Comment tenir ses engagements, envers soi et les autres

Je suis quelqu’un de très engagée. 
En général, quand je m’engage, c’est avec l’intention d’aller au bout.
Et pourtant, il y a des engagements que j’ai du mal à tenir, malgré toute ma bonne volonté. Ou des engagements que je tiens en me forçant. Et qui du coup m’épuisent.

Quand j’ai lancé mon activité, j’avais l’impression de ne pas être ‘fiable’.

Je lance une idée, un projet, et tout va bien au début…. mais passé le milieu, ah ça rame, mon énergie a du mal à tenir. 

En général j’ai besoin d’une pause plus ou moins longue, pour repartir.

Avant, je n’avais jamais l’impression de ne pas être fiable. Parce que… ben je me forçais. Je serrais les dents, j’y allais, je délivrais ce que je devais délivrer, même si ma santé y passait.

Pour protéger mon corps, mon attitude est devenue la suivante : 

Je fais toujours ce que j’ai promis de faire.
C’est simplement que, comme mon énergie fluctue, je ne peux pas l’attacher à une notion de temps. 
Donc j’arrive toujours au bout, je tiens toujours mes promesses. 
Mais le timing lui, fluctue.

J’étais ok avec ça, et mes clients globalement ne m’en ont pas voulu pour ça. 

Pour eux c’est un peu les règles du jeu avec moi : Lyvia et le temps des humains, c’est pas trop ça.

Ils sont très patients dans ma création. Il y’a un programme que je devais faire en un mois et pour lequel j’ai pris un an !

Je suis heureuse du contenu créé qui clairement est totalement différent de ce qui était prévu.  Et vraiment riche et surprenant pour le coup !

Et ça apprend aussi à mes clients à aller à leur rythme, et à ne pas se mettre en danger physique pour être ‘à l’heure’.

Certains, bien sûr, n’aimaient pas trop ce rythme sur lequel ils ne pouvaient pas compter.

Mais j’avais beau me casser la tête, je ne voyais pas comment faire autrement, et délivrer tout ce qui était prévu… plus rapidement. Car me forcer c’était mettre mon corps en danger et ça je ne pouvais pas le tolérer.

Ce matin j’ai écrit sur ça. 

J’aime que j’ai choisi de m’aimer assez pour ne pas forcer mon corps dans un rythme qui ne me convient pas.

Cependant – plus je travaille sur la résolution des traumas, plus je réalise que le cadre ‘temps’ est important. Être à l’heure, poser un cadre temporel, dire que les choses vont arriver à telle date pour que les personnes soient prêtes – c’est très apaisant pour le système nerveux de nos clients.

Être dans un programme ou une formation oú on t’invite à lâcher prise sur le temps, c’est chouette et innovant… mais c’est aussi déroutant.

Du coup quelle est la solution ?

Alors c’est assez marrant. 

Je ne me suis jamais dit que si j’avais du mal à tenir sur la durée… c’était peut-être parce que la durée était trop longue 😅

J’avais un peu cet idéal en tête en créant des offres : 6 semaines, 4 mois, 30 jours. Et en me disant : oh mais c’est tranquille, ce rythme je pourrai le tenir. 

Jusqu’à ce que je ne puisse pas. Jusqu’à ce que mon corps ou mon esprit aient besoin de repos ou de se consacrer à autre chose.

Et en fait – je promets trop. Je promettais trop. 

Je me disais : pour que mes clients soient satisfaits, il leur en faut beaucoup, il leur faut une énorme quantité.

Alors je promettais ça. Et je mettais un cadre temporel en les prévenant que ça pouvait bouger. Et ça c’était pour moi mon intégrité, car je disais la vérité.

Mais ça ne me convient plus.

Quand j’imagine servir encore plus de personnes, sur des sujets potentiellement déclencheurs, je veux que l’excellence de mon service passe par pouvoir promettre une date de délivrance et m’y tenir. 
Sans que ça me coute ma santé.

Et en fait : scoop –

Pour tenir ses engagements, il faut choisir des engagements qu’on peut tenir !

