Skip to content

Descends du tapis roulant

Descends-du-tapis

Le 6 avril 2018, j’écrivais ce texte. Cette image m’accompagne aujourd’hui, quand il s’agit de suivre mon chemin (et visiblement le rhume et moi on est copains. Décision que ça change!) :

6 avril 2018,

J’avais envie de faire un Facebook Live ce soir, mais malheureusement un merveilleux rhume m’en empêche. Cela crée un espace pour ralentir, écrire et méditer.

On peut prendre en excuse les effets du monde extérieur – ‘Je ne peux pas faire x ou y parce que….’ mais je crois qu’on a toujours le choix.

Alors je me suis demandée : comment donner de l’amour autrement ? Car tout ça, c’est de l’amour. C’est moi qui donne et qui reçoit.

Je ne peux pas parler et je ne peux regarder un écran. Alors comment donner de l’amour autrement ?

Il me vient de vous raconter une petite histoire.

C’est l’histoire d’une petite fille sur un tapis roulant. Elle court, court, court en avançant… sauf que le tapis va dans l’autre sens. Elle n’avance que très peu et c’est très frustrant.
Épuisée, elle se laisse porter par le tapis, pour voir où il l’emmène. C’est en effet plus simple. Moins fatiguant. Sauf que…. le chemin vers lequel le tapis l’emmène n’est pas non plus le sien.

Alors elle fait quelque chose de fabuleusement courageux. Qui lui serre le cœur et qui l’effraie : elle saute du tapis en marche.

Elle se dit que la vie ne peut pas se résumer à une direction. Alors elle saute. Et là, elle trouve la paix.
Elle trouve la paix car ses pieds sont ancrés. Ses pieds sont posés sur le sol, enfin. Elle choisit quand elle bouge. Elle choisit quand elle s’arrête. Et surtout, elle choisit sa direction.

L’horizon s’étendant devant elle, elle se demande où aller. Et elle se laisse porter, simplement, par la lumière. La lumière à l’extérieur, qui l’invite. Et la lumière à l’intérieur, qui l’anime.

Et pas à pas elle avance. Comme elle peut, à son rythme.

J’ai été cette fille sur le tapis. Et d’ailleurs cette vision m’est venue en rêve, telle que je l’ai décrite.

On croit qu’il n’y a qu’une option, peut être deux. Celle facile qui ne nous emmène pas oú on veut. Et celle difficile qui nous demande lutte et souffrance. Ce n’est jamais la bonne option si on ne choisit pas.

Je suis descendue du tapis. J’ai arrêté de lutter. Et je me suis calmement demandée : où je vais ?

Aujourd’hui, quand je ressens de la fatigue, ou de l’anxiété, je me rappelle de descendre du tapis. De simplement descendre du tapis. Et de planter mes pieds sur le sol pour choisir là où je vais.

C’est mon cadeau pour vous aujourd’hui : descendez du tapis. La vie n’est pas une course. La vie est un moment.

Et on se croisera, moment après moment.

Lyvia xx

(Partagez ce message à ceux qui ont besoin de le lire !)

F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.

Scroll To Top