De ‘bling bling’ à ‘tranquille – Comment a évolué mon rapport à l’argent

Hello toi, 

Cet article est co-écrit avec mon chéri. Et il est long. Ainsi je t’invite à t’installer confortablement 🙂 tout est bien sûr, fort intéressant.

Il est issu d’une longue conversation qu’on a eue ensemble, où il m’a notamment dit cette phrase : 

« Ce qui te fait le plus peur c’est d’affronter la Lyvia qui avait une philosophie ‘tout pour l’argent’ car elle n’était pas totalement dans le vrai ».

OUCH. (C’est ce que je lui ai répondu).

Je pense que ce que je vais partager dans cet article n’est pas 100% confortable pour moi, mais que des vérités vont émerger.

Parfois, quand on regarde son passé on fronce un peu du nez en se disant : « oh purée ».

Mais ma particularité c’est que pendant des années j’ai véhiculé un rapport à l’argent qui est tellement différent de celui que j’ai aujourd’hui que j’ai un peu peur (ok beaucoup peur) que la police du syndrome de l’imposteur me fixe avec sa lampe torche en me disant : ahh, tu disais pas ça en 2017 (ou même en 2020!). Aïe.

J’accepte que j’ai évolué.
J’accepte que certaines des choses que je pensais avant ne sont plus vraies maintenant.
J’accepte que certaines choses que j’ai ENSEIGNÉES avant ne sont plus vraies maintenant.
Et j’accepte que tout était parfait au moment où ça a eu lieu.
 

Voilà, c’est dit. Ça n’apaise pas forcément mon nez froncé, mais au moins vous êtes prévenus.

Ok, grande respiration : c’est parti.

Comme beaucoup d’humains, j’ai (j’avais) une relation à l’argent non pas ancrée dans quelque chose de sain, mais dans du trauma. Dans mon cas : la peur du rejet, et donc de perdre, et donc de manquer, et donc de mourir (#ambiance).

Il y a de nombreuses fois où j’ai cru avoir soigné ça, et où en fait ce n’était pas le cas car, clairement, je n’avais pas été assez profond. 

J’ai très envie de tourner autour du pot, mais autant y aller droit dedans.

Voici des choses que je disais avant que je ne crois plus maintenant. 

Avant, je disais qu’il était crucial d’avoir PLEIN d’argent, et que c’était ridicule d’avoir des désirs modestes d’argent.

Pour moi cette course à l’argent était tout : toujours plus, jamais assez. La priorité c’était d’amasser, d’atteindre des nouveaux objectifs. 

Avec ma société j’étais dans une course. 20k par mois, 60k par mois, 100k par mois. Et une fois 120k sur un mois (que je n’ai pas maintenu).

Pour moi le seul sens était le croissance, toujours plus, toujours plus.
Et… je me suis cassée la figure mais SALE ! 

Cette course à l’argent m’a fait avoir des dettes énormissimes MAIS ça ne m’a pas arrêté pour autant.

Jusqu’à l’année dernière, je payais une coach 6000 euros par mois (oui, tu as bien lu) car je voulais absolument atteindre les 7 chiffres sur l’année.

J’ai cru que mon année noire où j’ai du naviguer un tas de dettes m’aurait fait comprendre. 


Mais non, je me suis remise dans les mêmes schémas de vouloir gagner beaucoup, et gagner plus.

Résultat : j’ai aussi recruté des grosses équipes, que je payais parfois beaucoup trop pour un travail pas toujours à la hauteur. 

Est-ce que le fait qu’un ancien membre d’équipe ait écrit un PDF de 17 pages, partagé à toute l’équipe, pour dire à quel point j’étais exécrable m’a refroidi ? Naaaan. 

Quelques années après, à qui voulait l’entendre je disais : pour grandir, tu dois avoir une grosse équipe.

J’avais même ce réflexe quand on me parlait de quelqu’un qui cherchait un travail de me dire : oh, peut-être que cette personne trouverait une place dans mon équipe.

Je ne te mens pas, j’ai pris conscience de ça L’ANNÉE DERNIÈRE, après 7 ans d’entrepreunariat.

