Attendre et planifier: Quelle est la différence?

Attendre et planifier | Je me casse

Le jour où j’ai lancé jemecasse.fr, j’en avais marre. Marre de me plaindre, de ne pas faire ce que je voulais faire, de ne pas savoir ce que je voulais faire et marre de voir les jours défiler sans que rien ne change. J’ai arrêté d’attendre, je me suis créé un plan, et j’ai agit.

La première fois que je me suis interrogée sur la vie que je souhaitais mener, c’était en Février 2012, juste avant d’obtenir ma première promotion. Je me suis demandée ce que je ferais si je ne l’obtenais pas. Je me voyais mal rester dans une boite qui ne reconnaîtrait pas ma valeur. J’ai commencé à réfléchir à ce que je voulais vraiment faire.

Malgré la promotion, le doute m’est resté. Les choses auraient été plus faciles si je détestais foncièrement mon job, mais ce n’était pas le cas. J’ai eu mes mauvais jours, et d’autres excellents. J’ai eu la chance de rencontrer des gens que je n’aurais jamais approché en temps normal. Mes collègues ont toujours été ouverts et chaleureux, prêts à aider dans les moments difficiles.

La réponse à la question « Est-ce bien ce que je dois faire de ma vie ? » n’était pas un simple oui ou non.

De Février à Novembre 2012, j’ai attendu de voir comment les choses se développeraient. En Novembre, à l’approche de la fin d’année, dans la période de blues mêlée d’excitation qu’on vit tous à cette période, j’ai commencé à explorer. J’étais intéressée par différents secteurs : le développement durable, le marketing, les entreprises socialement responsable.

Entre temps, j’ai commencé une relation à distance, Paris-Londres. J’ai eu très vite envie de revenir à Paris. Mais le même problème me trottait en tête. Que faire ? Continuer comme avant ? Ou en profiter pour changer de voie ?

J’ai cherché à me faire transférer, mais les opportunités ne m’ont pas inspirées. J’ai cherché du boulot aussi, mais aucune offre d’emploi n’accrochait. Je me sentais coincée entre l’envie de quitter Londres et celle de faire une activité qui me comblerait.

Mais pendant tout ce temps, j’attendais seulement. J’attendais une révélation, une opportunité, un signe. J’attendais de tomber sur l’offre d’emploi parfaite. J’attendais en lisant des dizaines d’articles sur comment créer la vie que l’on souhaite. Le temps filait, rien ne changeait. J’étais frustrée, confuse. Et je me plaignais.

Jusqu’au jour où j’ai dit stop. On arrête de se plaindre. On arrête de chercher les raisons pourquoi ou pourquoi ne pas faire quoi que ce soit.

On arrête de se chercher une mission philosophique en regardant par la fenêtre les yeux dans le vague.

Aujourd’hui, on se bouge le c**, et on fait quelque chose, peu importe quoi !

Et jemecasse.fr m’est venu. Comme ça. Le titre, le concept, tout. Et ça faisait sens, pour deux raisons :
Je me suis dit que si je parlais ouvertement à des inconnus de me casser, j’aurais du mal à me défiler sans avoir l’impression d’être une vraie poule mouillée. Ensuite j’ai toujours aimé écrire, et l’écriture est pour moi un moyen apaisant d’organiser mes pensées ô combien confuses.

Je commence à écrire. Le lendemain je vais en soirée chez des amis et les pauvres entendent parler de mon concept en long en large et en travers. 

Pas le choix, je devais le faire. Et je l’ai fait.

Des amis m’ont aidé à monter le site, créer un logo, le rendre plus attractif. J’ai reçu du feedback honnête et sincère sur le blog et son contenu. Je suis passée de quelqu’un de passif qui cherchait une réponse que personne ne pouvait lui donner à quelqu’un d’actif qui créait sa propre réponse.

Vous vous demandez où est la planification dans tout ça? J’y viens.

Pour moi planifier ce n’est pas créer une belle frise avec des étapes à passer et des choses à produire pour arriver jusqu’à la fin.

Pour moi, planifier c’est avoir un but ou une aspiration aussi vague soit elle (je veux faire le tour du monde) et d’accomplir de simples actions pour se rapprocher de sa réalisation (je mets 1 euro par jour dans un bocal, je m’abonne à des blogs de voyage…). Mon plan c’était: Ecrire un blog pour aider les autres, et moi-même au passage, et voir où ça me mène.

Le plan n’a pas à être définitif, il peut changer.

 

Ceci est un signe | Je me casse

 

Attendre c’est rester assis, en espérant un signe, que quelque chose se passe, ou que quelqu’un vous dise ce que vous avez envie d’entendre.

Planifier c’est agir et se créer un petit, voire plusieurs petits projets qui vous rapprocheront du but, ou du moins vous éloigneront de ce qui ne vous satisfait pas dans votre vie actuelle, sans stresser quant au résultat final. Si l’action elle même vous apporte de la satisfaction, c’est déjà bon.

Vous avez le contrôle.

Vous pouvez aujourd’hui (là, maintenant, tout de suite!) faire quelque chose qui vous rendra plus heureux et vous fera avancer.

Ne vous posez pas de question: Faites-le.

Votre mission: Racontez-nous dans les commentaires l’action que vous allez faire aujourd’hui

 

J’ai écrit cet article en août 2013 – WOW ! Et suite à toute cette expérience, j’ai créé un programme exprès pour celles et ceux qui en ont marre d’attendre ! C’est celui que j’aurais aimé avoir pour me bouger, le signe, la solution que j’attendais pour enfin rentrer dans l’action. C’est dingue de voir la boucle se reboucler !

 

Crédit photo: Spencer Finnley via photopin cc

F
[social_warfare]

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.