Une vie sans lundi #4: Stress, angoisse, panique: breathe…

Keep Calm - Nobody else

C’est mon deuxième lundi à Paris. Tout se passe su-per bien. Je bosse dans des petits cafés, j’ai plein de temps pour écrire et faire toutes ces choses que j’ai toujours voulu faire. Tout va comme sur des roulettes, il n’y a au-cun problème.

 

Non! J’ai menti! Rien ne va plus!

La semaine où je suis arrivée à Paris, tout allait bien. Je m’étais donnée deux, trois jours pour prendre mes marques, et profiter de ma liberté retrouvée. J’ai recommencé à aimer Paris, il faisait beau. Le rêve quoi.

Et le fameux lundi est arrivé! Le lundi, on commence sa petite routine. On se lève (souvent trop tôt), on part au boulot, on lit un peu dans le métro. On fait ce que les grandes personnes font pendant la journée, puis on rentre à la maison, on dîne devant le 20 heures, et on remet ça le lendemain, Une vie rangée, confortable, et minutée.

Sauf que, vous l’aurez deviné, je n’ai plus de lundi!

 

Dimanche soir, je n’ai pas dormi de la nuit. J’avais chaud, j’avais froid, et mon cerveau faisait ça:

« J’ai chaud. J’ai rien posté sur le blog depuis, genre, une semaine. Le blog va mou-rir! Mince, je vais faire comment pour gagner des sous. Non mais attends, y a Noel qui approche, je vais jamais pouvoir acheter de cadeaux. Mon mec va me quitter, j’en suis sûre. Déjà que je squatte chez lui, bientôt je ne pourrai même plus participer aux courses. J’ai froid. Je vais faire quoi moi demain? J’apporte quoi à la société? Et si j’ai plus rien à écrire. Si j’ai rien à raconter, tout ça n’a aucun sens. Et mon livre? Nanowrimo c’est dans deux semaines. Mon idée de bouquin tiendra jamais la route. A quoi booooon?! »

Vous voyez l’idée.

 

Lundi matin je me suis réveillée avec tous mes repères en moins, carrément hors de ma zone de confort. Et ça faisait bizarre. Mais j’avais un plan. J’avais un ou deux articles à poster, dont le précédent « Une vie sans lundi #3 » où je vous rappelle qu’il ne faut pas stresser, et qu’il faut croire en ses capacités! (Heureusement, je l’avais écrit quelques jours avant!)

Mon Sac Rouge

Et je suis sortie de la maison à 14h, comme prévu, à la recherche d’un petit café où bosser. J’ai mis Chromebook, carnet numéro 1, carnet numéro 2 et tout le reste dans mon sac rouge très joli mais pas pratique du tout, et à moi les rues du 11ème.

 

Sauf que, bizarrement, dans cette ville, il n’y a pas tant de cafés avec Wifi que ça. J’ai marché 20 minutes, j’ai fait plusieurs rues. Même pas un Starbucks à l’horizon (mon dernier ressort).

Je sors mon iPhone, et je cherche le café avec wifi le plus proche. Bon, ils disent qu’il faut prendre le métro. Je doute que ce soit juste, mais qui suis-je pour me disputer avec Google Maps? Je débarque à l’endroit. Le café est fermé. Il commence à pleuvoir. J’ai pas de parapluie.

Vous parlez d’un lundi.

 

Finalement, je suis rentrée chez moi, où le thé coule à flots et où il fait bien chaud. Et je me suis dit, je hais les lundi! Puis j’ai choisi de ne pas écrire sur ma panique, mais d’écrire positif, et de poster mon article comme prévu, qui m’a lui-même motivé.

Et là ça allait mieux. Et puis j’ai commencé à bosser sur mon roman, et ça allait encore mieux. Et puis je me suis dit, la vie est belle quand même.

 

Ok, je raconte ma vie, mais tout ça pour vous dire que:

C’est normal de paniquer, et de parfois se dire que faire ce que l’on veut, c’est trop dur. Ça veut surement dire que ce qu’on fait en vaut la peine

C’est normal de se dire qu’on ne sera pas à la hauteur, que tout ça est vain, et qu’on va tous crever de toutes façons. Sauf qu’aujourd’hui, vous êtes là, bien vivants, en bonne santé j’espère, et avec des gens qui vous soutiennent autour de vous (vous m’avez moi, déjà – je vous envoie plein de bonnes vibes – shooossh)

Ce n’est pas grave si vous n’avez pas tout de suite toutes les cartes en main. Personne ne les a!

– Une solution à toute panique est de se focaliser sur le présent. Mon prof de yoga disait:

Le passé n’est plus là, le futur n’existe pas, tout ce que vous avez, c’est ce moment.

Et vous voulez en profiter.

Si vous lisez ce blog, vous avez un plan. Vous voulez faire quelque chose d’extraordinaire. Vous êtes courageux, et déterminé. Et si vous avez besoin de quelqu’un qui vous dise que vous allez y arriver, je suis là:

 

VOUS ALLEZ Y ARRIVER

 

Je compte sur vous pour m’accompagner dans les petits moments de stress, et je promets de ne pas être bien loin – d’ailleurs, je suis à seulement quelques clics –

Lyv [a] jemecasse [point] fr

Allez, on ne panique plus, on respire un bon coup, et on s’y met!

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à l’aimer et à le partager avec vos amis! Eux aussi ont besoin d’entendre qu’ils vont y arriver!
Une vie sans lundi, épisode précédent.

Photo Credit

F
0 Partages

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.