J’ai pris une grosse claque. Les frais d’équipe représentaient parfois jusqu’à 70% de ce que je gagnais. J’ai appris décembre dernier que ce qui est recommandé c’est… 25%. Ahlala. Pas fière, la Lyvia.

J’avais quelque chose à prouver. 


Je voulais prouver à moi-même, et au monde, que je pouvais y arriver.

J’étais jalouse des autres personnes (y compris ma coach que je payais plus que moi-même) qui alignaient 300 – 350k par mois.

Je disais que ce n’était pas que pour l’argent, et honnêtement, ce n’était pas l’argent la question (ce n’est JAMAIS l’argent la question).

C’est juste que je voulais avoir une place, me valider, être celle qui avait réussi, etc.

Rien n’était jamais assez. Même quand j’ai fait les 100k de CA par mois je me suis dit : « chouette ! Maintenant comment on refait ? »

Je profitais de mon argent, mais me faisais-je vraiment plaisir ? Pensais-je vraiment à moi ? I don’t know.

J’ai investi dans des beaux lieux et maisons, et dans des beaux voyages, mais jamais dans mon futur. Je ne mettais rien de côté, car la priorité c’était grossir, grossir, grossir. 

Faire rentrer l’argent à hauteur de mes ambitions m’a causé beaucoup d’anxiété. Pourquoi ? Parce qu’en face je faisais beaucoup de dépenses pour en gagner plus (équipes, coachs, formations), et que je me retrouvais à devoir absolument vendre pour payer ces dépenses. Tu vois le serpent qui se mord la queue ?

Je n’avais pas une notion d’investissement conscient, et calculé. Mais c’était plutôt une course acharnée.

Aujourd’hui voici ce que je te dirais : 

Courir après ‘beaucoup’ d’argent ne sert strictement à rien. Surtout quand on ne sait même pas ce que représente ce ‘beaucoup’. C’est fatiguant pour rien. 

Tu ferais mieux de lister l’argent dont tu as besoin pour vivre une belle vie, au quotidien, et faire ce qui te fait envie et plaisir, tout faire pour atteindre ce montant, et voir tout le reste en bonus.

Il est très important de trouver ton ‘assez’. 

Car sinon tu ne seras jamais satisfait-e.

Et parfois on s’épuise à aller au-delà alors qu’au final, on ne fait pas ce qu’on aime.

La priorité est de faire ce que tu aimes, et de le monétiser pour vivre une vie confortable. 

Voici ce que dit le chéri sur le sujet : 

«  C’est la clé que tu n’avais pas avant et c’est ce que tu vends maintenant : la finalité ne peut être l’argent, mais l’argent est toutefois nécessaire à la liberté. »

L’argent est nécessaire est important, surtout dans notre société (je serais hypocrite si je te disais l’inverse alors que je vis dans une immense maison). 

Mais pas au prix de faire ce que tu aimes vraiment. 

Et pas au prix de beaucoup d’anxiété.

Voici ce que mon chéri m’a dit dans notre conversation sur l’argent (il ne mâche pas ses mots).

« Avant tu étais ostentatoire quand tu en parlais. Aujourd’hui tu veux de l’argent pour des choses précises.

Avant tu voulais l’argent pour te baigner dedans. Avant tu n’aurais pas pu dire aux gens de diversifier leur investissement. Ou leur parler d’une gestion d’équipe qui maximise leur argent.

Tu aurais dit : «  prenez plein de collaborateurs et faites les faire ce que vous n’aimez pas faire car il ne faut faire que ce qu’on aime ».

Or tu sais que la vie c’est plus compliqué que ça. On travaille pour aller vers un chemin qui nous facilite les choses. Ce qui n’est pas forcément compatible avec dépenser sans compter. Il y a des choses difficiles mais il y a aussi du plaisir. Et les gens ne vont pas tous être patrons. Ils veulent aussi de l’inspiration, un exemple ». 

Il y a beaucoup dans ce qu’il dit, mais si je devais développer ce serait ça :

  • Avant, j’aimais l’idée de l’argent pour l’argent. Avec cette mentalité de : pourquoi pas plus, puisque c’est possible ? Comme si ça ne coûtait rien, alors que, bien sûr, ça coûtait. Maintenant, j’ai une vision tellement claire de ce que je veux pour mon argent que j’aurais aimé la transmettre à la Lyvia d’avant.

