Envie d'avoir un impact sur ta vie et sur le monde ? : Découvre l'Ecole des Messagers

Une vie sans lundi #107 – De l’amour, les gars, de l’amour !

De l'amour les gars, de l'amour | Je me casse

Hello, Good Morning ! Comment vas-tu en ce lundi ensoleillé ? La vérité c’est que je ne sais pas s’il est ensoleillé, parce qu’à l’heure où je t’écris, il est 20h18, vendredi soir, et je viens de terminer les dernières tâches pour le lancement de mon programme ‘Des idées à tout casser’. 

Cette semaine a été… comme sur une montagne russe émotionnelle.

C’est mon plus long lancement – d’habitude ils durent deux semaines, or là ça fait un mois, car j’avais le théâtre en plein milieu. Un lancement de programme, c’est une expérience qui est comme un concentré de la vie d’un entrepreneur, avec tous les bas, et tous les hauts qui vont avec.

Si tu n’es pas familièr-e avec le concept de lancement, imagine que tu essaies de rassembler le maximum de personnes pour une grosse soirée, ou que tu viens de sortir un livre et que tu veux que le maximum de personnes le lisent. Faire un lancement, c’est faire comme Rafiki dans le Roi Lion : montrer ton bébé au monde et espérer que tout le monde accoure pour le voir (tu imagines si personne n’était venu ?).

Alors tu montres ton bébé, mais pas trop parce que tu veux pas non plus soûler tous les gens que ça n’intéresse pas, mais assez pour que ceux qui en ont besoin puisse le trouver – c’est l’objectif quand même.

Tu veux le faire d’une façon naturelle, en phase avec la personne fun, cool, et relax que tu es (censée être), mais en même temps, sur internet, il y a 150 000 ressources sur comment créer une série d’emails parfaite, ou un webinaire parfait, ou sur tous les trucs que tu peux faire pour assurer le succès de ton lancement, et que toi, bien sûr, tu ne fais pas.

Pendant une période de lancement, tu passes ton temps à te poser ces questions :

Est-ce que j’en fais assez pour trouver mes clients et pour que mes clients me trouvent, pour gagner l’argent dont j’ai besoin pour continuer et ne pas plaquer JMC pour aller bosser au Mac do ces prochains mois, pour me reposer et travailler sur d’autres projets ?

Est-ce que j’en fais assez en gratuit, pour ma communauté à qui le programme ne convient pas ? Est-ce que je leur donne assez de valeur malgré ce lancement, ou est-ce qu’ils se sentent délaissés ? Si Simba avait un grand frère, ses parents devraient s’en occuper aussi pas vrai ?

Est-ce que j’en fais trop ? Est-ce que je soûle tout le monde ? Est-ce que tout le monde s’en fiche en fait ? Est-ce que j’ai bien segmenté ma liste ? Ou est-ce qu’on va me traiter d’égocentrique, de relou, ou chieuse, ou vénale, ou tous les qualificatifs pas sympas qu’on peut entendre.

Quand tu lances un service, toutes tes peurs émergent en puissance 10 : peur d’être trop visible, peur d’échouer, peur de te tromper, peur qu’on te déteste.

***

Je suis assez, et tu es assez aussi…

Est-ce que j’en fais assez, est-ce que j’en fais trop ? C’est pareil que de se dire ‘est-ce que je suis assez’?

Honnêtement, j’aurais pu faire beaucoup plus – ma to do list déborde d’actions non complétées – et j’aurais pu faire beaucoup moins et être carrément plus efficace. Mais la vérité c’est que… je me dois d’avoir confiance dans le fait que… c’est assez, juste assez. Je suis assez. Comme toi, tu es assez, et tu as assez.

« Je suis assez. » C’est une chose qu’on oublie facilement. Très facilement. On oublie l’impact positif que l’on a. On oublie qu’on fait déjà beaucoup. On oublie qu’on fait déjà très bien.

Et cette semaine, il s’est passé un truc de ouf super magique qui m’a rappelé que oui, je suis pas complètement nulle à ce que je fais (frissons).

[En me relisant, je me dis que cet article est un brin… égocentrique en fait. Arf, vous me pardonnerez :0)]

Mercredi a eu lieu ma conférence en ligne avec Damien de pleindetrucs.fr sur les bons réflexes à avoir pour que ton projet cartonne. Et après ce webinaire, j’ai éclaté en larmes. Yup.

***

Mes gens m’aiment

Que s’est-il passé ?

Eh bien Damien et moi parlions avec animation des sujets qui nous passionnent, quand woooshh, une vague d’amour venue de nulle part m’a submergée. C’est vraiment ça ! Il faudrait que je revois la vidéo pour comprendre comment s’est arrivé.