Sinon, on se met en risque de NOUS mettre en danger en tant que personnes qui faisons des promesses.

Dans la résolution de traumas, c’est en lien avec les limites :

  • je m’engage beaucoup trop, et je veux tenir ces engagements à tout prix, alors je me force et je me mets en burn-out.

Ou 

  • je m’engage beaucoup trop, et je vois que c’est trop, alors je me recule un peu de mon engagement et je prends mon temps (cool, pas de burn-out) mais alors je laisse mes clients un peu dans le flou par rapport au cadre posé. Je les avais prévenus qu’ils seraient dans le flou, donc quelque part, je n’ai pas menti. 
  • MAIS si ça clashe avec mes valeurs et le genre de services que je veux offrir – ce qui émerge n’est pas le burn-out, mais une fatigue mentale plus sournoise : la culpabilité, la honte et la peur de décevoir, parce qu’on a n’a pas « réussi ».

On est d’accord que ni burn-out, ni culpabilité ne sont bons pour le moral, n’est-ce pas ? 

Dans les deux cas, notre système nerveux n’est ni régulé, ni en paix. 

Alors que faire ?

Je le répète : 

Pour tenir ses engagements, il faut choisir des engagements qu’on peut tenir !

On peut paraître comme ‘pas fiable’ quand on s’engage trop, et qu’on se retire pour se protéger – au risque de déplaire. 

Ou bien on se pousse à tout finir, tout faire, en respectant toutes les deadlines parfaitement, au risque de finir en burn-out.

Du coup : la quantité juste dans notre engagement est importante. 

Et parfois on apprend quelle est cette quantité juste…avec le temps et l’expérience. 

Il y’a de nombreux engagements que je n’ai pas tenus en rapport au temps – aussi bienveillantes que soient les gens en face. Et je ne veux plus être cette personne.

Et pour ne plus être cette personne, je vais devoir être très honnête sur la FAISABILITÉ des choses pour moi. Et arrêter de me dire que plus c’est gros mieux c’est.

Car en plus dans le cadre de mes clients, c’est même pas vrai !

Ils n’attendent pas de choses énormes et exhaustives de moi. 

Ils attendent juste des solutions qui répondent à leurs questions. 

Et l’un de mes programmes qui a le mieux marché l’année dernière (Sex Magic) m’a mis quelques heures à créer, et contient des pratiques que mes clients peuvent répéter pendant des années.

Quelle est la conclusion de ce long monologue ? – qui je te l’avoue, sert autant à formuler ma pensée qu’à te partager ceci  :

  • je vais faire plus petit.

Cette année j’ai envie de créer beaucoup, et ce sera certainement des choses plus petites. 

Je n’ai pas envie de me lancer dans des gros projets. Je veux finir ceux que j’ai commencé, et garder l’énergie ’gros projet’ pour mes bouquins (Dieu sait que j’en ai besoin !).

Et je vais me concentrer sur l’honnêteté de moi à moi : est-ce que c’est vraiment faisable pour moi de faire ça ? ou alternativement – est-ce qu’il y a une façon faisable, écologique pour moi de faire ça ?

Mettre l’ego de côté, mettre le fantasme et l’idéalisme de côté et me dire : soyons honnête meuf – pourras-tu tenir ce rythme tout en prenant magnifiquement bien soin de toi ? 

Si oui, fais-le. Sinon, réduis. 

Ça va aller, tout va bien se passer.

(Bon on est d’accord que je pose l’intention, je vais faire au mieux pour la tenir. Mais si vous me voyez vous proposer un truc énorme sur la durée avec quelque chose de pas encore créé, autorisation à lever les yeux au ciel 😅 Et sachez que j’irai au bout hein ! Mais on sait tous que ça va me prendre 3 fois + de temps que prévu !  —-  sauf si c’est un programme en live, je suis toujours là pour les lives !)

Mon chéri m’avait fait la remarque il y’a plusieurs mois quand ‘30 jours pour plus d’argent’ clairement allait durer plus de 30 jours (ça fait trois mois et on n’a pas fini 😅 mais il ne reste plus beaucoup !).