  • Avant, je te dirais de déléguertout ce que tu n’aimes pas, et ne faire que ce que tu aimes. Aujourd’hui je te dirais que plus tu simplifies ton activité, plus des tâches sont inutiles, moins tu as besoin de personnes. Aujourd’hui il y a de nombreuses choses qui sont supprimées de mes besoins, et pour lesquelles je payais des gens avant. Tout cela parce que j’ai priorisé. Je n’ai délégué que le plus important (ma compta :D). Et beaucoup de petites choses administratives je les fais maintenant. Et ce qui me soule vraiment (et qui n’est pas si important), je ne le fais pas. 

  • Avant, je n’avais pas de vision à long terme pour mon argent. Maintenant je vois un futur pour lui. Et c’est rafraichissant. 

  • Et la mention que tout le monde n’est pas entrepreneur est importante. Tout le monde ne veut pas être patron. Et on peut avoir une belle vie en sachant générer l’argent dont on a besoin / envie.

Aujourd’hui, ma relation à l’argent est tellement plus ennuyante et aussi tellement plus saine.

Pour la première fois, j’ai des économies, alors que je solde encore des dettes. Avant je me disais que c’était impossible. Maintenant j’ai un petit matelas qui grandit peu à peu, et ne pas y toucher est une fierté. 

Maintenant, mes priorités ont changé. Et c’est très lié au fait que j’ai une famille.

Une de mes amies me disait encore une autre vérité (les gens proches qui disent la vérité ça pique, hein ?).

Elle m’a dit : « quand tu étais seule, célibataire, ou bien dans une relation qui n’allait pas, alors toute ton énergie était tournée vers la croissance de ta société, échanger avec ta communauté, et au final, ça t’occupait, tu te sentais moins seule. Maintenant que tu as une famille, ton énergie va ailleurs. »

Et c’est vrai. Depuis que j’ai des personnes qui comptent sur moi, que j’ai un enfant à charge (mon compagnon et moi sommes en charge d’un ado :), que je me projète dans le fait d’être parent de mes propres enfants, que je m’ancre dans une maison, mes ambitions ont changé totalement. 

Et je me retrouve aujourd’hui à ne plus avoir d’équipe, à faire quasiment tout moi-même, à avoir pris des prestataires qualifiés pour des tâches très précises, et j’ai baissé mes frais de moitié. 

Car c’est plus important pour moi aujourd’hui d’avoir plus de temps, plus de paix d’esprit, et plus d’espace avec ma famille, que de réfléchir à comment devenir millionaire en un an. 

C’est pas la peine en fait. Ce que je veux est devenu tellement simple qu’une part de moi est hallucinée de qui j’étais dans le passé car je vois les parts d’ombres, et de bullshit, soyons honnêtes, qu’il y avait dedans.

Aujourd’hui, je te dirais : calcule tes priorités, identifie ce qui te remplit de joie au quotidien, fais ça, comble-toi de ce que ça t’apporte d’être sur ta voie, gagne assez pour vivre sans aucun stress financier, METS DE L’ARGENT DE CÔTÉ, et tout le reste est bonus.

Ce n’est pas bling bling, ce n’est pas glamour, ce n’est pas Jet Privé et Sac Prada. 

Mais c’est vrai. Et c’est apaisant. Et ça fait du bien.

Mot du chéri : « Fini Sex and the City, maintenant on parle pour de vrai. On est précis. On parle grâce à des connaissances et sous le coup de l’expérience ».

Je crois sincèrement que ce qui a le plus transformé mon rapport à l’argent c’est le soin d’un trauma d’enfance. Vous savez que je suis un peu geek du soin des traumas, mais tout s’est transformé grâce à ça. J’ai découvert ce trauma via la sexualité, et je l’ai soigné via des techniques somatiques (= par le corps).

Mes comportements n’étaient pas forcément rationnels, car ils allaient à l’encontre de choses que je ‘savais’. 

Mais c’était impossible pour moi d’agir autrement. Pourquoi ? Parce que ce n’était pas moi, ou l’amour de moi qui gérait. C’était autre chose, c’était la peur.

