Skip to content

J’ai fait silence et voici ce que le silence m’a appris

Ces derniers jours – de mercredi à vendredi, j’ai fait silence.
En fait, depuis que la semaine dernière j’ai pris un jour off (le truc de fou), quelque chose dans mon énergie a changé. Quelque chose de plus lent, plus profond, s’est installé. Comme si la déconnexion était en fait l’état naturel pour moi. Et que je créais tellement mieux quand j’étais isolée.

Ce silence, cette isolation, me fait un bien fou. Non pas pour disparaitre, mais pour revenir, à chaque fois, avec un message plus puissant, plus précis, plus fort.
Je teste un nouveau rythme, qui ressemble beaucoup plus à mon rythme naturel, celui des vagues.
Je pars, et je viens, je pars et je viens.
Je me retire un peu chaque jour, pour revenir avec… le message du jour, les mots pour mon roman, les transmissions pour mes clients.

Le silence ne veut pas dire disparaitre. Le silence veut au contraire dire faire pause pour que le message vienne.
J’ai appris beaucoup ces derniers jours, et je prévois un loooong texte pour documenter tout cela.

Mais si je retiens une chose, c’est la raison d’être de ce que je fais : 
Je ne le fais pas pour aider. Je ne le fais pas pour transformer. Je ne le fais pas pour arriver à un quelconque résultat. 

Je ne le fais pas pour que les femmes soient plus expressives ou libérées. Je ne le fais pas pour l’argent. Je ne le fais pas pour la notoriété. Même si ce sont des conséquences que j’accueille à bras GRAND ouverts.

La seule mission, la seule raison d’être, de mon travail et de ma société…
C’est transmettre la vérité de mon message.
Et le seul cadre posé autour de ça, c’est une intention.

Qui est différente quand tu me lis sur Instagram, quand tu lis mes livres, quand tu fais mes programmes, ou quand tu rentres dans un chemin de transmission plus profond et plus spirituel avec moi.

Le message est le message et la seule chose qui change c’est le cadre de l’intention.
Je n’ai pas de contrôle sur l’impact qu’il a, et ce n’est pas mon métier de contrôler ça. Je capte et je transmets. Je laisse la vie faire son travail et toucher les coeurs, les âmes, faire la différence que ça doit. Si je contrôlais en disant : je veux écrire un message impactant qui permet aux femmes de se sentir plus libérées, je tomberais à côté. Si je me disais : je veux lancer une offre qui me rapporte XXX, je tomberais à côté (et je ne créerais pas ce que je dois créer !). Et si avant une transmission client je me disais : je veux qu’elles se sentent comme si comme ça et que cela change xyz dans leur énergie, je tomberais à côté. Non seulement je tomberais à côté, mais en plus, je desservirais mon message, je me desservirais moi, et je desservirais les personnes qui le reçoivent, car je ne serais pas dans la vérité. Je serais en train de la manipuler.

J’ai pris du recul pour réévaluer chacune de mes décisions : est-ce que je continue d’écrire ou publier tous les jours, est-ce que je continue de lancer de nouveaux programmes régulièrement, quelles sont les offres que je suis appelée et à quels niveaux de prix ? J’ai tout remis à plat. J’ai tout questionné. Tout remis en cause. Et médité sur chaque point en silence. En connexion avec mon âme, le Divin, l’amour. Pour continuer de transmettre de nouveau, à différents niveaux.

Je t’en parlerai davantage quand j’aurai pris le temps de mettre sur papier tout ce que j’ai compris et observé. 

Et en attendant, je te laisse avec ce texte que j’écrivais le 18 novembre 2017. A un moment où je sentais que ma vie avait beaucoup changé. 

Et toi – où est-ce que tu dois faire silence pour mieux te laisser porter par quelque chose de plus grand ? De plus puissant ?

Bonne lecture 

:cœur:

 (ps : je te rappelle que tu peux encore commander mon livre dédicacé ici : http://bit.ly/elladedicace)

Silence
Silence.
Parfois j’ai envie de me taire.
Mais je ne peux pas.
Parfois j’ai envie de me retirer et de me cacher.
Mais je ne peux pas.
Parfois j’aimerais qu’on m’oublie un peu…
Que mes mots s’effacent
Que je sois ailleurs et que je ne sois pas là,
Mais je ne peux pas.
J’aimerais être de ceux qui sont capable de…
Se laisser vivre,
De s’en fiche,
D’être dilettantes,
Et un brin feignantes…
Une vie tranquille et sans heurts..
Mais je ne peux pas.
Car même les jours
Où je suis crevée
Où je suis chamboulée
Où la vie est sens dessus dessous
Où je suis incapable de faire ce que j’avais dit que je ferais
Où j’ai envie de m’allonger sur le sable et de me laisser submerger…
Même ces jours là,
Il y a des choses plus grandes que moi
Des choses plus fortes que moi
Qui malgré toute ma résistance
Malgré mes objections et mes envies de ne pas
Me disent :
Lève-toi et parle.
On a besoin de toi.
Alors…
Je me retrouve à me laisser vivre…
Non pas pour ne rien faire,
Mais me laisser porter
Par la vision
La mission
La passion
Surrender
Ce mot qui n’existe pas en Français…
Alors les mots difficiles
Les mots que d’autres n’osent pas dire
Les histoires que d’autres n’osent pas dévoiler
Ceux qui m’exposent et me rendent…
Vulnérable.

Si je ne suis pas moi
Je ne suis personne
Si je ne dis pas
Personne ne dira à ma place.
Alors,
Même quand la vie me ballotte,
À gauche à droite,
Même quand tout est remis à plat,
Se chamboule
Même quand de belles choses se créent,
Renaissent,
Grandissent
Éclosent
Dans les moments d’euphorie
Dans les moments de doute
Je me rappelle que mon seul engagement
Mon engagement premier, en tout cas,
Il est…
De vivre ma vérité
Et de dire ma vérité
Et d’écrire ma vérité
Alors quand je me lève,
Un matin comme celui ci,
Avec une vue comme celle ci,
Et que je manque d’ancrage,
Parce qu’en deux semaines ma vie s’est chamboulée
Je ne fais pas semblant que tout va bien
Je me rappelle que c’est un test
De ma solidité
De ma présence
De ma colonne vertébrale qui tient droit.
Je me rappelle que je ne suis pas là pour n’écrire que quand je me sens ‘en phase’ et ‘alignée’ (à quoi ???).
Que quand ça fait sens et que j’ai un message à passer.
Mais que je suis là pour écrire tous les jours,
Ma vérité.
En quelques semaines, ma vie a beaucoup changé.
De l’euphorie à l’anxiété
De la certitude au flou total
Du courage à la peur qui rend malade
Et vice versa, dans l’autre sens.
Je suis sur la terre de ma Mère. De mes mères.
Je suis sur la terre de mes ancêtres.
Et ici, mes racines sont plantées.
Et ici, je ne suis pas ballotée.
Ici je choisis de créer.
De recommencer.
De décider :
Qui est Lyvia, et que dit elle.
Et d’écrire, chaque jour.
Ce qui vient,
Comme ça vient.
Sans plan,
Sans enjeu.
Sans savoir….
Où ça va mener.

F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.

Scroll To Top