Il m’a dit : Lyvia – tes programmes sont trop gros, à l’avenir fais 2 semaines max. 

Je l’ai entendu et...je ne l’ai pas écouté. Parce que : ego. 

Et finalement je me dis qu’il a raison. 

30 jours pour + d’argent est super. J’ai dit tellement dedans. Mais ce qui devait être des partages légers sur 30 jours est devenu un programme mastodonte géant avec au moins 30 ou 40 heures de contenu, qui va prendre des semaines à mes clients à digérer.

​Mais je digresse.
Enfin, pas vraiment, comme c’est un exemple.
Poursuivons.​​

—-

Parfois on se met soi-même dans des situations de stress et de pression qui ne sont pas nécessaires, car on a des attentes énormes envers soi-même. 

Baisse ces attentes, ce que tu produis n’en sera pas moins excellent.

Et choisis les valeurs que tu veux mettre en avant.

Le besoin de perfectionnisme et d’exhaustivité, je les mets de côté. 
Pas besoin de faire parfait et hyper complet. 

À la place, je choisis la douceur pour moi, et un cadre plus stable pour mes clients. 
Et ça passe par le fait de choisir la juste quantité, et l’angle pertinent. 

Il y’aura toujours parfaitement ce qu’il faut.

—–

Comment c’est pour toi les engagements ? Tu arrives à t’engager au niveau juste ? Ou tu t’engage trop et tu te forces ? Ou bien tu t’engages trop et cela te demande de te retirer un peu ? Ou tu ne t’engages pas assez et tu as du mal à lancer tes projets ?

Tout est ok. 

Qu’est-ce que cet article t’apprend sur la juste quantité pour toi ?

Dis-moi en commentaire !

Je t’embrasse,

Lyvia

vague-tiret

Continue ta lecture

Commentaires

9 commentaires

  1. Anna sur 16 janvier 2022 à 10:12

    Très intéressant de lire tes réflexions sur le sujet.
    Pour ma part, je n’avais pas d’attente précise en me joignant à ton programme « 30 jours », c’était beaucoup de la curiosité, car je ne connaissais pas du tout le coaching, mais que j’avais déjà vu des vidéos de toi ou lu une page de vente de toi et que j’aimais bien ton honnêteté.

    J’ai été bluffée par la qualité. Personne ne donne autant pour 22€. Même la moitié, ça les valait, et même le quart.
    La distorsion du temps, moi j’ai ADORE. Parce que j’aime beaucoup le contenu, et que même en étant pas du tout en phase avec ton rythme (je suis au jour 15 je crois), ben continuer d’être dans ton énergie à travers les lives, j’ai trouvé ça super. J’ai même pas envie que ça s’arrête hahaha !
    Mais c’est vrai que ça ne peut pas convenir à tout le monde. Je suis quelqu’un de « pas fiable » sur le temps, je suis beaucoup dans l’instant présent et c’est difficile pour moi d’anticiper beaucoup, d’être à l’heure, d’écourter quelque chose de super juste parce que je me suis engagée l’heure d’après, etc… mes ami.e.s supportent, et m’envoient des sms de rappel car j’oublie beaucoup les réunions/dates/horaires, parce que ce sont des gens adorables qui m’acceptent comme ça.

    L’engagement et le temps pour délivrer le travail promis, c’est la difficulté de beaucoup d’indépendants, et en priorité les artisans. C’est très difficile à gérer, il n’y a qu’à voir les chantiers du bâtiment qui ont toujours du retard à la livraison. Donc, tu n’es pas la seule, je ne suis pas la seule, on est bien plus nombreux même que celles et ceux qui arrivent à tout faire en temps et en heure.

    Je suivrai ta nouvelle expérience avec intérêt.

    De mon côté, dans mon travail, j’ai eu des ratés… et j’en tire des conclusions, je fais attention à ne pas reproduire les mêmes erreurs. Comme toi, je réduis la quantité pour pouvoir tenir sur la durée prévue, car sinon ça s’étire, ça s’étire, et juste le fait de ne pas voir le bout, ça m’épuise la tête. Je change aussi le contenu proposé, pour être au plus près de ce que je vais aimer faire sans effort, de cette manière je sais que je serai beaucoup plus fiable.