La peur de ne jamais être le succès financier que j’entrevoyais pour moi, et donc d’échouer.
La peur de ne jamais entrer dans le club des filles cools qui voyagent en première classe, et d’être rejetée.
La peur d’être mal vue car j’accumule mon argent sans le redistribuer.
La peur de ne pas être aimée si je suis trop riche et que j’ai trop gardé pour moi.

Tu vois la contradiction dans tout ça ? – c’est celle qui pousse à gagner beaucoup et à tout redistribuer !

Et toute cette peur est aujourd’hui remplacée par tellement d’amour.

L’amour pour la petite fille que j’ai été, qui a vu sa maman lutter et qui s’est dit : plus jamais.
L’amour pour la jeune femme que je suis, qui au fond veut juste geeker sur les sujets qui la passionne, parler à des gens qui la kiffent et écrire des histoires, 

L’amour pour mon quotidien, et ma famille à venir. Pour mes futurs enfants qui seront tellement contents d’avoir une maman heureuse détendue, qui leur offre un foyer chaleureux, du temps, de l’énergie et de belles expériences. 

L’amour pour moi-même, et pour mon petit système nerveux un peu fragile. Qui avait juste envie d’arrêter de courir et qu’à un moment il y ait ‘assez’.


C’est plus important pour moi que tu aies une vie épanouissante que tu aimes, que le montant que tu as sur ton compte en banque. 

C’est plus important pour moi que tu sentes que tu ne sacrifies pas tes envies, ton désir, ta destinée, pour courir après une richesse qui ne t’apportera pas forcément de bonheur.

Plus d’argent ne signifie pas plus de bonheur.

C’est Jim Carrey qui le disait : « je pense que tout le monde devrait être riche et célèbre et faire tout ce dont ils ont toujours rêvé pour qu’ils réalisent que ce n’est pas la réponse ».


Ce que je te dirais aujourd’hui c’est : qu’est-ce que tu veux vraiment ? 

Et trouve le courage d’aller vers ça. 

Je pense que tu peux manifester tout ce que tu veux, sans limite. 


Mais tu dois être très, très clair-e sur ce que tu désires.

Et parfois c’est tellement plus simple que tu ne crois.

La plupart du temps, c’est un sentiment intérieur. De paix, de joie, de liberté, de satisfaction.


Génère l’argent nécessaire pour avoir une bonne vie.

Et accueille tout ce qui vient en bonus sans sacrifier l’amour que tu as pour toi-même. 

Sans amour, pour moi l’argent n’a pas de sens.

Tout ça je ne l’ai pas compris en passant par ma tête.

Je l’ai compris en passant par le corps, car mes blocages et peurs étaient trop ancrés.

Et aujourd’hui, je me sens tellement mieux par rapport à l’argent. 

Et je ne suis même pas dans la meilleure situation financière de ma vie ! 

Parce que je sais exactement pourquoi je le veux, et je sais à quoi il sert, et je sais le montant qui pour moi est mon ‘assez’, et au-delà duquel tout est un bonus qui sera apprécié comme tel.

Voilà, finalement il ne s’est pas trop mal passé cet article 🙂

Merci d’avoir lu ce long message. S’il t’inspire, n’hésite pas à le commenter.

Je suis curieuse de voir ce que cette perspective t’évoque, si elle va à l’encontre de ce que tu veux pour toi, ou si au contraire elle s’aligne à ta vision.

Lyvia 

PS : c’est mon chéri qui m’a encouragé à lancer Amour, Sexe et Argent. Il appelle ces trois thèmes ‘Le trident’. Car ce sont les thèmes qui sont tout le temps présents dans nos conversations à la maison. 

J’étais, pour être honnête, assez frileuse à parler d’argent car c’est un sujet qui m’a tellement travaillé ces derniers mois. 

Mais je sais aujourd’hui que je peux VRAIMENT être un exemple pour toi. Parce que j’ai tellement vécu de choses, le bon, comme le moins bon, que j’ai une perspective rare qu’on ne voit pas souvent. #autofiff.

