Pour être plus productif, se reposer !


Je te souhaite une merveilleuse semaine. J’espère qu’elle démarre bien, avec de la douceur et de la tranquillité, ou du peps et de l’aventure. 

Il y a quelques jours, je parlais avec l’un de mes bons amis d’enfance au téléphone. Je lui faisais le point sur la famille, le boulot, et à un moment dans la conversation il me dit : « parfois j’ai l’impression que tu travailles 16 heures par jour et que tu charbonnes ! »

Ça m’a fait rigoler. Car je ne travaille PAS 16h par jour.

D’ailleurs, je travaille beaucoup moins que la plupart des personnes imaginent. Tu veux essayer de deviner ?

.

.

.

Dans une journée moyenne, je travaille ‘effectivement’ 3 ou 4 heures par jour. Dans une ‘grosse’ journée, je travaille 6 heures.

Mais pas plus. Parce qu’après, je suis fatiguée 🙂

Quand je parle de travail effectif, je parle de celui qui impacte ce qu’on voit, où on dirait que je suis ‘productive’ :

  • L’écriture d’un article, 
  • La création de programmes, 
  • Le fait d’étudier, 
  • Le fait de stratégiser / brainstormer,
  • Les tournages vidéos, 
  • Travailler sur des livres,

Cette production me demande disons 4 à 6 heures par jour.

Mais dans les faits, ce sont toutes les heures où je ne ‘produis’ rien qui font que je peux créer autant. 

Ce qui me permet d’écrire de chouettes articles comme tu aimes, de faire de belles vidéos pour mes programmes, et même d’avancer sur des manuscrits, c’est que je suis hyper reposée.

Je dors 8 heures par nuit minimum. 

Je commence à effectivement ouvrir mon ordinateur à 11h du matin.
Souvent, je travaille jusqu’à 13/14 heures. Puis je fais une longue pause, je reprends deux heures en fin de journée. (Décadent, je sais !).

(Note : quand j’étais sur Instagram, j’avais beaucoup moins d’espace, l’après-midi souvent je passais du temps dessus)

Je n’ai des rendez-vous que 3 jours dans la semaine, du mardi au jeudi, et je m’arrange pour qu’ils ne prennent pas plus de 2 heures de mon temps. En général je ne crée pas beaucoup ces jours-là.

Je travaille le dimanche, puis du mardi au vendredi. Le samedi et lundi je suis ‘plutôt‘ off, en général soit je ne fais rien, soit j’écris. Depuis mes débuts sur Internet, je considère le lundi comme un jour où personne n’attend rien de moi 🙂 Et quand je travaille le dimanche j’ai l’impression de prendre de l’avance.

Qu’est-ce qui fait alors que je peux m’accorder autant de repos, alors que de l’extérieur, on a l’impression que je fais beaucoup et que je suis débordée ?

1 – Ma priorité n’est pas de produire. Ma priorité c’est d’aller bien.

Souvent, on se trompe de priorité. On se dit que le plus important est ce que l’on met à l’extérieur, ce que les personnes reçoivent, perçoivent, que ce soit de la communication, un contenu de programme, l’email ou telle autre chose à délivrer.

Penses-y comme tu penserais à un sol.

Option 1 – ta priorité c’est produire. Auquel cas tu mets de l’engrais, tu pousses le sol à fond, de façon à ce qu’il produise le maximum de fruits et de légumes. Tu ne laisses pas la terre se reposer, tu enchaines avec de nouvelles productions. Qu’est-ce qui reste alors ? Ta terre est polluée d’engrais. Elle a de moins en moins de minéraux. Tu as extrait beaucoup trop d’elle. Et… elle est fatiguée. Pour la faire repartir, tu es obligé-e soit de la laisser se reposer un long moment. Soit la bourrer d’engrais de nouveau.

C’est une stratégie d’extraction, qui n’est pas respectueuse du rythme naturel.

Option 2 – ta priorité, c’est que ta terre aille bien. Pourquoi ? Parce que tu sais qu’alors elle fait des beaux fruits, bien costauds, juteux et délicieux. Non, tu ne peux pas faire de la production de masse comme les voisins. Mais ce que tu produis est de tellement bonne qualité, que tu peux vendre à un prix plus cher, les personnes sachant la rareté et la qualité de ce que tu produis. Ça se trouve, tes fruits et légumes sont tellement beaux qu’un Instagrameur te paye pour les prendre en photos !