Mais je me rappelle avoir mentionné en passant un projet qui me trottait dans la tête mais que je ne comptais pas poursuivre (L’agenda JMC, j’en parlerai plus bas) – le genre de projet que même moi je ne prends pas au sérieux parce que je me dis qu’il ne va intéresser personne ! Et là les réponses ont fusé  : ouiiiiiii, ouiiiii, un agenda ? je veux je veux je veux, lance-le, on va t’aider, on veut participer ! Quôôa ? Sérieux ? OK !

Et puis j’ai beaucoup rigolé durant la suite de ce webinaire tout en essayant de tenir le cap de la conversation, et là, je en réponse à une question, j’ai mentionné un nouveau programme qui me trottait lui aussi en tête depuis un moment sans que je l’ai vraiment formalisé, et là wooosh nouvelle vague de commentaires : ‘ouiii !!’ ‘C’est parfait pour moi, lance-le’ !

Ah bon ? Ok ! (J’en parle plus bas)

Et là, je l’avoue, j’ai commencé à avoir des larmes aux yeux, vraiment. 

Mettez-vous à ma place. Vous êtes la nana qui a créé un blog il y a 3 ans parce qu’elle en avait marre de son job. Sans direction, sans savoir ce qu’elle allait faire, sans argent, sans rien à part ses 10 doigts et un clavier.

2 ans et demi après votre cassage, vous faites un webinaire où plusieurs centaines de personnes sont inscrites, vous racontez un peu votre life, comme d’hab, comment c’est important d’être en phase avec soi quand on lance un projet, de répondre à un besoin, de créer une communauté, de lui offrir de la valeur, parce que c’est ainsi qu’on a les meilleures chances d’y arriver… et là BOOM !

Votre communauté – la même qui a choisi de suivre la nana qui raconte sa life – est à fond sur vos projets alors que vous n’osiez même pas les exprimer !

J’ai eu les larmes aux yeux parce que j’étais crevée, que j’avais mal au dos depuis la veille, et que, bien sûr, j’étais en pleine anticipation (je le suis encore quand j’écris) du résultat de mon lancement. J’avais l’intention de tâter le terrain dans les prochains mois pour voir si le nouveau programme plairait, alors que l’agenda n’était même plus dans mon radar.

Et là une étincelle s’est transformée en projets super cools, validés en direct par MA communauté, MES gens, ceux pour qui j’écris, je travaille, je parle et ceux à qui ces mêmes projets sont destinés. Ceux à qui je donne 8 heures de ma journée. On est ressortis avec des dates pour chaque, et plusieurs d’entre eux ce sont portés volontaires pour m’aider à les créer.

Honnêtement je me suis dit ‘ils sont fous, ils sont fous’.

Or ce n’était que le début, après c’est parti en vrai freestyle ! – et ça c’est une sélection :

« Yeaaaa WonderLyvia !! »

« Tu es une belle personne, ça fait du bien de t’écouter, quelle motivation, quelle énergie ! »

« J’adore l’énergie de ce groupe, de jemecasse et de Lyvia \o/ »

« J’avais peur qu’une fois le programme [Des idées à tout casser, la session d’avant] terminé, ben ça serait fini mais non. Ce que j’aime chez toi Lyvia, c’est que ça continue. Par la communauté, les webinaires toujours inspirants que tu proposes, les intervenant(e)s hyper intéressants qu’on rencontre et par la bienveillance et la bonne énergie qui se dégage de tous les gens que je croise grâce à toi. »

« Prochain gouvernement, Lyvia Présidente ! »

« Ce que tu es en train d’offrir au monde est encore mieux que de devenir présidente… tu t’éclates surement plus 😉 »

A la fin j’ai admis que j’avais presque pleuré….

« C’est quoi cette escroquerie !!! Bien sûr que tu as pleuré !!! Et c’était beau ^^ »

(je secoue la tête, j’en peux plus !)

Voilà, je voulais écrire cet article pour vous dire que… ‘mes gens’ m’aiment. Et je les aime. Et vous qui me lisez êtes ‘mes gens’, et je vous aime. 

Merde, j’ai les larmes qui remontent.

***

Amour vs. Peur

Si mes gens m’aiment, alors je n’ai plus peur. Je n’ai pas peur de ne pas atteindre mes objectifs. Je n’ai pas peur d’oser. Je n’ai pas peur de me tromper. Je n’ai pas peur des problèmes techniques. Je n’ai pas peur qu’on me juge, qu’on ne m’aime pas. Je n’ai peur de ne pas en faire assez, ou d’en faire trop. Comme mes gens m’aiment, je sais qu’ils seront bienveillants, m’accompagneront, et m’accepteront telle que je suis, flaws and all.

Honnêtement, j’en ai rien, absolument rien à f***re des gens qui ne m’aiment pas. Parce que MES GENS à moi m’aiment, et je les aime, et c’est tout ce qui compte pour moi.