  2. VASSEAUX Tiny sur 15 janvier 2022 à 10:17

    Bonjour Lyvia,
    Tout d’abord pour moi ce n’est pas un soucis que le programme 30 jours pour plus d’argent dure plus que 30 jours. Pour ma part, ça me permet de prendre le temps d’aller à mon rythme, ce programme est tellement puissant, de plus durant les live j’aime tellement t’entendre nous partager tes expériences qui perso m’aide à y voir plus clair

    Sinon par rapport aux engagements, compliqués pour moi de m’engager d’une manière clair et simple, j’en fais toujours trop et cela me rattrape sur le temps. Ça me créer des blocages pour lancer les programmes. Et je sais que c’est dû à mon statut de perfectionnisme que je travaille…

    • Lyvia Cairo sur 16 janvier 2022 à 12:47

      Merci pour ton retour Tiny. Je suis ravie que tu ressentes que tu peux aller à ton rythme, c’est tellement important. Et avec plaisir pour les lives, j’adore les faire ! Sur le perfectionnisme, une chose que j’ai remarqué c’est que le perfectionnisme pour nous n’est pas le perfectionnisme de la personne en face. Si tu fais des programmes : de quoi a vraiment besoin ton ou ta client-e ? En te concentrant sur ça, tu pourras peut-être lui donner juste ce qu’il faut… 🙂

  3. Jahlyssa sur 14 janvier 2022 à 10:00

    C’ est une vision du monde. Votre vision du monde. Personnellement, un engagement c ‘ est un engagement sauf cas de force majeur.J ‘ avoue que ce programme de 30 jours m’ a beaucoup perturbé car aucune notion de temps,de visibilité claire.

    Alors oui chacun fonctionne à sa manière, mais lorsqu un coach dit 30 jours , il faut expliciter si cela dure 3 mois car on peut le prendre comme un manque de respect. Car le coach raconte tous ces déboires et nous sommes obligées de subir , d’ attendre…personnellement je trouve cela irrespectueux même si je sais que ce n est pas du tout le but du coach. Surtout si entre temps, plusieurs autres programmes sont lancés et que toi tu attends que ton programme finisse depuis…
    Tout le monde n a pas ce temps…
    Je n ai pas de jugement à faire sur cette perception mais sur l engagement d un coach…oui…surtout si il s’ occupe de 2000 personnes..nous ne sommes pas des enfants!
    Après il faut de tout pour tout le monde et je sais que cette manière de faire ne me correspond pas du tout…c est donc personnel mais il faut vraiment prévenir sur ce mode de fonctionnement….je fais également partie de la team Ananas impérial de Mavic-bright et effectivement cela correspond tout à fait à mon état d’ esprit : structure, carré, communication, op malgré les épreuves ..toujours là etc
    C ‘ est mon ressenti en toute bienveillance.

    • Lyvia Cairo sur 14 janvier 2022 à 10:36

      Bonjour ! Merci pour ton retour, je me rappelle que tu m’avais écrit à ce sujet. J’avais précisé au lancement que ce ne seraient pas 30 jours consécutifs (je précise toujours car je sais que si mon engagement est sur le résultat, il n’est pas sur la durée). Cependant comme je le disais dans l’article, j’entends que ça peut être déroutant et que ça correspond à certaines personnes et pas d’autres. Si je fais un programme long, il est à peu près sûr que le rythme sera fluctuant, et ça je l’accepte. C’est pourquoi je pense créer + de programmes courts, auquel cas la création est plus facile à gérer, et je peux plus facilement m’engager sur des dates.

      Aussi tu dis que : ‘entre temps plusieurs programmes sont lancés et que tu attends que le tien finisse’ – je n’ai créé aucun nouveau programme depuis ’30 jours’. J’ai fait des offres sur des programmes existants.

