Skip to content

Mon droit à la légèreté

J’ai hésité à publier ce texte. Parce que depuis son écriture, je vais mieux, je me sens plus joyeuse, plus légère, et je me dis que sa publication entraînera peut-être des réactions qui vont me remettre dans une spirale que je ne souhaite pas. Ceci dit, j’ai aussi pensé aux personnes qui se sentent peut-être comme moi et qui n’ont pas les mots. 

À ces personnes, je veux leur dire de prendre soin d’elles, de se reconnecter à ce qui leur fait du bien, que prendre soin de soi, de son esprit, de son âme, est le plus important. Faites ce qui vous fait vous sentir le plus VOUS en ce moment. J’ai fait du sport, j’ai donné une conférence sur mon travail, j’ai écrit, je me suis reconnectée à moi. Alors je vous invite à faire ce qui vous reconnecte à ‘vous’ aussi. 


Voici : 

Mon droit à la légèreté.

Pour les personnes qui ne me connaissent pas, et qui tomberont sur ce texte, voici une courte présentation.

Je suis Lyvia Cairo. Je suis une jeune femme noire née en Guadeloupe, vivant à Paris après avoir fait de nombreux voyages, j’adore lire, écrire, parler. J’aime danser et passer du temps en famille. J’aime les hôtels de luxe et les spas. Depuis des années j’écris et enseigne sur les sujets de l’amour, des relations amoureuses, de la sexualité et aussi de l’argent. 

Je ne suis pas activiste ou militante anti-raciste. Et pourtant, de temps en temps, quand j’entends une news d’un homme noir tué par la police, d’une femme noire tabassée par la police, d’actes racistes, tout dans ma vie doit s’arrêter.

Si tu es blanc-he et que tu me lis, sache que c’est ton plus grand privilège. Si tu le souhaites, quand tu vois une nouvelle pareille, tu peux faire pause, envoyer un peu de compassion, et retourner à tes affaires.

Je suis à la tête d’une société qui enseigne aux femmes, indépendamment de leur couleur de peau, comment vivre mieux, avoir une belle sexualité, de la prospérité, et au fur et à mesure se déconditionner des entraves que l’on a en vivant dans un monde mysogine et un système patriarcal. La sexualité est un sujet fun pour moi, ça m’amuse, ça m’éclate, et depuis deux jours, je ne peux pas m’amuser tranquille, parce que j’ai peur, que je suis triste et que j’ai mal.

J’ai lancé une nouvelle offre aujourd’hui, sur comment gagner de l’argent en s’amusant (yes!), dans la légèreté, sans se forcer et en utilisant l’énergie sexuelle. Et une part de moi s’est demandée : est-ce que c’est le bon moment, vu comment je me sens, ce qui se passe ?

Mais pourquoi, pourquoi ce serait à moi, une femme noire de plus, de ne pas faire mon travail, de ne pas faire ce qui m’éclate, de ne pas gagner mon argent, de ne pas juste vivre tranquille, alors que… ce n’est pas MA faute si le monde est raciste.

Là est, pour moi, la plus grande injustice que je vois. Que c’est encore à nous, noirs, de faire pause sur notre art, notre créativité, ce qui nous fait du bien, ce qui nous rapporte de l’argent et de la prospérité, pour éduquer et écrire et partager. On aimerait pouvoir parler de choses légères, fun, qui nous détendent, et non, on ne peut pas. 

Aujourd’hui je me retrouve à, à la fois partager sur ma nouvelle offre, et à la fois répondre à des personnes qui ne comprennent pas le privilège qu’elles ont (suite à l’l’article que j’ai écrit hier).

Je sais que je vais perdre des followers, des abonnés, des clients en écrivant ça, mais : le racisme n’est pas un problème de noirs, c’est un problème de blancs. Il faut arrêter là, ça suffit. 

Je connais des personnes blanches tout à fait capables de se positionner contre le racisme, qui en ont fait leur métier, qui étudient, creusent et protestent pour démanteler ce système. Simplement parce qu’elles comprennent que tant que nous ne sommes pas tous libres, personne n’est libre. Parce qu’elles désirent un monde plus juste, et harmonieux et qu’elles ont choisi d’en faire leur combat. 

C’est injuste que ce soit uniquement aux noirs d’avoir la charge mentale d’arrêter le racisme alors qu’on aimerait pouvoir s’intéresser à autre chose. C’est ça l’un des droits et des privilèges que l’on n’a pas : pouvoir penser à autre chose.

Alors je continue de faire mon business, je continue de me connecter à ma joie, je continue de partager, d’enseigner, sur des sujets qui me sont chers et me font du bien. Je continue à gagner de l’argent et à faire grandir ma prospérité. Mais certains jours sont plus difficiles que d’autres, car à la fois, je ne peux pas ignorer la peur que j’ai quand je vois ce qui se passe dans les news, et je ne peux certainement pas me taire dessus, et en même temps je sais que ce n’est pas la mission que j’ai choisie de parler sur ce sujet.

Faites ce que vous avez à faire en lisant ceci. 

Pour ma part, je vais me reconnecter à ma joie, à mon essence de moi, aux mots qui me font du bien. J’ai aussi droit à une vie fun, légère, abondante, sans préoccupation. Et je décide de prendre ce privilège même si le monde, visiblement, refuse de me le donner.

Lyvia 

PS : il y a quelques mois j’ai enregistré un audio sur ce que cela fait d’être noire. Je l’ai partagé dans l’un de mes programmes à des clientes qui souhaitent faire une différence dans le monde. Aujourd’hui, je le rend public. Si vous souhaitez l’écouter, et lire la retranscription, c’est ici : écouter l’audio

PPS : si vous souhaitez être un-e allié-e je vous faire vos propres recherches. L’humain a toujours su se mobiliser, pour cela aussi vous trouverez. 

PPS : si vous êtes prêtes à recevoir + d’argent, dans la joie, sans souffrir, en utilisant votre énergie sexuelle, votre énergie de vie, dans la légèreté ma nouvelle offre est ici : Découvrir Pussy Money

Je vous embrasse 🧡
F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.

Scroll To Top