conseils pour trouver un emploi qui déchire

Je te connais.

Tu lis cet article alors que tu fais ta 17ème pause café / thé du jour.

Ou bien tu es encore en pyjama parce que ça fait 2 ans que t’es au chômage.

Tu trouves que la vie est nulle.

T’en as marre.

Personne te comprends.

De toutes façons, c’est quoi la vie après tout ?

Tu lis mon blog et tu te dis : c’est cool ce qu’elle dit, c’est motivant, ça m’inspire… mais en attendant, rien ne se passe, je me fais chier.

Ça a l’air cool la vie d’entrepreneure, mais j’ai pas d’idées. Et puis en fait, je veux pas faire ça. Je veux juste un boulot où on me prend pas la tête. Voilà. Je veux bosser de 9h à 5h, vivre ma vie tranquille, kiffer un peu, et surtout, surtout qu’on arrête de me faire chier.

Je te comprends.

C’est pourquoi aujourd’hui, pour toi, que le boulot, ou l’absence de boulot soûle, j’ai concocté une liste de 12 conseils – oui 12 conseils  – pour trouver un boulot que tu kiffes et qui déchire.

Je te préviens, dedans il n’y a pas de conseils magiques du genre ‘penses-y très fort, ça va arriver’. Que du concret. Tu es prêt-e à te bouger le derrière ? Cool – on y va !

 

 

PARTIE 1 – ETAT D’ESPRIT

1 – Aime ta vie maintenant 

Et arrête de te plaindre ! (Woooa, Lyvia, on m’avait dit que tu étais une fille sympa – c’est quoi cette agressivité ?).

Moi je suis pas sympa. Je suis là pour te faire bouger.

Alors si tu es en pyjama, lève toi et fais une petite danse de la victoire, parce que la vie est belle, que tu es en vie, et que tu as sûrement encore deux bras et deux jambes.

Si tu es au boulot, lève ton verre de café / thé / whisky à ma santé, et célébrons le fait que tu n’es pas mort-e, et qu’il y a encore plein de choses que tu peux faire.

Aies de la gratitude (bord*l de m*rde) pour ce que tu as déjà.

Ton boulot te prends la tête, le chômage te prends la tête. Mais dans les deux situations, il y a forcément un avantage qui fait que ton cas n’est pas complètement désespéré.

Ton salaire, les Assedic, le RSA. Le soutien de ta famille, de tes proches. Le temps, les vacances. La liberté.

Je veux que chaque jour, tu écrives 3 choses pour lesquelles tu as de la gratitude, parce que crois moi, il y a des choses que tu as que d’autres envient.

C’est avec un état d’esprit positif que tu pourras trouver un boulot qui déchire.

 

2. Fais bien ton boulot actuel

Paradoxal, pas vrai ? Le boulot que tu détestes, en plus tu dois le faire bien ?

Eh bien… oui. Si tu ne fais pas le boulot que tu as déjà bien, qu’est-ce qui t’assure que tu pourras en faire un autre avec l’énergie, et l’exigence qu’il faut ?

Prends le comme un entrainement. C’est un boulot de merde, certes. Mais le faire bien te rassurera sur ta valeur, t’apportera de la satisfaction, et améliorera ton estime de soi – et ce même si tu n’es pas valorisé-e de l’extérieur.

Pour chercher un autre job, tu as besoin d’énergie. Et étant donné que tu passes probablement une grande partie de ta journée au travail, c’est de là que tu vas devoir la puiser.

Même si l’environnement n’est pas idéal, fais de ton mieux. Tu seras au moins satisfait-e du travail bien fait. De même si tu es au chômage – les tâches que tu fais : du bénévolat, la cuisine, peu importe – assure-toi d’y mettre du coeur et de l’attention.

En donnant de la valeur, on en reçoit en retour.

 

3. Prends la décision de partir

Cela va de soi, tu me dis. Et bien… non.

Parmi nous, il y en a qui se disent vaguement ‘je devrais changer de boulot’ ou ‘je changerai si / quand j’aurai trouvé quelque chose de mieux’. C’est une attitude attentiste. (Lire Attendre et planifier, quelle est la différence)

Décide, aujourd’hui, que tu vas te casser. Si tu n’es pas sûr-e, décide que tu restes et que tu feras de ton mieux pour apprécier ta situation actuelle.

