« Je ne suis pas sûre que tu sois faite pour être entrepreneure » – ou comment je n’ai pas écouté Lucy du Financial Times

Lucy du Financial Times

Il est plus de 3h du matin. C’est la pleine lune et je ne dors pas. 

Je viens de me rappeler un truc assez dingue. Tiens-toi bien. J’avais complètement oublié.

Il y’a 5 ans j’étais consultante en management à Londres. Je n’aimais pas mon job. Et l’un des jobs auxquels j’ai pensé en rigolant avec une amie était de devenir ‘agony aunt’ – tu sais, une de ces personnes à qui tu écris pour lui demander conseil et qui t’écrit une lettre en réponse, quelque chose de très populaire dans les journaux Anglo saxons des années 90.

Pourquoi ce métier ? Parce que j’adorais la colonne d’une certaine Lucy, dans le Financial Times. Je lisais le FT pour mon job en finance, et honnêtement sa colonne était la partie qui m’intéressait le plus : Lucy qui répondait aux questions des professionnels de la City, comme moi.

Un jour, pleine de désespoir et j’avoue, de naïveté (j’avais en fait 26 ans), je lui ai écrit. Et sa réponse a été publiée… tiens-toi bien, le 30 juillet 2013. Il y 5 ans presque jours pour jours !

—- 

Je vous traduis ma question ici : 

« Cela fait 3 ans que je suis consultante en management. J’ai appris beaucoup, et rencontré de superbes personnes, mais ce n’est pas ce que je veux faire de ma vie. Je sais que je veux commencer ma propre entreprise. J’ai de nombreuses idées, mais pas le temps de les mettre en oeuvre. Je n’ai pas d’économies, ni de parents riches qui peuvent m’aider, seulement des personnes qui croient en ma créativité. Je m’ennuie, et je sens que la vie me passe sous le nez. Devrais-je juste démissionner, ou commencer quelque chose de zéro, ou attendre… mais quoi exactement ? »

(J’étais déjà fleur bleue à l’époque)

 

 

Et voici la réponse de Lucy (c’est un peu long mais ça vaut le coup d’être traduit – et je décide qu’elle me tutoie):

« Il est clair que tu as besoin d’une route de sortie de l’ennui du conseil en management. Ceci dit, il n’est pas du tout clair que tu sois faite pour être entrepreneure.

Pour commencer, je m’inquiète du ‘j’ai de nombreuses idées’. Pour commencer un business, avoir de nombreuses idées est un problème, car elles encombrent. Tu as seulement besoin d’une seule très bonne idée. Et alors tu dois tout lui donner. 

Je suis aussi inquiète que tu n’aies pas le temps de rechercher ces idées. Pourquoi pas ? Etre un entrepreneur est une vocation, une façon de vivre, et une obsession. Si ces idées t’attrapent, elles devraient être recherchées. 

Mon autre inquiétude est que tu n’as pas d’économies. Après trois ans en tant que consultant, tu dois plutôt bien gagner ta vie. Alors si tu n’as pas réussi à mettre de coté, cela veut dire que tu es trop intéressée par ce que le salaire peut te payer. 

Et surtout, je suis inquiète du manque de réalisme quand tu dis que les gens croient en ta créativité. La créativité est la chose la moins importante quand il s’agit d’être un entrepreneur à succès. Il y a un grand pas entre les gens qui te félicitent de ta créativité et le fait qu’ils sortent leur chéquier. 

La seule chose qui est bon signe est que tu n’as pas de riches parents (lyvia:ouf!). Il n’y a rien de plus néfaste à l’esprit entrepreneur que d’être né riche : la nécessité de gagner de l’argent permet à l’esprit de se concentrer. 

Ce que je te suggère est que tu restes où tu es pour les six prochains mois, et dévouer tout en temps à trier tes idées jusqu’à avoir  juste une seule bonne (pire conseil de la Terre by the way). Pendant cette période, arrête de dépenser, et vit modestement (comme une pauvre). Si à la fin tu as un vrai plan et que la pauvreté ne te dérange pas, c’est le signal qu’il est temps de démissionner.

Si, ceci dit, à la fin des six mois tu es encore incertaine, alors tu as besoin d’une autre route de sortie. Être un entrepreneur n’est pas la seule voie hors du consulting.

Pourquoi ne pas prendre un travail avec un client plus intéressant ? Ou rejoindre une petite start up dans laquelle tu peux te sentir créative, mais sans aucun risque ?

Penses-y : veux-tu avoir un business ? Ou est-ce que tu veux juste un boulot plus intéressant ? »

 


Autant dire que… Lucy était inquiète !

(Je précise que son ton se veut drôle…même si ça s’entend pas trop 🤣)

Maintenant, les conseils de Lucy n’étaient pas mauvais, il y a du bon dans ce qu’elle dit… mais il n’étaient clairement pas pour moi !

5 ans plus tard… voici ma réponse à Lucy… pour la rassurer, tu vois : 

« Ma chère Lucy, 

Comment tu vas ??? Moi ça va !!! Tu étais super inquiète pour moi, je voulais juste te dire : ne t’en fais pas. Voici les news :

Je suis bel et bien entrepreneur. 

Je suis partie avec zéro économie. 

  • j’ai toujours 1000 idées à la minute et….
  • On me paye littéralement pour ma créativité !
  • ET OH MON DIEU JAMAIS DE LA VIE JE ME CONCENTRE SUR UNE IDEE A LA FOIS : CA VA PAS ??? TU ES FOLLE ? Heureusement que je ne t’ai pas écouté. Tu imagines, tu passes des mois / années sur un truc, qui capote complètement, c’est ça prendre des risques démesurés ma cocotte.