Je vais conclure par un dernier échange avec mon chéri, sur le trident 🙂 : 

Moi : « Je m’aime plus par rapport à l’argent aujourd’hui. Ma relation n’est plus liée à un trauma, mais à un plus profond amour de moi. »

Et à ça il répond : « voilà, faire de l’argent oui, mais notre manière de vivre l’argent, l’amour compte aussi. Quand on parle d’investissement, il y a le monétaire, mais il faut investir dans l’amour de soi-même et des autres, et le sexe représente le bien-être. Le sexe c’est aussi une passerelle inconsciente afin de voir à quel point on s’aime vraiment. »

Pour rejoindre Amour, Sexe et Argent et être imprégné-e d’une façon + saine de voir l’argent en lien avec l’amour de toi, en passant par le corps, clique ici.

(J’ai vraiment envie d’avoir 150 personnes, va-t-on y arriver ?)

(Depuis quelques temps je n’ai plus d’objectifs en argent mais en inscrits. C’est beaucoup + marrant car pour moi l’impact des vies touchées est plus tangible).

vague-tiret

Continue ta lecture

Commentaires

10 commentaires

  1. Maïna sur 27 août 2021 à 3:05

    Bonjour Lyvia,
    Ta vision de la relation à l’argent est rafraichissante et me pousse à me repositionner car elle me permet d’affiner ma propre vision.
    Tu as touché du doigt l’essentiel, à savoir :
    – qu’est-ce que je veux au plus profond de mon être ?
    – quelle relation je souhaite avoir avec l’argent et donc avec moi-même ?
    – de quoi ai-je vraiment besoin financièrement pour être à l’aise et faire du reste un bonus ?
    C’est peut-être parce que j’ai omis de répondre à toutes ces questions que la peur de manquer d’argent me tenaille.
    Charge à moi d’y répondre en toute authenticité.
    Merci de partager ton expérience avec ta communauté.

  2. Maïna sur 27 août 2021 à 3:01

    Bonjour Lyvia,
    Ta vision de la relation à l’argent est rafraichissante et me pousse à me repositionner car elle me permet d’affiner ma propre vision.
    Tu as touché du doigt l’essentiel, à savoir :
    – qu’est-ce que je veux au plus profond de mon être ?
    – quelle relation je souhaite avoir avec l’argent et donc avec moi-même ?
    – de quoi ai-je vraiment besoin financièrement pour être à l’aise et faire du reste un bonus ?
    C’est peut-être parce que j’ai omis de répondre à toutes ces questions que la peur de manquer d’argent me tenaille.
    Merci de partager ton expérience avec ta communauté.

  3. LUCIE sur 25 août 2021 à 2:12

    Bonjour Inspirante Lyvia, ton partage est arrivé pile au moment où moi aussi je m’interroge sur ma valeur « argent » . Je te suis reconnaissante de ton courage à t’exprimer, te remettre en question et de m’ ouvrir la conscience sur le fait que c’est ma famille qui me « nourrit » et pas l’argent. Merci,
    Lucie

  4. Yo sur 25 août 2021 à 2:02

    Hello Lyvia,
    Je suis contente de lire ton texte ce matin.
    Je me suis abonnée à ta newsletter après avoir découvert ce que tu faisais peu de temps avant ton départ d’Instagram.
    T’es mots étaient juste et d’un grand réconfort, je vivais une fin de cycle difficile. J’ai cherché tout ce que pouvais sur toi, j’ai écouté ton podcast (je ne sais plus lequel) en boucle, et j’ai acheté un de tes programmes.
    Il y a quelques temps, après le podcast noire et riche, un profond sentiment de malaise m’envahissait à chaque fois que je recevais ta newsletter et les infos pour tes nouveaux programmes. Argent argent argent … J’avais le sentiment qu’il n’y avait plus que ça qui comptait pour toi et que tu nous voyais juste comme des billets de banque … La mission que tu disais avoir n’était pas .. J’ai été particulièrement choquée quand une fois tu avais parlé du fait de payer un programme en plusieurs fois ; j’ai cliqué pour voir les conditions et là un grand n’importe quoi genre « ok vous pouvez payer en plusieurs fois mais franchement vous êtes obligé ?? Parce que rien n’est gratuit dans la vie » j’ai halluciné.. Il y avait zéro bienveillance, zéro empathie.
    J’ai commencé à me désabonner directe à chaque fois que je recevais un message pour tes programmes !
    Je survolais les newsletter, parfois je supprimais direct.
    Et puis ce matin le titre m’a interpellé et j’ai bien fait de lire…
    Merci d’être revenue sur terre, sans vouloir te blesser
    Merci d’avoir été dans ma vie au moment où j’en ai eu besoin.
    Que ta journée soit belle et lumineuse