Parce qu’être entre les deux, c’est comme te dire ‘je quitterai mon mec si j’en trouve un autre’. C’est malsain.

Écoute, soit tu quittes ton mec, soit tu quittes pas ton mec, mais tu peux pas attendre que l’univers / l’espace / Dieu décide à ta place.

 

De même si tu es au chômage, je sais que tu as déjà envoyé 10 000 CVs, et que les gens c’est trop des c*nnards parce qu’ils ne prennent même pas la peine de t’envoyer un email pour te dire que tu n’es pas pris-e.

Mais aujourd’hui, prends la décision ferme que tu vas mettre à la poubelle toutes les manières que tu as déjà utilisées pour chercher, que tu vas lire cet article jusqu’au bout, que tu vas arrêter de te chercher des excuses, et que tu vas chercher des manières alternatives de chercher du boulot, parce qu’on est en 2015, et qu’il n’y a aucune raison qu’une personne comme toi, dôté-e d’un tel mix de qualités et de talents, ne trouve pas une entreprise / personne à qui elle peut les offrir.

La folie c’est de toujours faire la même chose et de s’attendre à un résultat différent

(c’est Einstein qui l’a dit)

 

C’est de ta responsabilité de mettre tes talents au service du monde – à toi de lui enfoncer dans la gorge si nécessaire !

(Ouhla, il devient intense cet article).

(Lire – La société marche sur la tête)

 

PARTIE 2 – PRÉPARATION

4 – Sois honnête avec toi même : qu’est-ce que tu veux ? qu’est-ce que tu veux faire ?

Bon, c’est tout un sujet, et j’ai tout un programme exprès pour ça.

Mais je t’invite à écrire sur une feuille :

– Les domaines de travail qui t’intéressent (sois le plus précis-e possible) (eg. internet, la formation, le cinéma)

– Ce que tu aimes faire ‘avec tes mains’ (e.g. écrire, aider les gens, réfléchir, soigner, etc.)

– Le genre de structure dans laquelle tu veux travailler (eg. très petite entreprise, association, startup, grand groupe)

– Les valeurs qui sont importantes pour toi (eg. honnêteté, liberté, flexibilité, patience, …)

L’environnement de travail qui te convient le mieux (eg. très créatif, studieux, académique)

Plus tu es spécifique sur ce que tu veux / recherches, plus il sera facile d’identifier où chercher et de canaliser ton énergie. Plus il sera possible aussi de montrer que tu es la bonne personne pour le job.

 

5 – Où se trouve le besoin ? Où peux-tu apporter de la valeur ?

Alors, ta conclusion c’est que tu veux être dresseur-se de licornes… Ahh, mais c’est qu’il y a une pénurie de licornes dans le monde réel actuel… Après on peut toujours passer dans le virtuel, mais bon…

Rappelle-toi que tout est question de valeur.

Tu peux vouloir bosser dans un domaine bien précis, et faire quelque chose de bien particulier, mais s’il n’y a aucune demande, ça veut dire qu’au final, tu ne peux proposer ta valeur à personne.

Or le monde a besoin de tes talents.

Réfléchis à connecter ce que tu as envie de faire, avec un besoin qui existe, ou pourrait exister.

Par exemple – en cherchant, j’ai réfléchi non pas à ce que je savais faire, mais à ce que j’aimais faire :

Mes réponses à l’exercice plus haut étaient les suivantes :

– Les domaines de travail qui m’intéressent – internet, l’innovation, l’éducation / la formation, la philosophie, les modes de pensées alternatifs

– Ce que j’aime faire ‘avec mes mains’ – écrire, organiser des événements, gérer une communauté, développer des projets, inventer des produits.

– Le genre de structure dans laquelle je veux travailler – pas forcément petite, mais pas ‘corporate’ non plus. Cela peut être une grosse boîte, du moment qu’elle traite les personnes comme des individus et non des pions

– Les valeurs qui sont importantes pour moi – la créativité, la liberté, l’honnêteté, la flexibilité, le respect, l’écoute

L’environnement de travail qui me convient le mieux – très créatif et flexible

Et les besoins que je pouvais remplir pouvaient se retranscrire en activités : organiser des événements, gérer une communauté, créer des formations

Je savais que je pouvais apporter de la valeur dans ces domaines.