Je ne t’ai pas écouté et…

En 2017 ma société a fait 350 000 euros de chiffres d’affaire…et j’ai lancé au moins 10 programmes différents.

Cette année j’ai en 6 mois généré quasi 6 chiffres de vente alors que j’ai franchement l’impression de ne rien avoir fait !

Je parle d’une dizaine de thèmes qui comprennent : l’argent, le business, la sexualité, la spiritualité, la dépression… C’est un beau chaos et mes lecteurs chéris adorent. 

Plus de 500 personnes m’ont fait confiance en travaillant avec moi (en fait c’est peut être 1000, mais il est tard je vais pas aller vérifier 🤣)

Je suis une entrepreneure très douée. Je repère les bonnes idées, chez moi et chez les autres. Je suis bonne à les vendre et les articuler. Je n’ai pas peur de tester, d’échouer et de m’améliorer. 

Je suis disciplinée, je travaille intensément, et seulement quand j’ai envie. 

Et je suis une messagère puissante. J’ai écrit plus de 800 articles, fait une centaine de Facebook Lives.

Écrit 3 livres. Une quinzaine d’ebooks.

Plus de 100 personnes sont venues à la signature de mon premier livre et les places étaient limitées.

Des personnes m’ont dit que j’avais sauvé leur vie. D’autres que j’avais sauvé leur couple. D’autres sont parties en tour du monde et de nombreuses ont créé le job de leurs rêves. 

Non seulement j’ai gagné de l’argent, des lecteurs, des amis, mais en plus, je suis vraiment vraiment heureuse de cette vie. 

Tout cela parce que je ne t’ai pas écouté Lucy.

Tu te rends compte tout ce que j’aurais raté de ma vie si j’avais écouté ton conseil et que j’avais trouvé un petit job salarié mignon sous prétexte que j’ai trop d’idées et que je ne sais pas économiser !

Lucy, je ne t’en veux pas, tu as basé ta réponse sur 4 lignes de question de ma part. Tu as décidé que pour être entrepreneur, il fallait certaines qualités :

  • être capable de vivre avec peu
  • canaliser ses idées et ne pas se disperser (en choisir une, se concentrer dessus)
  • et surtout ne pas compter sur sa créativité

Je n’ai pas ces qualités.

  • J’aime l’argent. J’aime le confort et j’aime le beau. C’était hors de question que je sois pauvre. 
  • J’ai 20 millions d’idées par jour.
  • Et comme dit plus haut (j’aime bien le répéter), oui les gens sortent leurs chéquiers (PayPal, carte bleue) pour ma créativité.

Je te remercie Lucy, de m’avoir écrit sur papier toutes les croyances qui m’empêchaient moi de me lancer. Et aussi de m’avoir montré que je restais dans mon confort en restant salariée. Tu avais raison sur une chose importante : je me trouvais des excuses et je ne foutais rien !

Alors, merci Lucy.

Tu m’as donné le coup de pied au cul dont j’avais besoin.

  • Lyvia, Chef d’Entreprise de 31 ans 

Ahhhh Lucy j’ai oublié, j’ai créé une Ecole des messagers aussi ! Tu peux aller voir. Ça t’aiderait à dépasser tes peurs et tes limites et à dire ce que tu as au plus profond de toi : peut-être as-tu envie d’être romancière et pas journaliste, et que tu as peur de ne pas gagner d’argent avec… juste une intuition – le early Bird ferme le 1er aout, je le ferai en anglais juste pour toi mouhaha) »

——

A vous qui me lisez (et qui êtes un total de 20 000 sur tous mes réseaux (hum hum, je me la pète, mais en même temps je veux rassurer Lucy) : 

Lisez ça bien, je l’écris en gros :

PERSONNE A PART VOUS MÊMES NE SAIT CE QUI EST BON POUR VOUS. 

Alors n’écoutez ni Lucy, ni Patrick, ni Charlotte.

Ou si vous le faites, prenez ces conseils et voyez comment ils résonnent en vous. Et décidez ce que vous voulez faire… VOUS !

Peut être qu’un ‘tu n’y arriveras pas’ est exactement ce qu’il vous faut pour foncer !

Peut être qu’un ‘tu ne me montres pas que tu es motivé’ est exactement ce qu’il faut pour vous remonter les bretelles. 

Rappelez-vous que nous n’avons pas le même rapport au risque, ni à l’argent, ni à la créativité. Et que finalement, c’est entre vos mains que tout se fait. 

Je n’ai pas écouté Lucy, pas vraiment.

À la place…

J’ai préféré écouter Lily 🙂

❤️

D’après-vous, vous qui me connaissez-ci bien, qu’aurais-je répondu à la place de Lucy à la même question aujourd’hui ? Chère Lyvia….

Dites-le moi dans les commentaires sur Facebook !

(Et… oui Lucy, je vis très dangereusement avec 1% de batterie ! Et j’ai même pris un abonnement au FT exprès pour récupérer l’article ! Et… il est bientôt 5 heures du matin quand j’ai fini d’écrire : tu vois que je ne chôme pas !)

 

F

Accède à ma méditation gratuite : “TU ES FORTE ET PUISSANTE”, qui va te donner en 15 petites minutes les clés de cette puissance intérieure quand tu en auras le plus besoin.