Skip to content

Mon poids est une information qui ne m’intéresse pas

Lyvia Cairo Photoshoot Anouk_87

Mes petits frères ont ramené une balance à la maison.
Pour le troisième fois ils m’ont demandé : tu veux pas te peser Lyvia ?
Et pour la troisième fois j’ai répondu : cette information ne m’intéresse pas.

A quoi cela me sert-il de savoir combien de kilogrammes représente ma masse corporelle ?
J’ai dans ma vie fluctué entre 59 kilos (quand j’avais 17 ans et que je faisais énormément de sport) à un peu plus de 83 kilos (quand je mangeais toujours un peu plus de nécessaire parce que j’avais peur de manquer (longue histoire, on en reparlera)). 

Aujourd’hui je me dis juste que je dois être entre ces deux-là. 

Pourquoi mon poids n’est pas une information intéressante pour moi ?

Parce qu’alors je m’intéresserai à sa variation : est-ce que j’ai grossi ? Est-ce que j’ai maigri ? Est-ce que cela veut dire quelque chose sur moi ? Sur ma vie ?

Parce qu’alors, même inconsciemment je voudrai changer mon comportement : je mange la madeleine, ou pas ? (« Mange la madeleine », « non, j’ai un kilo à perdre », « mange la madeleine » « non, non, surtout pas »).

Parce qu’alors je suis attachée à un résultat plutôt que faire les choses parce que je les sens, comme je le sens. Le résultat d’atteindre un poids particulier. Je quitte mon flow et la vérité de l’instant.

Le poids peut être une information intéressante pour d’autres personnes, notamment quand on part de loin et qu’on en perd tellement (je suis des parcours inspirants de la sorte). Je suis consciente du privilège que j’ai de ne pas être grosse et d’avoir plutôt été dans la norme des standards de la société.

Ceci dit, il y a un tas d’autres informations que je trouve beaucoup plus intéressantes à regarder que des chiffres sur une balance.

Par exemple…

  • Comment je me sens ? Lourde ou légère ? En forme ou fatiguée ? La dernière fois j’ai repéré que je sentais mon ventre hyper gros (aucune idée de s’il était effectivement plus gros). Et alors je me suis dit : hmm, j’aimerais bien que mon ventre se sente plus léger. Et c’était assez. Après j’ai dû manger quelque chose qui respirait la légèreté ou faire du sport qui respirait la légèreté et voilà, c’était bon.  
  • Est-ce que je me sens sexy quand je me regarde ? Honnêtement, bourrelet ou pas bourrelet, grosses cuisses ou pas grosses cuisses, si je me sens sexy c’est tout ce qui m’importe. En sous-vêtements, en petite jupe, avec mes cheveux « on fleak », c’est le plus important pour moi quand je me regarde. Et la sexytude, si tu veux un secret, vient de l’intérieur, pas de l’extérieur. Plus tu apprends à te kiffer devant le miroir, plus tu es sexy devant le miroir. Facts.
  • Comment je peux me sentir forte ? La dernière fois j’ai dit à ma prof de sport que grâce à ses exercices je pourrais me mettre en bikini sur la plage (je rigolais, je veux dire, je suis déjà à moitié nue sur Instagram), et… j’ai offensé la DAME ! Elle m’a dit : quelle histoire de bikini ! Je crée des athlètes ! Tu es forte ! Tu n’es pas là pour te balader en bikini, tu es là parce que tu es forte ! Ouhloulou, je lui ai répondu : « sim, sim, eu sou forte » (elle est brésilienne). Parce que ce n’est pas pour perdre du poids, ou pour avoir une certaine forme de corps que je fais du sport (même si ma prof me sculpte un cul et des hanches de brésilienne digne du carnaval de Rio). Non, c’est parce que je veux me sentir forte. C’est pour que s’il ya The Walking Dead dans la vraie (on n’est pas loin hein), je sois capable de courir, me hisser en haut d’un toit, et sauver ma vie. C’est pour que s’il y a un bus à rattraper, je puisse courir et ne pas le rater. C’est pour que le jour où je veux avoir des enfants, mon corps soit prêt physiquement pour l’accouchement (c’est sportif il parait).

Ainsi mon poids, peu importe si je le connais ou pas, ne va pas me permettre de savoir ça.
A 59 kilos je me sentais frêle comme une fleur flottant dans les prés.
A 83 kilos, je me sentais déprimée. 

C’était ça l’information importante.
Et puis je me suis sentie mieux. Et je suis à peu près sûre que je faisais encore 83 kilos quand la bascule est arrivée. Simplement parce que j’ai arrêté de vouloir changer.

J’ai recommencé le sport il y a quelques mois parce que je voulais être en bonne santé pour faire mon job sur cette planète. Parce que je voulais avoir un système immunitaire puissant. Parce que je voulais voir de quoi j’étais capable. 

Et dans les phases où j’avais effectivement pris du poids, c’est comprendre la raison psychologique de ça qui m’a fait me sentir légère, pas perdre le poids en lui-même.

Qu’est-ce que tu veux vraiment ?
Comment tu veux te sentir ?
Qu’est-ce que ce chiffre sur la balance représente pour toi ?
Et comment tu peux te sentir comme tu veux te sentir indépendamment de ce chiffre ?

Parce que je suis à peu près sûre que tu peux 1/décider comment tu veux te sentir 2/ faire ce qu’il faut pour te sentir comme ça, sans jamais savoir combien tu pèses.

Maintenant si ça te motive de OUF de voir les kilos baisser, et que tu n’es pas du tout déprimée quand tu vois que ça monte : good for you ! Fais ce qui est juste pour toi !

Mais si comme moi il fut un temps où regarder l’indication sur la balance te faisait te sentir mal, ou moins que rien, arrête.

Au pire, prends des selfies dans ton miroir et tu verras l’évolution :visage_légèrement_souriant:

(Et puis même, du moment que tu te sens hypra sexy et en forme c’est le plus important)
(Je suis pas hyper sûre que mon selfie miroir ait changé en 4 mois de sport. Mais en tout cas je me sens putain de bien !)

Psssst…je serai en live sur Zoom ou Youtube dans les prochains jours. Garde un oeil sur tes emails pour être sûr-e de ne pas rater ça. Je t’en dirai + quand on est prêts !

F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.

Scroll To Top