Une vie sans lundi #46 – Les ‘dangers’ d’une vie sans lundi

Les dangers d'une vie sans lundi | Je me casse

Oh la la, comme il est mystérieux ce titre…

Il y a des dangers à une vie sans lundi? Qu’est-ce qu’on nous a caché? On croyait que c’était trop cool et qu’on pourrait tout le temps bosser dans des cafés… nous aurait-t-on menti?

 

Mais noooon! Mais avec tous les bons côtés que cela peut avoir d’être flexible et mobile, certains ‘travers’ peuvent exister, et il est mieux d’en être conscient.

 

Le problème (et l’avantage) d’une vie sans lundi, est que les jours de la semaine ne sont pas très différents les uns des autres. « Le samedi est un lundi comme les autres », comme j’avais lu sur Twitter.

De même, le lundi peut être un samedi comme les autres. Ce qui est plutôt sympathique.

 

S’il n’y a pas de jour de travail ‘imposé’, il n’y a pas de jour de repos imposé non plus!

Et c’est l’une des choses à laquelle il faut porter son attention quand on a une vie sans lundi: On court le risque de trop travailler!

Oui, vous avez bien lu.

La question qu’on me pose souvent est ‘comment arrives-tu à te motiver à travailler de la maison?’ Eh bien, il m’arrive de procrastiner aussi – mais je finis toujours par travailler bien plus que 35 heures par semaine!

Au contraire, quand on fait des choses qui nous intéressent profondément, il est parfois difficile de décrocher et de passer à autre chose.

 

Avant que mon compagnon ne parte à l’étranger, j’avais un rythme de croisière que je pense assez sain.

J’étais couchée à 23 heures, levée à 7 heures, et le week-end était complètement consacré à ma vie personnelle. Je pouvais le passer sans ouvrir l’ordinateur, ou même prendre mon téléphone.

Maintenant que mon chéri et moi sommes séparés physiquement, je me rends compte que, lui ayant une vie ‘avec’ lundi, je m’étais calée à son rythme.

 

Conséquence: aujourd’hui c’est la dé-ban-dade!  

Je me couche (très) tard, je me lève toujours tôt, je me pose beaucoup moins de limites, et je me retrouve à travailler le week-end.

C’est un cercle vicieux parce que quand on s’est couché tard dans la semaine, ou qu’on a travaillé le week-end, il y a souvent un jour de la semaine où on est moins efficace que d’habitude (on a sommeil, quoi!).

Heureusement, ma charge de travail va diminuer cette semaine, et je pourrai repartir sur de bonnes bases.

 

 

Avoir un rythme de travail ‘sain’ ne vient pas forcément naturellement. Il faut, comme une routine, le mettre en place en fonction de ses besoins.

 

Ainsi, il est important de trouver un équilibre entre:

  • Vos activités professionnelles, et ce que vous considérez être votre vie personnelle, vos loisirs.

(Pour moi les deux se distinguent peu, par exemple, écrire, ce n’est pas du travail pour moi, mais comme je le fais toute la semaine, j’ai aussi besoin d’un jour de repos.)

 

  • Les activités pour développer votre activité à long terme, et celles qui contribuent à votre succès à court terme.

Par exemple: ‘aujourd’hui, est-ce que j’écris un article, ou je me fais une session de brainstorming sur les fonctionnalités à rajouter au blog?’

 

  • Votre travail pour vous, et votre travail pour les autres – typiquement, travailler sur ‘Je me casse’, c’est du travail pour ‘moi’ – je ne répond aux requêtes de personne en le faisant, à part peut-être à celles de mes lecteurs, mais sans que ce soit contraignant. Je le fais pour moi.

Le développement web, c’est du travail pour les autres, pour développer leur produit. Mais cela m’apporte un soutien financier.

A l’heure qu’il est j’ai besoin des deux, et je passe la moitié de mon temps sur l’un et l’autre.

 

  • Vos jours d’activités, et vos jours de repos.

Pourquoi ne pas avoir au moins un jour dans la semaine où l’on se réveille en ayant peu ou pas planifié de choses à faire, pour laisser la magie, le fun ou la surprise s’installer. En général, c’est mon samedi 🙂

 

Quelques choses importantes:

  • Garder du temps pour soi. Quand on a un boulot classique, il est plus facile de faire la différence entre ‘le boulot’ et sa vie.

Quand on a une vie sans lundi, la barrière est très fine – et ce n’est pas grave! – mais il faut se rappeler qu’au centre de tout, il y a nous et que plus on est en forme, mieux notre activité se développera.

Pourquoi ne pas commencer à prendre du temps pour faire des choses ‘sans raison apparente’ – uniquement pour soi! C’est ce que je fais tous les matins.

 

  • Nous n’avons pas tous les mêmes besoins.

Par exemple, je suis plus efficace le matin et à partir de la fin d’après-midi.

Alors quand je ne suis pas chez un client, c’est le moment où je rencontre des personnes, où je réponds aux mails, etc.

L’avantage d’une vie sans lundi est qu’on peut travailler au moment où c’est le plus efficace pour nous

 

  • Avec une vie sans lundi, le week-end peut aussi être le vendredi et le samedi. Pourquoi pas?

Le vendredi je fais des choses pour moi, le samedi je vois des personnes. Ou pourquoi pas le dimanche et le lundi, ou le lundi, le mardi et le mercredi? Bref, tout est possible, du moment qu’on se repose un peu!

Et vous, avez-vous connu des périodes où vous travailliez trop? Comment avez-vous rétabli l’équilibre?  

 

 

photo credit: kamienok via photopin cc

F
[social_warfare]

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.