J’aurais pu chercher un boulot en tant que journaliste par exemple, mais honnêtement, je sais que des journalistes il n’en manque pas, qu’il y en a de bien plus expérimentés que moi, et que je n’avais pas le temps de faire les choses qu’il fallait pour être crédible sur le marché. De plus, ce n’était pas là où j’aurais pu apporter le plus de valeur à l’heure d’aujourd’hui.

Ainsi, sois réaliste, et vois où tu peux vraiment apporter de la valeur

 

6 – ‘Forme’ – toi

Peut-être qu’une idée de ce que tu as envie de faire se dégage, et que tu penses pouvoir apporter de la valeur, mais que tu ne penses pas être prêt-e à aborder le marché du travail.

Et bien investis dans TOI. Apprends. Grandis.

Il existe des tonnes de ressources gratuites sur le net. Des blogs, les moocs, des ebooks, des vidéos.

Et en vrai – tu peux faire du bénévolat, des stages.

Si tu es passionné-e de couture, et aimerais postuler à un atelier, mais que tu trouves que ton ourlet n’est pas encore au top du top, entraine-toi !

De même, des compétences très demandées peuvent s’apprendre sur internet : le code, le design web, le montage vidéo.

Aujourd’hui, les diplômes et l’expérience ne suffisent plus à se démarquer. Il est important de montrer que ce que tu recherches n’est pas un simple boulot, mais quelque chose en ligne avec ce que tu aimes faire même ‘en dehors’ du boulot.

Sois curieux-se, intéressé-e. Crée un blog pour partager ce que tu apprends. Va un peu plus loin que juste postuler. Cherche, farfouille, et mets-toi vraiment corps et âmes dans cette recherche d’un emploi qui te ressemble.

 

7 – Sors de chez toi et vois du monde

Je sais qu’il est tentant de rester derrière son ordi à envoyer des CVs jusqu’à ce que ton cerveau congèle, parce que, soyons honnête, c’est facile. Et au pire, on ne te répondra pas, et tu pourras blâmer les autres.

Mais attention:

Tu ne cherches pas un boulot. Tu cherches à contribuer au monde.

Et le monde, c’est dehors.

Rencontre des nouvelles personnes. Va à des événements. Intéresse-toi à ce que d’autres font. Encore une fois, soit curieux-se.

Je ne te dis pas de faire du networking bien dégueu en sortant des phrases bâteau et en essayant de gagner le concours de celui ou celle qui ramènera le plus de cartes de visites.

Cherche à faire de vraies connexions, de vraies rencontres. Écoute, sois attentif-ve. Demande-toi : où puis-je apporter de la valeur ??

Je te l’accorde, cela prend beaucoup plus de temps et d’énergie que de juste envoyer un CV. Mais ça en vaut la peine.

 

PARTIE 3 – RECHERCHE

8 – N’exige que le meilleur

Pour trouver mon boulot actuel, j’ai envoyé 5 CVs.

Comme j’étais à Paris, je n’ai pas rencontré de personnes sur place, mais au moment de choisir d’envoyer un CV, je vérifiais deux choses :

1 – que l’annonce correspondait à ce que je recherchais et à mes valeurs

2 – que j’avais quelque chose de clair à apporter et que je pouvais le démontrer.

….

Cela ne sert à rien d’envoyer 10 000 CVs pour soit des choses que tu ne veux pas vraiment faire, soit des choses où tu sais que tu ne pourras pas montrer que tu es la personne qui leur faut.

Ensuite, si les offres n’existent pas (et d’ailleurs, je crois que seulement 5% des offres d’emploi sont publiées en ligne), n’hésite pas à écrire aux gens directement.

Et pas un email tout bidon, copier coller, bien corporate et formel sans vie. Écris d’humain à humain. Explique pourquoi tu es intéressé-e – sincèrement intéressé-e – par cette structure, et ce que tu peux apporter.

Il y a des chances pour que cela ne fonctionne pas, mais il y a des chances pour que cela fonctionne aussi.

Je pense que ce qui fait qu’on se décourage dans une recherche d’emploi est qu’on court trop de lièvres à la fois.

J’ai une règle quand il s’agit de chercher – je ne cours qu’un lièvre à la fois. Si j’ai un entretien avec une structure dans les jours qui viennent, j’arrête de chercher, ou d’envoyer des CVs, et je me concentre sur l’entretien à venir.