      En te lisant une chose se clarifie pour moi :
      – si quelqu’un veut travailler sur un ‘gros’ programme avec moi (30 jours pour plus d’argent est un programme énorme au final, qui n’aurait pas été digeste pour les clients en un mois), alors il y a la condition que le rythme sera celui de ma création et qu’il ne sera pas ‘fixe’. C’est ce qui me permet aussi de partager autant.
      – mais si quelqu’un souhaite avoir quelque chose à des dates précises, alors ce sera sur un cadre temporel plus court, et souvent un programme créé à l’avance, ou délivré en direct.

      On est tous différents, et au final l’engagement dépend de ce avec quoi on se met d’accord au départ, et ça peut convenir à certaines personnes, et pas à d’autres.

      Aussi, je ne crois pas qu’on puisse comparer un-e coach à un-e autre, car chaque personne par sa façon de fonctionner apporte des apprentissages différents à ses clients. Comme je le disais, je suis très heureuse de transmettre à mes lecteurs et clients le fait de s’écouter. Je ne suis pas quelqu’un qui garantirais être là malgré les épreuves que je traverse. Et c’est ok. Car je transmets quelque chose de différent. Ça veut dire que je ne suis pas la coach pour tout le monde, et heureusement du coup qu’il y a de la diversité 🙂

  4. Karine sur 14 janvier 2022 à 9:44

    Bonjour Lyvia,

    Merci pour ce partage. Je vais parler en tant que cliente de tes programmes : Pour ma part, pas de souci avec cette disgression temporelle car tu préviens. Pour « 30 jours pour plus d’argent », tu as bien dit qu’il y aurait 30 jours… mais pas forcément consécutifs. Je trouve que le fait que tu te donnes cette liberté de rythme nous donne également la liberté d’avancer aux nôtres. Donc voilà, acceptons de ne pas tous avoir la même énergie.

    • Lyvia Cairo sur 14 janvier 2022 à 9:53

      Merci <3 Oui j’ai appris avec le temps à vraiment le dire – ainsi tout le monde est au courant que le cadre est un peu mouvant avec moi. Et en effet ça apprend que tous les rythmes sont ok, même moi j’honore vraiment le mien. Maintenant je suis curieuse de voir si je peux jouer sur une ‘taille’ plus juste, où je peux pressentir un peu le cadre. Ce sera une expérimentation, on verra 🙂 Merci pour ton retour, je suis heureuse que ce rythme te convienne !

  5. Marylou sur 14 janvier 2022 à 9:40

    Merci Lyvia pour ce partage très parlant pour moi, je vois que j’ai du mal à prévoir le timing dans tout ce que je fais, soit trop long, soit trop court souvent trop court ^^
    Ça m’apprend à plus observer et noter mes expériences afin de m’en servir, apprendre sur mon fonctionnement et éviter de répéter des « erreurs ».
    Et que c’est ok de baisser mes attentes, que mieux vaut petit projet que gros projet qui épuise..

    Je me suis beaucoup engagée, puis eu du mal à tenir mes engagements, puis ne me suis plus engagée du coup… J’apprends doucement à m’engager doucement et à aller au bout, même si le projet est « légèrement modifié » ^^

    Bref Merci à toi !

    • Lyvia Cairo sur 14 janvier 2022 à 9:55

      Merci pour ton partage Marylou. Oui le fait qu’on s’engage beaucoup et que ça fasse trop, fait qu’au final on peut un peu avoir peur de s’engager tout court. Tester, y aller à son rythme, et ajuster, je pense que c’est un bon plan !

Laissez un commentaire





Es-tu prêt-e à vraiment profiter de la vie ?

Reçois plusieurs fois par semaine un message pour t'inspirer, te motiver, et t'ouvrir à de nouvelles réflexions. Amour, sexualité, relations, argent, spiritualité : abordons tous les sujets, du moment qu'il s'agit de te sentir bien !

Renseigne ton nom et ton adresse et prépare toi à vivre une vie où tu ne tolères que le meilleur !

Je suis Lyvia Cairo

Écrivain, coach en relations et en sexualité, spécialisée en soin des traumas.
Et je suis là pour t'aider à te sentir beaucoup mieux dans ta vie.