    • Lyvia Cairo sur 25 août 2021 à 2:17

      Bonjour Yo et merci d’avoir partagé ton ressenti. Je suis très navrée que tu aies eu cette impression en lisant sur les paiements en plusieurs fois, ce n’était pas du tout mon intention, bien au contraire. Depuis le podcast noires et riches – qui n’est pas si lointain, j’ai tellement de choses qui ont changé dans ma perception car ce travail dans le corps s’est beaucoup accéléré. En tout cas je te remercie d’être encore là, et d’encore lire 🙂 À bientôt !

    • Carine sur 25 août 2021 à 6:50

      Je partage un peu l’avis et le ressenti de YO.
      Et là, j’ai envie de dire BRAVO ! Bravo Lyvia, ce texte fait preuve d’une grande maturité. Et s’aligne enfin avec ce que je pense de la vie.
      L’amour, la joie, le bonheur d’être en famille (rires, danser…) valent 10 fois plus qu’être riche pour être riche.
      Encore une fois, félicitations.

  5. Claire sur 25 août 2021 à 12:21

    Merci infiniment pour votre partage à tout les deux. Ça me parle beaucoup alors que je m’aperçois que j’ai pu nourrir des rêves beaucoup trop influencés par l’extérieur et l’énergie du manque justement. Alors que je me recentre, cet article tombe à pic. Merci encore !

  6. Lucie sur 25 août 2021 à 9:42

    c’est très inspirant. Je me suis perdue dans cette course à l’argent sans m’en rendre compte.

    Lyvia, j’adorerais t’interviewer.

  7. Libertad sur 25 août 2021 à 9:31

    Merci. C’est la première fois que je réponds à une newsletter car cette fois ça m’a bcp touché.
    Je me suis sentie calme après la lecture, en paix avec moi.
    L’argent n’est pas l’objectif, seulement un résultat. Le lâcher prise sur cette question nous permet de nous focaliser sur ce qui essentiel pour nous, sentir l’amour pleinement, par nous même, par les autres. Revoir nos priorités dans la vie, enjoy life.
    Peut-être le seul point qui me fait encore réfléchir est la notion d’assez. Falling in love with where you are (titre d’un livre btw) devrait être suffisant car si c’est vraiment le cas il ne faudrait pas définir ni un maximum ni un minimum, et tout c qui arrive est le bienvenu. En fin j’en sais rien . Je fais des théories et pour le moment je ne vie pas tout ça dans mon corps.
    En tout cas, merci infiniment pour faire bouger les choses.

  8. Ludivine sur 25 août 2021 à 8:39

    Bonjour Lyvia,
    Je rejoins ta vision des choses. Il me faut réfléchir à ce que nous voulons vraiment. Je me suis mise tellement de barrières concernant l’argent que je ne me projette plus à long terme. Je me dis que c’est impossible pour moi d’avoir une situation financière stable. Je suis résignée. J’espère que la formation Amour, sexe et argent me permettra d’avancer.
    Et c’est vrai, c’est l’amour qui compte vraiment. Pour le vivre pleinement, il ne faut pas avoir l’esprit tracassé par des problèmes d’argent. Cela nous empêche de vivre et d’aimer librement. La sécurité financière est donc un moyen de se concentrer sur ce qui est l’essence de la la vie : l’Amour de soi et des autres.

Laissez un commentaire





Es-tu prêt-e à vraiment profiter de la vie ?

Reçois plusieurs fois par semaine un message pour t'inspirer, te motiver, et t'ouvrir à de nouvelles réflexions. Amour, sexualité, relations, argent, spiritualité : abordons tous les sujets, du moment qu'il s'agit de te sentir bien !

Renseigne ton nom et ton adresse et prépare toi à vivre une vie où tu ne tolères que le meilleur !

Je suis Lyvia Cairo

Écrivain, coach en relations et en sexualité, spécialisée en soin des traumas.
Et je suis là pour t'aider à te sentir beaucoup mieux dans ta vie.