Ta terre se régénère. Elle est de plus en plus fertile chaque année. Simplement parce que tu en prends soin.

C’est pareil pour ton corps. Soit tu épuises ton énergie pour produire au delà de ses capacités. Soit tu fait de ton bien-être la priorité, pour que ce qui ressorte soit excellent.


2 – Je pense long terme, pas court terme.

J’ai envie de vivre jusqu’à 120 ans. Ou en tout cas, la plus vieille possible.


Autour de moi, de nombreuses personnes ont connu des burn-outs et des AVC. Souvent à cause d’un stress présent à court terme.

Un stress vraiment vrai. Une situation familiale, une situation financière, qui mettent tellement de pression qu’on ne peut que se laisser emporter dans le tourbillon.

A chaque fois que j’ai senti des situations comme ça, j’en suis sortie. Même si ça m’a coûté à court terme. 


Car, pour être honnête, quand on est dans un rythme de pression, ça coûte toujours à court terme d’en sortir. 

Le projet hyper stressant qu’on a entamé, en sortir signifie ne pas recevoir l’argent qui nous avait été promis.

Les discussions familiales hyper stressantes qui durent depuis des mois, en sortir c’est ne pas savoir si ce sera résolu ni comment.

Dire stop dans une dispute parce que ça fait des heures et que ça nous prend la tête, c’est ne pas savoir comment sera l’autre quand on est prêt à revenir.


Mais s’en aller, s’extraire de la situation est une priorité. Et souvent, on le fait beaucoup trop tard.

Je vois de plus en plus les situations stressantes venir de très loin. Et une part de moi se dit : NOPE. Pas intéressant.

Ainsi dans mon quotidien j’ai peu de contraintes, à part celles que je me suis imposées à moi-même.

Et toutes les fois où j’ai dû décaler une date ou un rendez-vous parce que je devais me reposer, ça a été majoritairement, bien reçu. 

3 – Mes tâches sont minimales, et l’espace dans mon agenda est une priorité.


Personnellement, je suis minimaliste et un peu mono-maniaque. 

Ma priorité est d’avoir le maximum d’espace vide dans mon agenda.

Ainsi, je limite mon nombre de projets.

Je dirais que j’ai un maximum de trois projets qui nécessitent mon attention à la fois.

En ce moment : 

  • Mon business (écrire à mes lecteurs, créer mes programmes, tourner des vidéos, m’occuper de mes clients)
  • Mes livres (j’ai repris l’écriture d’un roman !)
  • Mon site internet (nous sommes en train de le refaire, ainsi ma développeuse est l’une des rares personnes qui a une réponse rapide de ma part, ha). 

Et c’est à peu près tout.

Quand l’une de ces choses bouge, j’ai de la place pour autre chose.

L’autre chose qui prend de l’espace dans ma vie, c’est étudier. J’étudie continuellement sur la sexualité, le soin des traumas, les relations. Mais je dois dire que j’ai la chance d’aimer tellement mon sujet que c’en est presqu’un hobbie. Ce n’est pas contraignant (écrire un livre, par contre; ça, c’est contraignant !)

Et sinon le reste du temps je lis, je fais du sport, je discute avec mon chéri, je me balade. Tranquillou quoi.

4 – Je considère mon développement personnel et spirituel comme du travail.

J’ai pris trois jours de pause ce week-end, c’est assez rare, en temps normal j’aurais calé au moins l’écriture d’un article et la réponse à quelques emails.


Mais bon, j’étais fatiguée. 

Ceci dit, je considère ce week-end comme étant très productif. 


J’ai compris des choses sur mon couple, 

J’ai compris des choses sur mon rapport à l’argent, 

J’ai compris des choses sur mon rapport aux gens. 

Des petites choses qui me travaillaient quelques jours avant se sont retrouvées résolues.
Un calme s’est installé en moi sur bien des sujets.
Et une douce détermination pour certains projets aussi.

Je me suis, simplement, régénéré.


