Skip to content

« J’ose assumer la puissance de mon énergie sexuelle. »

Bonjour, 
Ici, encore une fois, des pages tout droit venues de mon carnet.
Le message est le message, et je le transmets.
Voici : 

« J’ose assumer la puissance de mon énergie sexuelle. »

C’est l’affirmation qui est venue aujourd’hui. 

Une part de moi a peur et m’empêche : « NE VA PAS PAR-LÀ !
Ne va pas explorer ça ! C’est trop dangereux ! 
Tu auras trop de puissance, tu vas tout brûler, tu vas être rejetée. Abandonnée.
Tu vas mourir. »

Je sens en moi toute la souffrance et douleur des femmes frappées, lynchées, lapidées, torturées. Car elles suivaient leur énergie sexuelle, sauvage, férale.

Je sens les ventres tranchés, les jupes arrachées, car trop courtes, je ressens le DANGER. 

Et si je ressens le danger, la plupart des femmes doivent le sentir aussi, dans leur chair, dans leur sang : « ne fais pas de vague, n’expose pas trop ton énergie sexuelle car tu vas MOURIR. »

C’est un trauma ancestral. 
Être bridé dans sa plus belle expression.

C’est pour ça que je fais l’élastique. 
J’avance, je recule, trop dangereux. 
J’ai un tas d’excuses. Aucune valide. 

La décision est simple : y aller. Y aller pleinement.

Me jeter dans le chaudron qui veut me brûler, et réaliser que l’eau est tiède, douce et agréable, et qu’elle n’attendait que moi. Réaliser ce mensonge. 

On bride nos corps. On bride nos voix. 

On nous fait croire que nos corps doivent être tout petits (minces), qu’on doit avoir l’air d’enfants (sans poils), 
MAIS les parties sexuelles de nous qui leur font plaisir doivent être proéminentes. 

« Je suis là pour ton plaisir, à aucun moment je ne te menace, de mon côté ni poilu, ni sauvage ». 

Tirer la langue. 
Libérateur, pendant le sexe. 
Expression de l’énergie qui circule, et… interdit. Malpoli.

Cardi B le fait, et peu d’autres le font. Qui ose tirer la langue en public ?

Ils ont dit que c’est le Diable qui tire la langue. 
Mais tire la langue la prochaine fois que tu fais l’amour et que tu cries ton plaisir, et tu verras ce qui se libère.

Dans certains tarots, le Diable n’est pas le mal, c’est l’énergie. L’énergie primaire, primitive (le sexe, le combat).

Dieu : l’esprit, en haut.
Le Diable : le corps, en bas.

Et si l’Enfer n’existait pas ?
Et si on nous avait aussi fait croire que le Diable (donc le corps) était le mal ?

Les 7 péchés capitaux, d’où viennent-ils ? De trop vouloir vivre de manière primitive.

« Elle » a dit que WAP (Cardi B) était satanique. Je comprends pourquoi, trop proche du corps.

Je ne suis pas pour la religion et je comprends de plus en plus son désir de contrôle.

Je ne peux pas écrire ça, je vais trop loin.

Mais peut-être est-ce la vérité. Le « Mal » est peut-être le système d’oppression qui veulent nous contrôler. 

Le « mal » c’est peut-être toutes les règles de tous les « hommes » qui ne veulent pas que l’on explore.

Le Diable ET Dieu en nous. 

L’ombre et la lumière.
Le charnel et le spirituel.

Deux faces d’une même pièce.

À intégrer en entier.

À trop vouloir la lumière, on bride l’ombre et elle opère dans la noirceur / douleur. 
Elle freine, elle sabote, nous empêche de vivre car on a peur d’elle.

Mais la chair, le sang, s’ils ne sont pas « propres », n’ont rien de mal.

Descendre dans le corps, encore et en corps.

La chair et le sang. 
C’est ce qu’ils veulent que j’explore maintenant. 
Et le mystique qui se trouve dedans.

N’aie pas peur, ils me disent. 

On équilibre, c’est tout. 

L’énergie !

F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.

Scroll To Top