 

 

9. Sois spécifique

Cela rejoint le point précédent. Plus tu es précis-e sur ce que tu veux et ce que tu peux apporter, plus tu as des chances de trouver chaussure à ton pied.

Mais surtout, surtout, tu es plus convaincant-e. La passion, la curiosité, et l’intérêt font une grosse différence.

Dans mon boulot actuel, on a recruté 35 personnes, sur 280 candidatures pour faire notre formation.

Les personnes qu’on a prises :

– Avaient le niveau d’expérience requis pour faire la formation. Pas dans une boîte forcément, mais en tant que bénévoles par exemple.

– Étaient très spécifiques sur 1) ce qu’elles faisaient, 2) pourquoi elles le faisaient 3) pourquoi elles veulent faire la formation 4) ce qu’elles allaient en tirer.

Personnellement, c’est comme ça que je différenciées les personnes vraiment motivées des autres. Elles étaient spécifiques.

Elles pouvaient dire : je veux régler tel problème dans tel village du Botswana. Et boom. On sait que cette personne ne veut pas tout faire, mais que ce qu’elle s’est dédiée à faire, elle le fera bien.

 

10 – Sois créatif-ve

Tu as dû voir toutes les façons théâtrales dont les personnes postulent sur le net. Des vidéos, des CVs  qui ressemblent au site d’airbnb, des CVs interactifs, etc. Il y a des tonnes et des tonnes de façon de se faire remarquer avec un CV.

Mais attention… ça s’est pour se faire remarquer, se différencier. Et ce n’est pas mal, parce que cela peut attirer l’attention sur toi, ta créativité, et ta personnalité, et pourra te faire décrocher un entretien.

Mais quitte à casser quelques mythes, même si j’encourage la créativité et sortir du cadre, j’ai parfois l’impression que c’est un peu de la poudre aux yeux.

Selon moi, le plus important, c’est de montrer sa valeur et ce que l’on peut apporter.

Ainsi, sois créatif-ve dans la façon dont tu démontres ta valeur !

 

– Fais un CV qui même s’il est simple, te ressemble. Mon CV est ultra minimaliste, avec des touches de violet.

– Prends des exemples qui sortent des sentiers battus : en entretien, j’ai mentionné comment convaincre des maternelles de faire quelque chose ! Montre que votre esprit est vif et que la conversation te stimule.

– Si la valeur que tu veux mettre en avant, c’est du design, ou du développement web – montre quelque chose que tu as designé, ou développé. Si c’est tes talents d’artisan-e, pourquoi ne pas concevoir quelque chose exprès pour le recruteur, et lui envoyer. (Comme tu auras savamment sélectionné les endroits où tu postules, cela ne devrait pas être compliqué).

Dans mon cas je devais montrer que j’étais structurée et organisée – un CV en mode 3D avec effets spéciaux n’aurait pas servi à grand chose. Alors dans mes réponses, j’ai démontré par des exemples variés et spécifiques que c’était le cas.

 

11 – Pense à l’autre, en face

Quand tu écris un email pour te présenter, un CV, ou que tu es en entretien, bien sûr que tu te vends, mais n’essaies pas de ‘convaincre’ l’autre. Montre-lui simplement la valeur que tu peux lui apporter, sans le presser.

Par exemple, si tu écris un email, n’écris pas des tartines sur ta vie (il s’en fout), montre que tu souhaites contribuer au projet (explique pourquoi), et que tu peux apporter certains talents spécifiques.

Le mec tient à son bébé, montre lui que tu es là pour en prendre soin.

De même, sur ton CV, pas la peine de tout mettre. Montre seulement les expériences qui peuvent intéresser cette personne ou cette structure en particulier, en pensant à, encore une fois, être spécifique dans tes propos. Cela veut dire remplacer « création d’un blog à fort traffic » par « création et gestion d’un blog sur les techniques de jardinage dans le sud de la France, 10 000 visiteurs par mois ». Et seulement si tu penses que cela peut les intéresser.