J’ai griffonné dans mon carnet une nouvelle vision pour le reste de l’année.

Tout ça entre deux séries Netflix et deux pages de roman d’amour.

Et tout ça a pu émerger car j’avais l’espace.

Si tu passes ton temps à bourrer ton agenda de ‘il faut’ et de ‘je dois’, tu n’as pas l’espace de comprendre des choses, ou de te sentir mieux, ou de te soigner.

Ici ça rejoint mon point précédent. A court terme, il y a deux ou trois choses que j’aurais aimé accomplir. Une voix dans ma tête n’a cessé me répéter qu’on était presque mi juillet. 

Mais à long terme, ce que j’ai compris ici va changer le reste de mon année. Et ça, c’est vraiment important.

(Et comme je me suis bien reposée, ce lundi, j’avais la pêche pour écrire ce très long article, ça va sûrement être une bonne journée de 6 heures :D)

Souvent, on n’est pas à un jour près. Ni même à une semaine près. Ni même à un mois près.

Il n’y a rien qui justifie que tu doives charbonner aujourd’hui. 

Tu peux faire pause sur tout.

Et oui, il y aura des conséquences.

Ça m’amène au point 5.

5 – J’assume les conséquences qu’auront le fait de me reposer et de prendre un peu plus de temps.

Le pire qui peut arriver ?

Je suis déçue de ne pas avoir plus avancé,

Ou quelqu’un est mécontent de moi,

Ou je perds une opportunité financière ou autre.

Voilà. 

Mais, la plupart du temps pour moi ça vaut le coup.

Car, voir le point 1, ma priorité c’est d’aller bien.

Et je fais de mon mieux pour gérer les conséquences liées au fait que cela reste une priorité. 

Ou mieux, les anticiper.

Peut-être que te reposer va te pousser à avoir des conversations difficiles (‘je dois repousser la délivrance de ce projet d’une semaine’)
Ou que tu ton chiffre d’affaire idéal tu l’auras le mois prochain, (‘mince, mon lancement est décalé’)

Ou que quelqu’un de très mécontent va t’écrire, (‘oops, j’ai oublié d’annuler ce rendez-vous’)

Ou je ne sais trop quoi.

MAIS à moyen ou long terme, tu auras accumulé des ressources qui te permettent de créer encore mieux,

Et tu apprendras à gérer les conséquences, avec autant de franchise et d’honnêteté que tu le peux.

Fais-toi confiance.

L’une des objections que j’ai souvent, quand je parle de faire du repos une priorité, c’est qu’on me dit : mais je ne vais rien faire, je vais être une loque, si c’est ça, je passe mes journées devant des séries, et alors plus personne ne pourra compter sur moi.

Fais-toi confiance. Nous sommes naturellement créatifs et productifs. Tu VAS faire des choses.

En étant bien reposé-e, en ayant la pêche, par défaut,  tu auras le plein d’idées et d’énergie, tu vas créer de belles choses, et tu vas faire de ton mieux pour avoir de belles relations, et que les personnes qui comptent sur toi soient satisfaites.

En te reposant, tu ne peux pas te tromper.


Arrête d’extraire les ressources de TA terre.


Laisse-la se régénérer.

Et toi, extrais-toi des situations qui t’épuisent.

Elles ne valent vraiment pas le coup, et tu auras de meilleurs résultats sans.

Ton bien-être passe avant tout.


Beijos,

Lyvia 

PS : va te reposer.

vague-tiret

Continue ta lecture

Commentaires

11 commentaires

  1. Laure sur 16 juin 2021 à 7:15

    Oh..merci pour ce post..Cela est tellement inspirant et tellement juste, même si je peine encore (vraiment) à mettre le repos en priorité (car il y a teeelllement de choses à faire,non? ! ). mais je sens à quel point c’est juste et nécessaire sinon (pour moi) ce n’est qu’une course à l’épuisement (et à la dispersion).

  2. Amélie sur 15 juin 2021 à 3:35

    OMG je t’aime Lyvia! Ça va faire un bon 4 ans que je te suis et cet article me parle tellement… Et ce qui est génial c’est que maintenant mon emploi du temps n’est pas bien loin du tien.
    Alors non ça n’avance pas aussi que mon mental le voudrait, mais c’est ok. D’autant plus quand je vois ton article après avoir croisé 2 réflexions et incitations à la patience sur Instagram dans la journée.

