moi hein, alors je n’essaye plus rien). Et je me suis rappelée quelque chose et ce quelque chose m’a poussé à prendre mon carnet.

Je me suis rappelée qu’en 2012-2013, je travaillais comme salariée, et que je me disais : si je tombe dans l’escalier et que je me casse la jambe, au moins je n’aurai pas à y aller (toxique, c’est clair j’en parle dans mon premier livre, créer sa vie en étant soi.)

Et je me suis rappelée comme dans certaines relations où ma dépendance affective était au plus fort, je me disais : s’il m’arrive quelque chose, alors il sera obligé de prendre soin de moi (toxique +++).

Bon, autant dire que c’est pas une bonne stratégie. Mais je me suis rappelée comment dans ces moments là, j’avais envie d’aller bien, et comment aller bien était connecté à quelque chose d’extérieur à moi.

Aujourd’hui, je ne pense pas avoir fait de prière consciente ou inconsciente pour me faire mal pour ne pas bosser ou pour qu’on prenne soin de moi (normalement depuis que je me parle toute seule et me frotte le ventre, ça va :D). Mais je sais que mon chemin tout – dans le business, mes relations, l’argent – est de relâcher le contrôle.

Le contrôle a longtemps été pour une protection. Si je contrôle tout, alors tout va bien. Je contrôle mon environnement, je contrôle un peu les gens. Je contrôle ce qui se passe, je contrôle même mes orgasmes.

Sauf que c’est factice, c’est pour de faux. Je ne contrôle rien en fait.

Je ne contrôle rien en fait. Dans ces moments-là, tout ce que je fais, c’est que je bloque.

Tu sais, contrôler c’est parfois subtil, c’est manipuler un peu les personnes pour qu’elles fassent ce qu’on veut. C’est poser un cadre rigide et surtout, surtout que rien ne s’éloigne de ça. Mais c’est parce qu’on a peur des surprises. On n’a pas confiance en ce qui se passera si on lâche.

Quel est le contraire de contrôle alors ? La confiance. La confiance que si on lâche, on sera rattrapés par nous-mêmes dans un premier temps. Et ensuite par quelque chose de plus grand.

C’est ça, l’équilibre entre le Yin et le Yang. Les énergies féminine et masculine.

C’est s’abandonner en sachant qu’on sera récupéré. Par ceux qui nous aiment peut-être, et certainement par nous.

Ai-je le courage de tout lâcher, de m’abandonner à ce qui est, avec la confiance que je serai rattrapée ?

Pas le choix je crois…

En Vie ! commence bientôt. Si toi aussi tu as besoin de lâcher, de t’abandonner à ce qui est et… savoir que tu seras toujours là pour toi d’abord,  En Vie est pour toi. Je vais te transmettre des pratiques et des exercices qui iront chercher profond. Par le biais de la sexualité, tu démêleras de nombreuses choses dans d’autres domaines qui te bloquent, car rappelle-toi : tout est lié ! Rejoins-nous ici : http://lyviacairo.com/envie

F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.

Scroll To Top