Skip to content

comment je vis le tourbillon de la manifestation en moi…

lyvia cairo photoshoot anouk_224 2

Je ne suis pas très bonne à célébrer, quand de bonnes choses arrivent dans ma vie.

Quand je passe de ‘avant’, à ‘après’, j’oublie un peu comment c’était avant.
A la place, je reconnais en deux minutes que : ah chouette, on a bien avancé sur ce plan-là, 

Et ensuite je retourne mon regard sur tout ce qui ne va pas / pourrait être mieux. 

Célébrer. 

Pourquoi cela peut être aussi difficile, de faire pause et se dire : oh purée, comment c’est trop bien !

Pourquoi ? 

Parce qu’on est si exigeant qu’on se dit : ben ça avait intérêt ? 

Parce qu’on est si blasé qu’on se dit : bof, ça durera un moment et ensuite ça passera ? 

Ou simplement parce qu’on ne réalise pas le chemin accompli.

Je dois faire le chemin conscient de me rappeler où j’en étais, et de regarder où j’en suis aujourd’hui.
Souvent, le chemin n’est pas linéaire. Ça n’arrive pas un jour après l’autre, ou pas après pas.

Ça se passe plutôt comme ça.

Un jour, je pose une intention, pour quelque que chose que je sens être prévu pour moi (je ‘veux’ de moins en moins les choses, soit je sens que c’est prévu et je m’autorise à le recevoir soit…bof). En tout cas je sens une chose prévue pour moi, et j’écris une intention.

Cette intention c’est une phrase au présent, comme si j’y étais déjà. Comme si j’avais (hop) attrapé l’idée, l’envie, le désir, que je l’avais capturé sur papier, et que je me l’appropriais.

Ensuite, il arrive que j’oscille un peu autour de cette intention. Est-ce ce que mon âme veut ? Est-ce que ça vivre ? Ou pas, ou pas tout à fait ?

Et puis vient un moment où je suis simplement sûre de moi.

Et j’attends.
Et j’attends.

Hyper patiemment.

Mais pas en ne faisant rien. En simplement étant à l’affut des signes, en réaffirmant ces choix, en ayant des conversations, mais je ne force rien, j’attends.

Et souvent, quasi inévitablement, vient un moment de…léger découragement, voire de ‘mais non c’est mort ça va jamais arriver’ ou ‘c’est trop beau pour être vrai’, et là je bascule dans le détachement : que ça arrive ou pas, je suis complètement ok avec ça.

Et entre le moment où j’ai posé l’intention, que je l’ai maintenue, que je l’ai intégrée, et où finalement, je l’ai lâchée… il peut se passer une heure comme.. un an.

Et un beau jour, alors que je suis en totale acceptation de ce qui est, un vortex s’ouvre, un tas de choses se mettent en place, des choses dingues, même complètement inimaginables, des bribes de magie, des moments précis, une seconde, ou une minute à ne pas rater. Des fenêtres de sur-réalité. Et là, les grands bras de l’Univers organisent tout et se mettent en branle.

A partir du moment où la machine se met en mouvement, que je sens le début de la réalisation physique, je sais que c’est bon. Je sais qu’il n’y a ni doute, ni crainte à avoir. Tout est déjà fait.

Je sais que même si je rencontre obstacles, difficultés, questions, une solution fluide se présentera. 

Et que si elle ne se présente pas ce ne sera pas subtil, il y aura un message très clair que ce n’est pas par là, et que quelque chose de mieux m’attend.

Chaque année, depuis que je me laisse porter par la vie, je ressens ces processus.

Il y a comme une vague qui se construit de mois en mois, un mouvement sous-jascent, et ensuite, tsunami.

Il y a souvent un calme avant la tempête. Et puis wooaaa, vortex.

Le début du vortex est surprenant, on se dit : mais que se passe-t-il, qu’est-ce qui arrive ? 

Et puis une fois qu’on est dedans : la paix. Car cela fait un moment que tout cela se prépare. Et qu’au final, il était inévitable que cela arrive. 

Il fallait juste se rendre disponible.

Se rendre disponible pour que, ce qui semble vrai pour nous, devienne bel et bien une réalité.

Peut-être que c’est pour ça que j’ai du mal à célébrer.

Car à la fois une part de moi se dit que ce qui arrive est génial.

Et une autre part de moi se dit que c’était prévu, et donc inévitable.

Ce que je célèbre alors c’est d’avoir maintenu la vision, maintenu le cap et ne pas avoir lâché la tension nécessaire à me faire croire que c’était possible, et une fois que j’ai intégré que c’était possible, relâcher : « ce qui doit arriver, va arriver. »

Ce que je célèbre c’est d’avoir laissé la vie me traverser, d’avoir été un bel instrument pour elle, et de ne pas avoir résisté ma destinée.

Ce que je célèbre, c’est d’être bel et bien en vie, de ressentir ces mouvements, ces émotions, ces intuitions, ces sensations, d’avoir ouvert mon coeur chaque jour un peu plus, et de le laisser se remplir.

Tout est parfait, j’ai confiance.

Et toi, tu arrives à célébrer ? A quoi cela ressemble pour toi quand les choses se manifestent ?

J’aime faire pause et capturer le processus avec mes mots… comme ça je me rappelle toujours que le moment toujours calme, est juste avant la tempête.


Et que la tempête c’est la simple manifestation de ce que j’ai demandé.

Ces principes d’attirer ce que tu sens être prévu pour toi (manifestation / magnétisation), et de laisser la vie nous traverser afin qu’elle réalise son oeuvre à travers nous sont les fondations de Femmes Riches et Puissantes.

Il ne s’agit pas de faire ou de forcer. Il s’agit d’être à l’affût de ce qui est vrai, et de se laisser porter.

Dans le module de préparation, tu sauras tout ce qu’il faut s’avoir pour poser tes intentions.
Tout le long du programme, tu travailleras ta capacité à recevoir et à laisser partir les entraves à ce que la vie oeuvre à travers toi.
Dans le module 4, tu apprendras à utiliser l’énergie sexuelle pour ça, 

Dans le module 6, tu me verras en larmes (et en haut de maillot de bain), te raconter mes échanges avec Dieu et tout ce que j’ai appris sur m’autoriser à être moi.

J’ai reçu plusieurs questions sur FRP ces derniers jours.

Je sais que pour toi, c’est aussi le calme avant la tempête.

L’incubation avant la décision qui fera tout basculer dans ta vie.

Il y a toujours, toujours quelque que chose de puissant qui se passe quand on dit oui à la vie, et à ses appels. Je pourrais cartographier ma propre vie avec toutes les fois où j’ai dit ‘oui’ à mon âme. 

Et parfois, dire ‘oui’ fait peur, pour la simple raison qu’on sait que plus rien ne sera pareil après. 

Lis la page ici, regarde les vidéos, et garde un oeil sur mon prochain email où je répondrai aux questions qu’on m’a le plus fréquemment posées 😉 

Je t’embrasse, 

Lyvia 

F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.

Scroll To Top