Mes gens, ils sont à mes webinaires, sur mon groupe Facebook, sur le blog et par email. Ils m’écrivent des mots gentils tous les jours que je garde dans un dossier ‘looooove’ 🙂

Je n’ai pas besoin de stratégie tordue, ou de manipulation psychologique pour que mon business marche. Je n’ai pas besoin de tout calculer au millimètre près, de tout analyser et de tout planifier.

Je sais que mes projets vont marcher, parce que ma communauté va m’aider à les créer. Comme ma communauté m’a aidé à créer et améliorer ‘Des idées à tout casser’.

Dans son dernier article ‘on récolte ce qu’on s’aime’, Céline Boura disait – l’amour c’est l’opposé de la peur. Et je lui pique sa citation :

« Vous savez, je crois qu’il n’y a que 2 sentiments dans la vie: la peur et l’amour. Si vous choisissez l’amour,
vous n’avez plus jamais peur »
-Lisa Lovatt-Smith

Voilà, je me sens bien.

***

Savoir s’aimer, donner et recevoir de l’amour

Quand on s’aime soi, qu’on prend les décisions qui sont bonnes pour soi, qu’on choisit le chemin qui nous rend heureux, alors on est bien en place pour servir le monde, avec la confiance qu’on est là où l’on doit être.

Quand on donne de l’amour aux autres, alors on s’assure de créer ce dont ils ont besoin, ce qui a de la valeur pour eux, ce qui va faire une différence dans leur vie. Quand on donne de l’amour aux autres, tout ce qu’on leur dit c’est : « tu es parfait-e comme tu es, je t’aime. Et tu as la capacité de faire de grandes choses. » On enclenche une relation à long terme dans laquelle on choisit d’être à leurs côtés.

Quand on accepte de recevoir l’amour des autres, alors on s’éloigne du négatif, des ténèbres, et de tous ceux qui peuvent embuer notre vue. Mon dossier ‘Loooove’, c’est pour que les mots gentils ne s’évaporent pas, c’est pour me rappeler la gratitude que je reçois et que j’éprouve.

***

De l’amour, les gars, de l’amour !

Créer du contenu, c’est de l’amour. Animer une communauté, c’est de l’amour. Vendre un service, c’est de l’amour. Le marketing, permettre à la personne qui a besoin de toi de te trouver, c’est de l’amour.  De la bienveillance, de l’écoute, des échanges, de la gratitude, de la patience, de la gentillesse.

Peut-être que ce mot ‘amour’ vous met mal à l’aise et qu’il ne vous semble pas concret. Qu’il semble être un peu un truc de hippie, un peu spirituel. Mais il n’y a pas autre chose que ça vraiment.

Peu importe ce que vous offrez, peu importe ce que vous faites, si vous y mettez un brin d’amour, pour vous et pour les autres, ça marchera beaucoup mieux.

Pour ma part, je ne me suis pas trompée. Je suis à ma place. Je baigne dans le bonheur 🙂

Merci !

Ahh, mais j’ai failli oublier !

Tête de linotte ! (Ma mère m’appelait comme ça parfois, on se demande pourquoi.)

Les trois projets (j’en ai mentionné deux, mais il y en a trois) sont les suivants, et vous pouvez y participer à deux d’entre eux si vous le souhaitez :

  • Des personnes qui ont déjà une idée ferme de ce qu’elles souhaitent faire, mais qui ont besoin de ressources pour se lancer m’ont demandé de rendre disponible l’ebook en bonus de mon programme, ‘Se lancer sans se ruiner’. Je vais mettre à jour une version en mars que je mettrai en vente sur le site. Si cet ebook vous intéresse, écrivez-nous à hello@jemecasse.fr et on vous tiendra au courant de sa sortie.
  • De même, pour les personnes qui ont l’idée, un début de communauté (peut-être un site internet, une page Facebook), je compte lancer pour l’été un programme d’accompagnement (Niveau 2 de mon programme actuel) créé autour de trois axes : l’état d’esprit, car c’est ce qui est fondamental pour la réussite de votre projet, le marketing aligné avec qui vous êtes et les besoins de votre communauté, gagner de l’argent (donc combiner les deux). Le format sera en ligne, et je ferai probablement intervenir d’autres experts. Si ce programme vous intéresse, vous pouvez y participer en me donnant votre feedback sur la forme et sur le fond. Écrivez-nous à hello@jemecasse.fr et on vous mettra dans la boucle.
  • Pour finir, le projet super chouchou que je kiffe et que je n’osais même pas sortir : un agenda Jemecasse ! Alors là, on a carte blanche. J’imagine qu’il y aura un peu de moi et de ma façon de fonctionner dedans, mais j’ai envie qu’il puisse convenir à de nombreuses personnes (souvent le problème avec les agendas) alors je constitue un groupe de travail pour brainstormer dessous. Pareil, un petit mail à hello@jemecasse.fr et on vous tient au courant.
F

The best way to get to know me is by signing up to receive my daily newsletter. I write at least once a day, and you’ll be receiving 1 message each morning at 7 am, Paris time.