    La priorité c’est effectivement comment je me sens et pas combien je fais. Et si ce que je fais je le fais avec l’énergie du « il faut/je dois » ça n’aura pas l’effet escompté, alors pourquoi s’entêter?!

    • Lyvia Cairo sur 15 juin 2021 à 3:56

      Exactement ! On va toujours plus vite quand on se laisse porter par la fluidité… et qu’on est reposé 😉

  3. Omantayo sur 15 juin 2021 à 3:24

    Bonjour Lyvia,
    Cet article fait tellement de sens en moi en ce moment.
    C’est un clin d’oeil de l’univers pour me faire réaliser que c’est ok de s’arrêter et juste se restorer. Et je vais l’écouter.
    Vous ne réalisez pas l’impact que vous venez juste d’avoir à ce moment précis dans ma vie. Juste merci

    • Lyvia Cairo sur 15 juin 2021 à 3:55

      J’en suis heureuse Omantayo ! Bon repos à toi !

  4. Rose sur 15 juin 2021 à 10:12

    C’est pour moi le meilleur article que j’ai eu l’occasion de lire ! Hyper inspirant, humble et pratique… un grand merci Lyvia !

    • Lyvia Cairo sur 15 juin 2021 à 3:54

      Merci Rose, j’en suis touchée 🙂 Heureuse qu’il te parle.

  5. Cissou sur 15 juin 2021 à 1:23

    Ton loooong post tombe à pic ce jour !
    Mon sommeil s’est coupé très tôt ce matin (3h44 aïe !) et je n’ai pas réussi à me rendormir. En début d’après-midi je piquais du nez, mais….il faut, je dois tournait dans ma tête.
    j’e tentais en vain de joindre un service par téléphone, rien impossible. Mon projet Canva ne se téléchargeait pas….mais j’insistais les yeux à peine ouverts !
    D’un coup j’ai décidé d’aller dormir en me disant comme tu le dis toujours « Allez hop, je vais faire de l’espace » Véridique !!!

    J’ai tout plaqué et je me suis couchée et endormie direct ! le téléphone que j’avais omis de fermer tellement j’étais naze sonne….le service que je tentais désespérément de joindre me sort de mon sommeil et m’apprend une belle nouvelle, mon projet Canva qui ne téléchargeait pas le fait en 1 clic et je trouve l’inspiration pour la légende et je boucle le tout en à peine 15mn.

    • Lyvia Cairo sur 15 juin 2021 à 3:54

      Comme quoi, un peu de repos, même si ça fait un réveil tôt, ça booste la créativité 🙂

  6. Aurélie sur 14 juin 2021 à 10:42

    Lyvia,
    Je suis tellement d’accord avec toi !!!
    Pour moi l’idéal vers lequel je tends est de ne pas avoir plus de 2 à 3h de travail planifié par jour… (hors journées ou j’anime des formations, une semaine tous les 2 mois)
    Tout le reste, ce sont des choses que je fais comme elles viennent, avec beaucoup de spontanéité.
    Je ressens que j’ai besoin de vide pour qu’un projet émerge (écriture d’un livre je pense) et je ne supporte plus d’être enfermée. Je travaille dehors, et en mouvement, dès que je le peux.

    • Lyvia Cairo sur 15 juin 2021 à 3:55

      Oui, minimiser le nombre d’attentes et avoir le temps pour être libre, s’amuser !

Laissez un commentaire





Es-tu prêt-e à vraiment profiter de la vie ?

Reçois plusieurs fois par semaine un message pour t'inspirer, te motiver, et t'ouvrir à de nouvelles réflexions. Amour, sexualité, relations, argent, spiritualité : abordons tous les sujets, du moment qu'il s'agit de te sentir bien !

Renseigne ton nom et ton adresse et prépare toi à vivre une vie où tu ne tolères que le meilleur !

Je suis Lyvia Cairo

Écrivain, coach en relations et en sexualité, spécialisée en soin des traumas.
Et je suis là pour t'aider à te sentir beaucoup mieux dans ta vie.