Une vie sans lundi #112 – Comment grandissent les homards ? (et ce qu’ils peuvent nous apprendre sur le stress)

Comment grandissent les homards | Je me casse

Comment grandissent les homards ? J’avoue que je ne me suis jamais vraiment posée la question. Pourtant ces crustacés ont beaucoup à nous apprendre.

Je suis tombée sur cette vidéo sur la réponse au stress :

Comment grandissent les homards ? Eh bien, ils naissent avec une première carapace rigide qui ne grandit pas, et qui devient tôt ou tard trop petite. C’est inconfortable, voire probablement douloureux pour le pauvre homard.

Le homard s’isole alors sous une pierre, le temps de changer de carapace et d’en créer une plus grande. Et là, c’est la bamboula ! Plein de place dans la nouvelle carapace !! Jusqu’à ce que là aussi elle devienne trop petite, que ça le gêne, et qu’il reparte sous une pierre pour de nouveau changer de carapace. Ainsi de suite jusqu’à atteindre une taille adulte.

Conclusion de cette vidéo :

L’inconfort accompagne toute transition.

Si le homard allait voir un docteur pour obtenir des médicaments qui atténueraient sa douleur à chaque fois qu’il se sent serré dans sa coquille, il ne grandirait jamais.

 

Dans ma tête ça a cogité. En ce moment précis, je ressens de l’inconfort. C’est un peu comme un petit os en travers de la gorge qu’on n’arrive pas à enlever. Ou cet endroit du dos qu’on n’arrive pas à gratter.

Je ressens l’inconfort car ma coquille se resserre, et que je sens que je des choses vont évoluer dans mon activité, d’une manière plus profonde que tous les changements que j’ai connus jusqu’à aujourd’hui. Des choses vont changer. Mais quoi ? Mystère et boule de gomme.

Mon premier réflexe – comme beaucoup – pendant une transition inconfortable, c’est de partir à l’affût de solutions pour me soulager de cet inconfort. 

Quelque chose doit changer alors : brainstorming ! On appelle les amis pour leur demander leur avis ! Lectures ! Recherches sur Google ! Tout y passe !
Je fais tout pour sortir le plus rapidement de cette étape qui ne me plait pas, pour arriver à l’étape d’après, vite, vite. Celle ou c’est confortable.

Sauf que sans vivre pleinement cet inconfort, le confort qui suivra ne sera que superficiel.

Cette fois – et c’est pas facile – je décide de procéder différemment. Bien sûr j’ai gribouillé sur des feuilles, bien sûr mon cerveau bouillonne, mais mon intuition me dit – mon intuition sait – que la réponse à toutes les questions que je me pose est déjà là, quelque part. Et que si je suis attentive, et patiente, ça viendra tout seul.

Comme le homard, je finirai bien par arriver au moment oú, inévitablement, je vais devoir me cacher sous une pierre, et changer de coquille. Je ne sais pas ‘comment’, mais est-ce vraiment important ?

Avez-vous remarqué que notre réflexe principal face à un problème est de chercher à tout prix une solution rapide ?

C’est normal. On veut que le problème disparaisse le plus rapidement possible. Mais surtout, on veut se rassurer que la solution existe bel et bien, car l’idée de rester dans cette situation ‘longtemps’ est parfois plus insupportable que la situation en elle-même.

On prend des décisions rapides, efficaces. Et boom, on avance. C’est bien, c’est important. Parfois, il faut juste choisir un cookie.

Mais il y a des moments oú la clarté n’est pas là, oú notre esprit est embué, et oú on ne sait même pas quel est vraiment le problème.

Dans ces cas, la meilleure stratégie, c’est de ne rien faire, et d’attendre activement que la solution se présente à nous. Ce n’est pas de l’indécision quand on ne sait pas encore quelles sont les options.

Attendre activement ça veut dire quoi ?

Ça veut dire savoir écouter ce qui se passe à l’intérieur. J’ai remarqué que ce qui peut plomber la clarté, c’est la peur. Une peur un peu cachée qu’on ne s’admet pas : la peur de l’inconnu, du changement, la peur qu’on ne nous approuve pas, la peur de l’inconfort financier.

‘De quoi as-tu peur?’ Est l’une des questions qui peut permettre de voir le plus clairement notre vérité.
‘De quoi as-tu envie?’ marche aussi, mais vite fait, bien fait, la peur prend le pas sur toutes les réponses qu’on peut avoir sur ça.

Écouter, ça veut dire être curieux. Vouloir regarder ce qui se passe dans notre tête sans trop juger. Et une fois que ce qui nous trotte en tête est clair, seulement, décider.

Ça veut dire savoir écouter ce qui se passe à l’extérieur. L’une des principales qualités de l’artiste, c’est l’attention. Attention à ce qui se passe à l’intérieur, certes, mais attention à ce qui se passe à l’extérieur également. Une parole, une rencontre, une phrase lue, un dialogue de film, une couleur, une image. Tout ça a la capacité de stimuler l’inspiration qui permettra d’arriver à la solution.

Ça veut dire se faire écouter. Parler à haute voix à un autre être humain qui ne donne pas son avis ou n’essaie pas de trouver de solution. C’est à ça que sert un bon ami, ou un mentor. A nous laisser parler pour voir ce qui sort et pouvoir enfin mettre à plat le fond de notre pensée. Une fois que c’est dit, on ne peut plus reculer.

Alors, quand dans vos moments de doutes et d’inconfort, vous n’avez qu’une envie : qu’on vous sauve et qu’on vous tire de là, rappelez-vous que le homard ne reste jamais coincé à vie dans sa carapace trop étroite.

La nature est ainsi faite que s’il y a un décalage entre la personne que vous êtes à l’intérieur et la personne que vous êtes à l’extérieur, une solution – probablement la solution optimale – pointera le bout de son nez. Si vous faites attention, vous la verrez.

Patience. patience.

Oú j’en suis pour ma part

Eh bien, j’ai cherché / trouvé des solutions possibles à mon inconfort, qui donneraient une nouvelle dimension a mon activité. Mais comme dit plus haut, une part de moi sait que j’aurai une solution encore plus précise, optimale, évidente, si je laisse les choses se faire.

Vaille que vaille, choisissons la curiosité et laissons-nous surprendre !

 

F
29 Partages

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.