Et en entretien, c’est pareil. Tu as peut-être envie de raconter toute ta vie, mais la personne en face n’a besoin de connaître que de certains aspects spécifiques. Ainsi montre-lui comment tu peux l’aider sur ces points-là. (Vous apprendrez à vous connaître quand tu auras le job)

 

12 – Sois honnête

Si tu as l’impression de ne pas être toi-même en écrivant un email ou une lettre de motivation, que tu as l’impression de ne pas pouvoir être toi-même en entretien, alors il y a des chances que tu ne te sentes pas toi-même dans la boîte, même si tu es embauché-e. Et ce n’est pas ce que l’on veut.

Sur mes 5 CVs envoyés, j’ai eu 3 entretiens. Dans l’un, je me rendais compte que je gonflais les choses, que j’employais des termes que je n’emploie jamais, que je disais ce qu’ils avaient envie d’entendre.

Dans le second, je me sentais davantage moi-même, mais j’avais l’impression de devoir convaincre, rassurer.

Dans le troisième, tout était fluide. Je ne me suis pas sentie en conflit avec moi même une seule fois. J’étais convaincue que je ferais du bon travail à ce job, et j’ai pu leur faire se rendre compte. C’est celui-là que j’ai eu 🙂

Rappele-toi que tu n’es pas en position de faiblesse en cherchant un emploi. Tu as besoin d’eux, certes, mais ils ont aussi besoin de toi. Et les recruteurs cherchent des personnes qui pourront faire le job et collent avec la personnalité de leur boîte.

Il est important que tu te sentes à ta place.

 

ET SURTOUT SURTOUT : Garde la pêche. Ne doute jamais de ta valeur. Soit exigent sur ce que tu acceptes. Tu as quelque chose de spécial. Le monde en a besoin. C’est de ta responsabilité de lui donner.

Et toi, tu as des conseils pour trouver un emploi qui déchire ? Raconte dans les commentaires !

(Au fait, si mon programme ‘Des idées à tout casser’ t’intéresse, tu sais, celui pour trouver une idée d’activité qui rapporte et en phase avec tes valeurs – écris-nous à hello@jemecasse.fr))

22 thoughts on “Une vie sans lundi #76 – 12 conseils pour trouver un emploi qui déchire

  1. severine on 25 mai 2015 at 8:25

    Bravo pour ton article ! j’aime beaucoup le ton et le sujet est bien intéressant ! 😉
    Je continue à te suivre !
    Biz de Suisse
    Séverine

  2. Hanae Filali on 25 mai 2015 at 9:01

    Slt Lyv, ton article est tout simplement super. Il reboost en énergie et idées!
    Je pense prendre contact av toi bientôt.
    On en veut d’autre des astuces comme celles la :D.

  3. Fanny on 25 mai 2015 at 11:23

    J’adore le ton que tu emploies dans cet article, excellent !
    Les conseils sont tops, concrets, merci 🙂

  4. Margot on 25 mai 2015 at 11:39

    Très motivant!!!!! La semaine commence bien 🙂
    Merci!

  5. elleag on 26 mai 2015 at 8:56

    Lyv, Merci pour cet article. Le sujet est vraiment bien tombé ce matin. Je n’avais vraiment plus envie de travailler pour ce job qui ne me fait plus rêver. J’ai du mal à produire ce que l’on me demande. Ton article m’a remis sur les rails. Et ainsi, je pourrais plus sereinement me concentrer sur les taches qui me plaisent vraiment (travailler sur un projet, embryonnaire certes mais qui va aboutir) en dehors du travail en étant fière de moi.
    Merci du fond du cœur,

  6. Manon Ambitions Plurielles on 26 mai 2015 at 10:49

    Effectivement, toutes ces étapes ne sont pas du luxe, elles sont essentielles ! Merci pour ces rappels, qu’on peut même appliquer à chacun des objectifs pro que l’on vise !

  7. Dessine-moi une Carrière on 26 mai 2015 at 11:00

    Coucou Lyv !

    C’est marrant, on a mis la même citation au même moment !
    « La folie c’est de toujours faire la même chose et de s’attendre à un résultat différent » est ma pensée inspirante de la semaine que j’ia publiée hier 😀

    On est cablées !!!!

  8. Guillaume on 26 mai 2015 at 4:55

    Conseil 0 bis pour trouver Le job qui déchire : invente-le !! 😉

  9. Thomas L on 26 mai 2015 at 5:25

    Il faut avant tout se poser les bonnes questions, et cet article les résumé très bien ! Beaucoup de personnes sont passionnées par un domaine en particulier mais n’ont jamais eu l’opportunité ou la volonté de s’y consacrer pleinement. C’est pourquoi une formation s’impose, soyez acteur de votre vie !

  10. Lyv on 26 mai 2015 at 8:18

    Ahah! Carrément Marjorie <3

  11. Gratiane on 27 mai 2015 at 12:50

    Merci beaucoup pour cet article! Super interessant!!! Ca me parle beaucoup car je suis en train de chercher un boulot et je vois tout a fait ce que c’est que de courir trop de lievres a la fois.
    A bientot!

  12. Fanny on 27 mai 2015 at 4:51

    Waouhhh ton article déchiiiiiiiiiire !!! Il résonne très bien en moi 😀

  13. Anne on 27 mai 2015 at 5:19

    Tout à fait d’accord avec le ton de l’article et avec le fond…C’est plein d’énergie et de bon sens…
    Je mets juste un petit bémol à ton enthousiasme…Lorsque l’on a une charge familiale à assurer les choix sont moins légers, plus engageants car les conséquences plus graves en cas d’échec…tant sur le plan financier (tu ne peux pas te permettre un seul mois sans salaire) qu’affectif et psychologique (si tu es mal au boulot il y a des chances pour que tes vibrations ne soient pas des meilleures en rentrant le soir)…

  14. Lyv on 27 mai 2015 at 10:11

    Bonsoir Anne, tu as raison, il faut prendre cela en compte. Nous avons toutes des responsabilités différentes. Ainsi je conseillerais de prendre son temps et de bien préparer son départ. De même, commencer un nouveau boulot, comme se lancer dans l’entrepreunariat, c’est un risque, et c’est pour ça que l’un des points importants est de prendre la décision de partir. Et ça c’est une décision que chacun doit peser selon ses priorités.

  15. Jordane on 28 mai 2015 at 10:42

    Tu as du y laisser des doigts à faire cet article 😉
    Je rejoins aussi le commentaire de Guillaume, il y a aussi le possibilité de créer son propre métier.
    C’est dur mais tout convient de faire les choses qui donne un gros résultat !

  16. Oihana on 1 juin 2015 at 3:33

    Bonjour Lyv 🙂
    Merci beaucoup de cet article. Ça rebooste et donne la motiv d’avancer!!!

    😉

  17. BrothaPat on 3 juin 2015 at 4:50

    Hello Lyv,
    Je passais par là « par hasard » et la curiosité m’y a retenu. C’est ma toute première halte dans le monde des bloggeurs et honnêtement je ne regrette pas d’avoir choisi ton site. Bravo pour cette petite prouesse rédactionnelle ! Texte engagé et inspirant, empreint de pragmatisme et de bon sens (« La folie c’est de toujours faire la même chose et de s’attendre à un résultat différent » ;-)) Bonne continuation ! Je reviendrai !!! 😉

  18. Lisbonne on 24 juin 2015 at 5:37

    Le problème de trop de personnes, c’est cette attitude attentiste comme tu dis.
    Les gens se plaignent mais ne font rien pour changer la situation.
    Alors oui, ce n’est pas toujours facile, mais cela vaut le coup de se donner dans un domaine que l’on aime pour essayer de percer dans ce domaine-là !

  19. Pascal Myte on 5 juillet 2015 at 3:39

    Bravo pour ton article ! j’aime beaucoup le ton et le sujet est bien intéressant !
    Je continue à te suivre !

    comment devenir riche

  20. Cedric F on 8 juillet 2015 at 6:42

    Se former est sans doute l’une des étapes les plus importantes pour passer le cap. Une formation en autodidacte ou pro d’ailleurs. Il suffit juste d’être motivé et persévérant sans quoi rien n’est possible…

  21. Hln on 12 février 2016 at 9:43

    J’ai découvert ton site il y a maintenant 2 jours et je le dévore ! Je suis devenue addict !
    Je me retrouve dans la plupart de tes articles et particulièrement celui-là.
    C’est tout de même pas évident de se donner à 100% dans le job que l’on rêve de quitter mais au fond tu as raison, on est plutôt content de soi à la fin de la journée quand on l’ bien fait et ça remotive.

  22. […] 12 conseils pour trouver un emploi qui déchire […]

Leave a Comment

Your email address will not be published. Marked fields are required.